• Retour à Lisbonne

    Max Alhau

    Lisbonne, ville de contrastes sans cesse métamorphosée selon l'acuité du regard, la couleur du jour ou les passants qui la traversent. Lisbonne auréolée par la présence de Fernando Pessoa dont la silhouette surgit au cours de ces pages. le château Saint-Georges, l'Alfama, le monastère des Jerónimos, la Baixa, le parc des nations - le promeneur s'efforce d'entraîner le lecteur, de le guider au plus près d'une ville aux multiples visages.

  • En observant la réalité, celle des êtres, des événements, des lieux, n'éprouve-t-on pas quelquefois l'impression qu'elle pourrait nous être livrée autrement ? C'est ainsi qu'on découvre un monde insolite, étrange ou inquiétant...

  • Dans ces nouvelles au style lapidaire, réduites à l'essentiel, surgissent, au coeur d'une réalité que chacun peut connaître, l'insolite et l'étrange. Au fil des histoires, le lecteur est conduit à percer des secrets, à répondre aux questions suscitées.

  • Onze nouvelles écrites à quatre mains où le fantastique s'invite dans le banal...??
    Le quotidien, parfois, nous joue des tours. ?En témoignent ces nouvelles insolites dans lesquelles on croise des personnages surpris par la vie. La tonalité « réaliste fantastique » de l'écriture s'inscrit dans une tradition d'inspiration latino-américaine. Ces textes illustrent bien l'idée que Julio Cortázar se faisait du récit bref : un jeu magique. Il ne tient au lecteur, pour s'en convaincre, que de pousser la porte. À ses risques et périls...??
    Une expérience d'écriture originale, riche en jeux de langage.??
    EXTRAIT DE LE CIMETIÈRE DES LOCOMOTIVES
    Il pensa aux réfugiés. À tous les laissés pour compte qui fuyaient la misère, la mort et la guerre. Ils auraient pu trouver, dans ce cimetière de locomotives aux flancs gros de voyages avortés, un asile sûr. Il y avait bien longtemps qu'aucune correspondance ne laissait plus à quiconque le loisir de caresser des rêves de destinations heureuses...
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Le lecteur est invité à voguer par-delà d'authentiques sentiments alors même que des notes fantastiques se dispersent au gré de l'imagination fertile des deux amis. Leur amour de la langue et de la poésie est ici réellement palpable. - Ange77, Babelio
    À PROPOS DES AUTEURS
    Max Alhau est nouvelliste, poète et traducteur de l'espagnol. Il collabore à plusieurs revues littéraires et poétiques.
    Romancier, nouvelliste, essayiste et poète, Michel Lamart se consacre entièrement à l'écriture après avoir enseigné les lettres et la philosophie en Classes Préparatoires scientifiques et commerciales.

empty