JC Lattès

  • Quel bonheur, la nuit venue, de se réfugier sous la couette ! À deux c'est encore mieux... Quoique...
    Passée la séquence aveugle et sourde de la passion, celui ou celle qui chaque soir se glisse à la même place peut se révéler un redoutable ronfleur, un lutteur sournois jamais fatigué de tirer la couverture à lui ou, pire encore, un monstre aux pieds froids.
    Conjugal - forcément conjugal - le lit fut longtemps le lieu consacré des moments essentiels d'une vie. On y naissait, on y mourait entouré des siens. Il révèle aujourd'hui les attentes contradictoires du couple qui aspire à un bien-être personnel sans renoncer pour autant à l'amour fusionnel. Comment trouver la bonne distance ?
    Comment lire ou se relever à son gré sans gêner l'autre ? Le choix des chambres séparées est souvent mal compris de l'entourage et même de celui ou celle qui en subit la décision.
    Spécialiste de l'intime et du quotidien, l'auteur fouille dans le secret des alcôves pour répondre à ces questions qui, pour être traitées ici avec légèreté, n'en suscitent pas moins une réflexion en profondeur.

  • Le sac n'est pas un objet ordinaire. En plongeant dans ses profondeurs, ce livre nous révèle un univers immense et fascinant où le coeur de l'intime et les vérités secrètes croisent les images de soi qu'on rêve d'afficher. On y met un peu tout et n'importe quoi à la va-vite, et ces gestes sont aussi naturels et spontanés que sont agaçants les efforts en sens inverse pour trouver les clés ou le téléphone qui s'y cachent. 
    Accessoire de mode, le sac n'a pourtant rien d'accessoire. Jean-Claude Kaufmann nous explique pourquoi il est l'un des lieux privilégiés où se fabrique l'identité. Ce n'est pas un hasard si certaines parviennent à raconter leur vie au travers de leur sac et de son contenu. Quant aux petites choses qu'il recèle, même les plus dérisoires ont beaucoup à dire. Il n'est pas rare, par exemple, qu'on y trouve des cailloux ! Et on aurait bien tort de se moquer. Car là se nichent mille pépites de sentiments et d'émotions. Jean-Claude Kaufmann n'en doute pas un instant : entre tendresse et passions, le sac est un vrai petit monde d'amour qu'il nous propose de partager.

  • Une seule rencontre et deux histoires. Dans ce récit hors normes le lecteur est libre de naviguer de Charlène à Sami ou de suivre simplement la progression d'un roman qui se nourrit des contrastes de deux personnages qui vivent en parallèle une seule et même aventure. À elle la désinvolture et la gouaille branchée, à lui le romantisme torturé de l'artiste. Une inversion des rôles présupposés. À moins que...Sociologue, analyste pointu de la vie du couple trahie par les objets du quotidien, Jean-Claude Kaufmann est suivi par un très large public séduit par l'originalité de sa démarche. La fille qui rêve est son premier roman. On y retrouve l'oeil du sociologue qui, à sa manière, sonde les reins et les coeurs mais on découvre ici un rare talent de conteur qui se glisse sans difficulté dans les jeux d'un univers dont le lien initial est Internet. Une remarquable performance qui devrait séduire et élargir encore le public de l'auteur.

  •             Minceur, rondeurs et beauté.Régimes, crèmes miracle, gant de crin, bistouri, liposuccion, pourquoi tant de haine ? Trop grosses, forcement trop grosses, jamais les fesses n'avaient ete autant torturees.
    Jean-Claude Kaufmann à mené l'enquête. Il nous entraîne dans une surprenante géopolitique du derrière où s'opposent l'hémisphère Nord, martyre d'une irrésistible injonction à la minceur extrême et le Sud, qui ne le conçoit que bien rebondi.
    Il décrypte la tyrannie des normes imposées aux femmes par le regard supposé de l'autre, plus encore par leur propre regard qui varie suivant les modes et les époques. Par quel singulier miracle leur corps lui-même suit-il cette dictature des canons de beauté ambiants ? Entre minceur et rondeurs, où cette guerre planétaire nous mène-t-elle ? Quelle sera la silhouette, demain ?
    Jean-Claude Kaufmann nous livre les clés de ces mystères et prévient : il faut suivre les fesses de très près pour saisir vers où va le monde.

empty