• Premier texte poétique de l'auteur, épistémologue, qui exprime une vision radicale de la vie, cet entre-deux-néants. Il use de métaphores empruntées aux phénomènes naturels révélés par les sciences.

  • De la philosophie des sciences
    Le matérialisme est une position philosophique au destin paradoxal : c'est la conception d'arrière-plan de toutes les sciences abouties - il semble même aller de soi ou n'avoir besoin que de se révéler qu'en filigrane -, tout en étant dans le même temps dénigré, malmené, incompris par nombre de nos contemporains. Même dans le pays de Diderot, d'Holbach, La Mettrie... Entre indifférence et péjoration, ce terme, que certains évacuent pudiquement au profit des mots « naturalisme » ou « physicalisme », nous semble ainsi devoir être sans cesse revendiqué. C'est la raison d'un tel livre et de ce titre : Matériaux philosophiques et scientifiques pour un matérialisme contemporain. Dans la filiation des matérialistes français des Lumières et dans l'attention permanente envers les acquis des sciences actuelles et la philosophie qui a pris le parti d'écouter ses enseignements, ce livre propose un aperçu d'idées expressément matérialistes dans six domaines cruciaux, selon l'organisation thématique suivante :
    (1) Philosophie du matérialisme ;
    (2) Matérialisme, réductionnisme, émergence ;
    (3) Philosophie de la physique ;
    (4) Philosophie de la biologie ;
    (5) Anthropologie philosophique ;
    (6) Philosophie de l'esprit et des sciences cognitives, plus un intermède historique, soit 27 chapitres.
    Ce terme de « matériaux » au début du titre indique précisément qu'il s'agit là non pas d'une somme close et injonctive, mais d'un ensemble de textes pouvant servir à comprendre la constitution perpétuelle d'un champ de recherche, d'un domaine de pensée et d'une conception du monde idoines pour saisir les enjeux ontologiques et épistémologiques actuels. La communauté savante, parfois hésitante quant à ses fondements ontologiques, prise entre des formes aseptisées de positivisme (la pseudo-neutralité des sciences) et des crispations idéalistes, a résolument besoin, pour qui veut produire une science qui pense ou une philosophie qui ne divague pas, de ces matériaux conjointement philosophiques et scientifiques.
    Découvrez ce second volet d'un ouvrage consacré à un domaine de pensée en perpétuelle construction : la philosophie des sciences
    EXTRAIT
    Mais la seule logique ne garantit pas que la propriété ainsi déterminée soit une propriété réelle au sens où elle entre dans des relations de détermination nomique (autrement dit, dans des lois de la nature). Cela apparaît clairement lorsqu'on considère un tout méréologique dont les parties n'interagissent pas du tout physiquement, par exemple parce que certaines de ses parties se trouvent sur Terre et certaines se trouvent sur une galaxie lointaine. En vertu de la définition de la MMB, un tel tout « discontinu » possède néanmoins une propriété MMB. Cependant, celle-ci n'est pas réelle : elle ne donne aucun pouvoir causal à son possesseur et n'est nomiquement responsable d'aucune autre propriété.
    À PROPOS DES AUTEURS
    Sous la direction de Marc Silberstein, spécialiste de l'édition scientifique et philosophique et fondateur des Éditions Matériologiques, de nombreux auteurs ont contribué à la rédaction de cet ouvrage : François Athané, Mathieu Aury, Reinaldo J. Bernal Velásquez, Delphine Blitman, Jean Bricmont, Mario Bunge, Mathieu Charbonneau, Gérard Chazal, Hugo Cousillas, Chomin Cunchillos, Pierre Deleporte, Filipe Drapeau Vieira Contim, Michael Esfeld, Luc Faucher, Laurent Jodoin, Max Kistler, Gilbert Lechermeier, Pascal Ludwig, Edouard Machery, Martin Mahner, Michel Paty, Pierre Poirier, Thibault Racovski, Christian Sachse et Charles T. Wolfe.

  • 1809? : Naissance de Charles R. Darwin.

    1859? : Parution de L´Origine des espèces.

    2009? : Cent cinquante ans plus tard, la théorie darwinienne de l´évolution reste le paradigme dominant de la biologie et de la paléontologie. Elle prouve sa fécondité et sa puissance explicative dans de très nombreux domaines. Pourtant, dans cet ouvrage, pas question d´un fétichisme de Darwin, mais d´un examen attentif du domaine de validité épistémologique et expérimental des idées du savant naturaliste. Ainsi, ce livre expose leurs multiples ramifications en sciences de la vie, en sciences humaines et en philosophie. A cette fin, cinquante auteurs explorent les grandes notions qui irriguent les sciences de l´évolution, ainsi que de très nombreux chantiers des savoirs biologiques contemporains, puis considèrent les tentatives d´exportation du mode de pensée darwinien à propos de problématiques autrefois hors de son champ d´action (éthique, psychologie, économie, etc.). Les questions du créationnisme et de l´enseignement viennent clore ce volume.www.lesmondesdarwiniens.org

  • « Qu'est-ce que la science... pour vous ? » Telle est la question posée ici à des scientifiques, philosophes, historiens des sciences, médiateurs et amateurs de sciences. Simple question certes, mais pas une question simple... Où est la vraie difficulté ? Définir la science ou accepter de se confier, loin du surplomb procuré par les piédestaux académiques ? C'est pourquoi les cinquante auteurs de ce tome 1 apportent des réponses variées, contrastées, éclectiques, que l'on peut décrire selon un gradient allant des textes les plus intimes et personnelles à ceux qui observent scrupuleusement les codes de la prose universitaire. C'est qu'il n'est pas aisé de se dévoiler quand on aborde cette question essentielle, laquelle permet de délimiter un domaine majeur de la connaissance, aussi vaste et varié soit-il. Les réponses sont brèves - quelques pages - afin de condenser ce que les auteurs pensent parfois depuis des décennies. La concision demandée est presque à voir comme une contrainte oulipienne. Ainsi, les lecteurs peuvent lire une quintessence de points de vue, un instantané de pensée, la part sensible, parfois, des membres de cet informel aréopage.

  • «?Qu'est-ce que la science... pour vous???»
    Telle est la question posée ici à des scientifiques, philosophes, historiens des sciences, médiateurs et amateurs de sciences.
    Simple question certes, mais pas une question simple... Où est la vraie difficulté?? Définir la science ou accepter de se confier, loin du surplomb procuré par les piédestaux académiques?? C'est pourquoi la cinquantaine d'auteurs de ce tome 2 apportent des réponses variées, contrastées, éclectiques, que l'on peut décrire selon un gradient allant des textes les plus intimes et personnels à ceux qui observent scrupuleusement les codes de la prose universitaire. C'est qu'il n'est pas aisé de se dévoiler quand on aborde cette question essentielle, laquelle permet de délimiter un domaine majeur de la connaissance, aussi vaste et varié soit-il.
    Les réponses sont souvent brèves - quelques pages - afin de condenser ce que les auteurs pensent parfois depuis des décennies. La concision demandée est presque à voir comme une contrainte oulipienne. Ainsi, les lecteurs peuvent lire une quintessence de points de vue, un instantané de pensée, la part sensible, parfois, des membres de cet informel aréopage.

  • This anthology of essays presents a sample of studies from recent philosophy of medicine addressing issues which attempt to answer very general (interdependent) questions: (a) what is a disease and what is health? (b) How do we (causally) explain diseases? (c) And how do we distinguish diseases, i.e. define classes of diseases and recognize that an instance X of disease belongs to a given class B? (d) How do we assess and choose cure/ therapy?The book is divided into three sections: classification, disease and evidence. In general, attention is focused on statistics in medicine and epidemiology, issues in psychiatry and connecting medicine with evolutionary biology and genetics. Many authors position the theories that they address within their historical contexts.The nature of health and disease will be addressed in several essays that also touch upon very general questions about the definition of medicine and its status. Several chapters scrutinize classification because of its centrality within philosophical problems raised by medicine and its core position in the philosophical questioning of psychiatry. Specificities of medical explanation have recently come under a new light, particularly because of the rise of statistical methods and several chapters investigate these methods in specific contexts such as epidemiology or meta-analysis of random testing. Taken together this collection addresses the question of how we gather, use and assess evidence for various medical theories.The rich assortment of disciplines featured also includes epidemiology, parasitology and public health, while technical aspects such as the application of game theory to medical research and the misuse of the DSM in forensic psychiatry are also given an airing. The book addresses more than the construction of medical knowledge, however, adding cogent appraisal of the processes of decision making in medicine and the protocols used to justify therapeutic choices.

  • The Darwinian theory of evolution is itself evolving and this book presents the details of the core of modern Darwinism and its latest developmental directions. The authors present current scientific work addressing theoretical problems and challenges in four sections, beginning with the concepts of evolution theory, its processes of variation, heredity, selection, adaptation and function, and its patterns of character, species, descent and life. The second part of this book scrutinizes Darwinism in the philosophy of science and its usefulness in understanding ecosystems, whilst the third section deals with its application in disciplines beyond the biological sciences, including evolutionary psychology and evolutionary economics, Darwinian morality and phylolinguistics. The final section addresses anti-Darwinism, the creationist view and issues around teaching evolution in secondary schools. The reader learns how current experimental biology is opening important perspectives on the sources of variation, and thus of the very power of natural selection. This work examines numerous examples of the extension of the principle of natural selection and provides the opportunity to critically reflect on a rich theory, on the methodological rigour that presides in its extensions and exportations, and on the necessity to measure its advantages and also its limits. Scholars interested in modern Darwinism and scientific research, its concepts, research programs and controversies will find this book an excellent read, and those considering how Darwinism might evolve, how it can apply to the human sciences and other disciplines beyond its origins will find it particularly valuable.Originally produced in French (Les Mondes Darwiniens), the scope and usefulness of the book have led to the production of this English text, to reach a wider audience.This book is a milestone in the impressive penetration by Francophone scholars into the world of Darwinian science, its historiography and philosophy over the last two decades.Alex Rosenberg, R. Taylor Cole Professor of Philosophy, Duke University Until now this useful and comprehensive handbook has only been available to francophones. Thanks to this invaluable new translation, this collection of insightful and original essays can reach the global audience it deserves.Tim Lewens, University of Cambridge

empty