• Cet essai convie les parties prenantes de la santé-sécurité au travail à questionner le bien-fondé de l'évaluation des risques professionnels et du document unique créés respectivement il y a 27 et 17 ans.
    Il s'appuie sur les travaux de la Fédération des Acteurs de la Prévention (FAP) et sur une question centrale : quel travail, quelle sécurité et quelle acceptabilité régissent aujourd'hui les risques dits « professionnels » quand le terrorisme, la cybercriminalité, le risque environnemental...peuvent impacter les activités de travail ?
    Bonne conscience pour les assureurs (les entreprises fautent et elles payent), blanc seing pour les managers (je paye donc je faute), pensum pour les services RH (ils fautent et je gère), justification des préventeurs (ils fautent, j'évalue) et provende du business des cabinets de consultance ou d'expertise (ils fautent donc je gagne), est-il vraiment nécessaire de sortir d'un cadre et de remettre en cause un système qui, d'une certaine manière, permet à la grande majorité de rester à sa place ? Pendant ce temps les (ex)CHSCT, les salariés ou agents comptent les points et/ou attendent des plans d'action pour améliorer leurs conditions [du] et [de] travail.
    Revisiter les notions fondamentales, impliquer chaque partie prenante, s'engager dans une approche individuelle et collective partagée et prospective, voici les pistes excentriques proposées sans prévention dans cet essai ; au seul risque de déranger quelques repères ou certitudes et de partager quelques expériences ! Le Prévackthon (hackathon de la prévention) de Préventica représente un lieu privilégié pour prolonger les échanges avec la FAP.

empty