• Le XVIIIe siècle nous apporte la conviction que la réalité, qui semblait auparavant donnée, est maintenant à construire. Kant et Fichte voient en l'homme l'auteur de cette construction, et l'investissent alors d'une immense responsabilité : constituer la nature humaine. Cette tâche, définissant l'éducation, devient ainsi le centre d'une réflexion philosophique. Comment maintenir ensemble la contrainte nécessaire à toute formation et l'accès à cette liberté qui devient, avec Kant, le caractère de l'humain ? La perspective humaniste, développée par Kant dans les Réflexions sur l'éducation, soulève nombre de questions qui trouveront chez Fichte leurs réponses. Faisant de la liberté d'autrui une condition de la conscience de soi, Fichte redéfinit la relation éducative. Mais, au-delà du rapport maître-élève, le monde est à construire. Il faut donc rapprocher l'éducation de la vie réelle, afin que l'homme nouveau puisse la comprendre pour la transformer.

  • Le face-à-face entre Rousseau et Marx n'est pas un lieu très fréquenté. Pourtant Rousseau construit l'histoire des tensions sociales à partir de la propriété, et son commentaire reste très vivant dans la pensée marxiste contemporaine, de Louis Althusser à Fredric Jameson. Ce livre présente les thèmes qui font de la rencontre entre Rousseau et Marx un enrichissement réciproque : l'individualisme, de la synthèse du commentaire italien par Alberto Burgio à la relecture d'Althusser par Andrew Levine ; la dialectique de la nécessité et de la contingence présentée par Bruno Bernardi ; la pensée de l'histoire enfin, avec la mise en question d'une philosophie rousseauiste de l'histoire par Bertrand Binoche, une étude des rapports du Manuscrit de Kreuznach et de la Révolution française par jacques Guilhaumou, et du gouvernement révolutionnaire par Claude Mazauric. L'ouvrage s'achève avec une traduction inédite de Fredric Jameson, Rousseau et la contradiction, commentée par Luc Vincenti.

empty