• Quand le couple s'affranchit du mariage ! On étudie traditionnellement le couple à travers le prisme du mariage. Or celui-ci n'est qu'une forme de couple parmi d'autres, rejetant à la marge ce qui lui échappe : concubinage, amour libre, Pacs, relation extraconjugale, mais aussi fratrie, compagnonnage médiéval ou amitié exclusive. Notre imaginaire associe pourtant Castor à Pollux plus qu'à sa femme Hilaïre, Montaigne à La Boétie et Rodin à Camille Claudel. D'abord multiples, les unions se sont progressivement cristallisées autour de la notion d'amour héritée d'une conception chrétienne et exclusive du couple. Cette alliance indissoluble, révolution qui ne s'est pas imposée sans heurts, a inscrit le couple idéal dans la durée. Mais en définitive, qu'est-ce que le couple ? Comment se forme-t-il et sur quoi repose-t-il ? Les enjeux de nos sociétés modernes (libération de la femme, reconnaissance de l'homosexualité...), l'évolution des mentalités (libertinage, individualisme...) et les récentes réformes législatives (Pacs, mariage pour tous...) ont-ils modifié sa conception ? Entreprenant de lui rendre son ampleur, Jean Claude Bologne retrace pour la première fois son histoire de l'Antiquité à nos jours. Concise et clairvoyante, cette grande synthèse élargit le champ de réflexion d'un sujet de tout temps fondamental. Car si l'institution matrimoniale est en crise, le couple comme nouvelle forme de sociabilité n'a jamais été aussi florissant.

  • Appeler un chat un chat, montrer patte blanche, souffler le chaud et le froid, la part du lion, autant d'expressions d'un usage courant aujourd'hui et dont on ne connaît plus vraiment l'origine. Contrairement à la citation, l'allusion est si bien intégrée dans le langage qu'elle a perdu guillemets et références, et qu'elle est souvent, tout naturellement, adaptée ou détournée par ceux qui y ont recours. Jean Claude Bologne a réuni plus de 700 allusions, avec leur source littéraire et les extraits des oeuvres dont elles sont issues, ainsi que leur sens premier. Pour plus de 450 d'entre elles, il étudie de manière approfondie les avatars qu'elles ont subis d'auteur en auteur, dans les médias ou dans la vie quotidienne. Un ouvrage qui est aussi une source de jeux, tout dictionnaire étant pavé de bonnes inventions...

  • On connaît la passion de nos contemporains pour les horoscopes, les voyantes et autres guérisseurs. Elle n'est rien, pourtant, à côté de l'engouement qui, pendant dix siècles, saisit les hommes et les femmes du Moyen Âge. Successivement, naissent les figures symboliques de la magie, noire ou blanche : la sorcière jeteuse de sorts, l'alchimiste qui connaît les secrets éternels, le mage et ses calculs divinatoires. Jusqu'au diable, le seigneur des ténèbres, qui obsède l'esprit des gens du XVe siècle. Sans oublier les tentatives faites pour structurer ce bouillonnement anarchique, en une réflexion rationnelle sur les croyances ancestrales. À la manière, si particulière, qui a fait le succès de l'Histoire de la pudeur, Jean Claude Bologne décrit ce foisonnement intellectuel et spirituel, en mêlant les anecdotes savoureuses avec les textes des grimoires. Mieux, en nous faisant partager le regard des hommes du Moyen Âge, il nous montre que leur goût des sortilèges et des superstitions cache une quête permanente de la connaissance des hommes et du monde.

empty