Sciences humaines & sociales

  • La France est à la croisée des chemins.
    La crise sanitaire a mis au jour les fragilités de notre société. Elle a aussi révélé le dévouement des personnels de santé, la nécessité de l'État, le rôle indispensable de ceux qu'on a appelé les « invisibles », et nos fantastiques ressources collectives de solidarité.
    C'est d'elles dont nous aurons besoin pour affronter cette crise économique dont les conséquences sont déjà terribles pour les travailleurs, les entreprises et les personnes les plus précaires. Elle creuse les inégalités, fragilise les emplois,menace notre démocratie déjà affaiblie. Elle accentue encore l'urgence écologique.
    Les défis sont colossaux. Il faut agir vite.
    Sortir de la crise, c'est aussi penser loin, dit Laurent Berger. Faisons vivre les valeurs de solidarité et de justice sociale, développons de nouveaux critères de progrès, engageons résolument l'économie dans la transition écologique et la France dans son avenir européen.
    Cela ne pourra se faire que si nous apprenons à conjuguer notre démocratie représentative avec une véritable démocratie sociale. Le temps est révolu où l'on pouvait décider d'en haut, seul, ce qui était bon pour le pays. Les chemins pour sortir de la crise ne pourront être tracés et parcourus que dans une collaboration de l'État, avec les territoires, les organisations de la société civile et les citoyens.
    Entendre le terrain, partir du réel, forger des compromis, tenir ses engagements ; Laurent Berger connaît les enjeux et les exigences de cette démocratie sociale. C'est à ce titre qu'il prend la parole.

  • Il est l'heure de se « mettre au boulot », estime Laurent Berger. Évidemment, par cette locution le secrétaire général de la CFDT n'exhorte pas à « travailler plus ». Il veut mettre en débat le thème du travail, trop souvent relégué derrière l'enjeu, hégémonique, de l'emploi. Or comment espérer juguler la crise de l'emploi si au préalable la « cause » du travail n'est pas investiguée ? Dans un dialogue conduit - sans mansuétude - par le journaliste Denis Lafay, Laurent Berger égrène les conditions d'un travail émancipateur, autonomisant, épanouissant, un travail « aussi » au service d'organisations - privées comme publiques - en devoir de performance économique, sociale... et donc humaine. Cet essai questionne également la responsabilité du patronat, de l'État, dans la construction d'un dialogue grâce auquel le travail profiterait de façon équitable aux travailleurs et aux entreprises. Le moment est bel et bien venu de se mettre au boulot pour réenchanter le boulot. Une utopie que dans ce manifeste le représentant du progressisme syndical relève haut la main.

    Laurent Berger est secrétaire général de la CFDT.

  • Permis de construire

    Laurent Berger

    Nous vivrons ce que nous changerons. Ce slogan de la CFDT est la boussole qui me guide. C'est la part d'utopie inhérente à toute forme d'engagement qui oblige à trouver des solutions, du mieux, du concret. D'autant plus que je sais sur quoi je ne transigerai jamais : mes valeurs et des résultats. Nous avons conscience que nous ne pouvons pas agir seuls, nous ne resterons pas enfermés dans les fausses alternatives - statu quo ou casse sociale - que certains voudraient nous imposer. Nous faisons le choix de nous en extraire et d'y aller. Permis de construire ! Ce livre montre comment des militants - chez Air France, Amazon, Gad ou encore à l'hôpital public - se battent au quotidien pour changer les choses. Révolution numérique, transition écologique, code du travail, défi européen... À nous de saisir ces enjeux car j'ai la conviction absolue que le progrès social est toujours possible. Permis de construire ! Au bord d'une crise industrielle et sociale majeure il y a quelques années, Renault réembauche et se projette dans l'usine du futur grâce à l'accord de compétitivité. Sans faire la une des médias, les négociations sur la sécurisation des parcours professionnels ont conduit à de profondes évolutions que l'on comprend aujourd'hui. Bientôt, c'est le compte social personnel, une idée que porte la CFDT depuis longtemps, qui changera la vie des travailleurs. Permis de construire !

  • Le sens du collectif.Le choix collectif doit l'emporter sur le besoin individuel : la société évolue, le numérique et l'intelligence artificielle transforment les modes de travail, souvent au détriment de l'humain. Solidarité, démocratie et liberté sont plus que jamais essentielles. Pour le progrès social, pour une meilleure répartition des richesses et de meilleures conditions de travail, il faut s'engager. Syndiquez-vous ! est un appel à se mobiliser, au sein d'une entreprise mais également bien au-delà, dans toute la société française, en Europe, dans le monde, pour que ces espaces soient plus justes, plus protecteurs et plus proches des travailleurs. Il faut se syndiquer pour que la justice sociale progresse et inventer une nouvelle manière de vivre au travail.

empty