• C'est déjà un hasard fabuleux de rencontrer l'autre... Celui qui fait qu'on est soudain seul au monde et pourtant heureux, parce qu'amoureux. Situation banale et pourtant magique... Même si n'est pas banal le fait que le père de la fille ait, dix ans plus tôt, tué le père du garçon lors d'un hold-up qui a mal tourné... Et que dix ans plus tard, l'assassin, évadé, vienne solliciter leur aide afin de s'enfuir à l'étranger ! Les neuf nouvelles du présent ouvrage tiennent souvent du hasard. Et si « vous n'avez pas peur d'avoir peur »... Vous retrouverez également le Commissaire Joubert et son équipe sur l'antenne de France Inter, toutes les nuits de dimanche à lundi, entre minuit et 5 heures du matin, dans l'émission de Jean-Charles Aschero : « Les choses de la nuit ».

  • L'homme, le géant fort comme un boeuf, qui avait traversé la forêt, de nuit, portant sur son dos ce fardeau minuscule : sa femme morte -, s'est arrêté, arrivé à la route. Lorsqu'il a entendu le bruit du moteur, aperçu la lueur des phares, il a soulevé à nouveau ce corps frêle à bout de bras. Ainsi, on l'aurait crue vivante, debout. Maintenant, il allait falloir attendre le bon moment pour détendre les bras d'un coup en lâchant prise, envoyer valdinguer son ballot sur la route juste au moment où la voiture arriverait... Délit de fuite est l'une des neuf nouvelles enquêtes policières de ce volume XVII. Vous pouvez également retrouver Jean-Charles Aschero et d'autres enquêtes inédites du commissaire Joubert, sur l'antenne de France Inter, toutes les nuits du dimanche à lundi, entre minuit et cinq heures, dans « Les Choses de la Nuit ».

  • L'homme qui la suivait depuis le matin, est entré vite dans l'appartement. Il avait un visage de fou et avançait vers elle les poings en avant, menaçant. Elle a crié tout en assenant le lourd candélabre sur la tête de l'homme. Elle a crié pour se donner plus de force, pour libérer sa peur et son énergie. Et le sang a jailli, et l'a éclaboussée sur son joli chemisier déboutonné, sur son soutien-gorge, sur ses seins et sur sa peau blanche, douce et délicate. Alors Béatrice s'est évanouie. Béa, triste est la première des neuf nouvelles policières de ce volume XVIII. Vous pouvez, bien entendu, retrouver Jean-Charles Aschero et d'autres enquêtes inédites du commissaire Joubert sur l'antenne de France Inter, toutes les nuits du dimanche au lundi, entre minuit et cinq heures, dans « Les choses de la nuit ».

  • Je me suis demandé soudain ce que je faisais là. Dans cette ville, loin de chez moi, avec cette fille que je ne connaissais pas le matin même, et qui sniffait tranquillement sa cocaïne. Cette étrangère à ma planète, alors... J'allais pour partir, lorsqu'on a frappé fort contre la porte. - Ouvrez, police ! a gueulé une voix d'homme. Ils sont entrés en force. Ont trouvé dans cet appartement suffisamment de drogue pour pouvoir nous emmener, la fille et moi. Moi aussi... qui n'y étais vraiment pour rien, en plein cirage... Tellement, que je ne me suis même pas rendu compte que ce n'étaient pas de vrais flics. Fonds de miroirs est l'une des neuf nouvelles enquêtes policières de ce volume XV. Vous pouvez également retrouver Jean-Charles Aschero et d'autres enquêtes inédites du commissaire Joubert, sur l'antenne de France Inter, toutes les nuits de dimanche à lundi, entre minuit et 5 heures, dans « Les choses de la nuit ».

  • Il a arrêté sa voiture en plein milieu des Champs-Élysées. De chaque côté, montée, descente, les automobilistes étaient nombreux... Calmement, il a commencé à se déshabiller. Et lorsque les agents de la force publique ont voulu intervenir, il s'est défendu comme un beau diable, les frappant avec la manivelle du cric... Une autre fois, autre pulsion, il a tout balancé par la fenêtre de sa maison. Tout jeté dans la rue... Alors, c'est qu'il était fou. De cette folie prévue à l'article 64 du Code pénal qui déclare irresponsables et déments les meurtriers qui ont agi sous l'emprise d'une pulsion criminelle. C'est qu'il était fou... ou alors ? À propos, il était marié, et il avait une maîtresse ! Pulsions mortelles est l'une des neuf nouvelles contenues dans ce volume. Et pour ceux qui n'ont décidément pas peur d'avoir peur, le commissaire Joubert et son équipe sont présents dans l'émission de Jean-Charles Aschero sur France Inter, chaque nuit du dimanche à lundi, entre minuit et cinq heures.

  • Il avait tenu à rencontrer le commissaire lui-même, et non pas l'un de ses inspecteurs.

  • À cet étage-là on était presque au ciel. Charlie dut faire un effort surhumain pour soulever le corps de Richard, faire passer un bras, puis l'autre, le hisser jusqu'à ce que sa poitrine le retienne en équilibre. Il fallait maintenant soulever les pieds, les jambes et pousser en avant pour que le corps glisse au-dessus de la balustrade, et tombe dans les airs de quarante-six étages. Se fracasse sur le macadam tout en bas... Richard était déprimé ? Richard s'était suicidé... Retrouvez le commissaire Joubert et son équipe dans les neuf nouvelles de ce 4e volume... Et sur l'antenne de France Inter, toutes les nuits de dimanche à lundi, entre minuit et 4 heures 30, dans l'émission de Jean-Charles Aschero : « Les choses de la nuit ».

  • Quelle place avez-vous ? m'a demandé Joubert sur le quai. - Voiture 6, compartiment 10... - Ah ? Quelle coïncidence... Je serais vous, je ferais attention : Selon l'homme que nous avons eu au téléphone (un fou, un mythomane, sûrement !) c'est dans le compartiment 10, voiture 6, que doit avoir lieu le crime, cette nuit... « Voiture 6, compartiment 10 » est l'une des 9 nouvelles incluses dans ce volume V. Et chaque nuit de dimanche à lundi, entre minuit et 4 heures 30, dans l'émission de Jean-Charles Aschero, « Les choses de la nuit », une nouvelle enquête, inédite, du commissaire Joubert. Pour ceux qui n'ont pas peur d'avoir peur !

  • Elle avait traîné un moment du côté de Pigalle. Puis elle était entrée dans ce bar, au hasard. Un petit bonhomme brun, souriant de toutes ses dents écartées, avait vite joué au poisson venant tourner autour de l'hameçon. - Je peux faire quelque chose pour vous, Mademoiselle ? - Oui... Je cherche quelqu'un qui pourrait m'aider... Ça peut être dangereux, mais il y a beaucoup d'argent à gagner... Et puis elle s'est lancée : -... Je suis la garde-malade d'un vieux monsieur qui a beaucoup d'argent dans son coffre...

  • L'homme a poussé la femme dans le vide. Longue chute du corps le long de la paroi du haut immeuble... C'est en se redressant qu'il a aperçu le gamin, dans l'appartement d'en face. L'enfant, tout seul, cette nuit, dans le grand appartement de la grande cité... L'unique témoin du crime. L'unique témoin est l'une des 9 nouvelles du volume VII. Et chaque nuit, de dimanche à lundi, entre minuit et 4 heures 30 dans l'émission de Jean-Charles ASCHERO, « Les choses de la nuit », une nouvelle enquête, inédite, du commissaire Joubert. Pour ceux qui n'ont pas peur d'avoir peur.

  • On n'y voyait pas grand-chose. Sinon le mouvement en saccade du dos nu de l'homme se soulevant et s'abaissant rapidement. Et puis on a entendu les gémissements mêlés de l'homme et de la femme. Les râles de celle-ci, rythmant son bonheur, sa jouissance, invitant à « encore, encore, et plus fort encore ». Et ce salaud, accélérant le mouvement, l'amenant avec lui à l'abandon complice. C'est pourtant l'autre qui a crié le plus fort. Celui qui tenait le couteau bras en l'air tendu. Et le râle de celui qui se déchirait s'est terminé dans la souffrance de la lame qui transperçait la peau, passant entre les côtes, atteignant le poumon. Celui-là ajuste eu le temps de jouir, puis de mourir ! Retrouvez le commissaire Joubert et son équipe dans les neuf nouvelles de ce 8e volume... « Pour ceux qui n'ont pas peur d'avoir peur. » Et sur l'antenne de France Inter, toutes les nuits de dimanche à lundi entre minuit et 4 heures 30 dans l'émission de Jean-Charles Aschero : « Les choses de la nuit ».

  • Alors, puisque l'armée ne voulait pas lui rendre son fils, puisque ce gradé ne voulait rien comprendre, qu'ils voulaient faire de ce garçon doux et pacifique un guerrier, l'enfermer, en faire un homme petit, comme il y en a dans les petits appartements des villes ou les cachots des casernes, le vieux, à qui on ne laissait pas le choix, a sorti l'objet de sa poche. Le lieutenant-colonel a pâli. Mais, bêtement, est resté sur place, assis pétrifié derrière son bureau alors que l'autre serrait la grenade dans ses doigts noueux et secs, paysans, et passait l'index de sa main droite dans l'anneau, prêt à tirer : Maintenant vous téléphonez, qu'on libère mon fils, sinon... Retrouvez le commissaire Joubert et son équipe dans les neuf nouvelles de ce 11e volume... «Pour ceux qui n'ont pas peur d'avoir peur. » Et sur l'antenne de France Inter, toutes les nuits de dimanche à lundi, entre minuit et 4 heures 30, dans l'émission de Jean-Charles Aschero : « Les choses de la nuit. »

  • Le veuf a eu besoin de boire un peu afin de sortir de sa petite vie mesquine, étroite... Alors, après, seulement, il a pu rédiger son annonce : « Monsieur, 54 ans, doux, affectueux, instruit, souhaite rencontrer vue mariage jeune femme... » Et l'envoyer au journal. Il a reçu des réponses, qui toutes l'ont déçu. Jusqu'à celle-là. Cette photo-là... Il n'aurait pas cru qu'une fille aussi belle ça puisse exister. Elle est venue. Plus belle encore que sur la photo. Plus désirable encore avec sa jupe courte et son tee-shirt moulant. Lui, le vieux, a failli en mourir d'émotion lorsqu'elle est descendue du car au beau milieu du village, sous la chaleur, devant tous ces jaloux prêts à se moquer par derrière... Plus tard, elle a pleuré de bonheur, lorsqu'il lui a demandé sa main. Et elle a dit « oui, oh oui ! ». Il a failli mourir pour de bon, enfin. S'il n'y avait eu le vent, complice involontaire, pour le sauver... Deuil de veuf est la première des neuf nouvelles de ce volume XII. Vous pouvez également retrouver chaque nuit de dimanche à lundi sur France Inter entre minuit et 4 heures 30 dans l'émission de Jean-Charles Aschero « Les choses de la nuit » une nouvelle policière inédite. Pour ceux qui n'ont pas peur d'avoir peur !

  • Le jeune juge ne pouvait plus rien contre Soldani accusé, sans preuve hélas, de se livrer à un énorme trafic d'héroïne. Il allait devoir relâcher le bandit, alors que tout le monde savait bien... Alors que Georges, le frère du petit juge, mourait à l'hôpital d'une overdose ! Alors puisqu'on ne pouvait plus rien dans le cadre de la loi, on allait mener autrement le combat : il allait tuer Soldani. En imaginant pour cela un incroyable moyen... Joubert et son équipe sont présents dans les neuf nouvelles de ce 13e volume. Retrouvez Jean-Charles Aschero avec des enquêtes inédites du commissaire Joubert sur l'antenne de France Inter, toutes les nuits de dimanche à lundi, entre minuit et 5 heures, dans « Les choses de la nuit ».

  • Cet ouvrage permet de retrouver les enquêtes policières que le commissaire Joubert mène depuis 1975, sur France Inter.

  • Réunit vingt nouvelles enquêtes qui tiennent toujours le lecteur en haleine et le plongent immédiatement dans une atmosphère teintée de mystère.

  • Fin, psychologue, brillant avec l'humour en prime. (...) Sous le signe du polar intelligent. Lyon Matin

  • Depuis bientôt dix ans, le célèbre Commissaire Joubert et ses adjoints drainent toutes les semaines, en pleine nuit, sur l'antenne de France Inter, les insomniaques, les travailleurs de la nuit, mais aussi nombre d'autres, simplement passionnés qui éprouvent (on s'en doute) les plus grandes difficultés le lundi matin à leur travail. Ceux-là seront soulagés par cette édition des meilleures enquêtes du célèbre Commissaire. Mais pas que ceux-là : les autres, les vrais amateurs de polars qui aiment ce genre : la nouvelle policière, réunissant en un seul volume toute une multiplicité d'intrigues, de personnages et de situations. Tous les deux mois, vous retrouverez Les enquêtes du Commissaire Joubert aux Éditions FLEUVE NOIR. Ce qui ne vous empêchera pas, par gourmandise, d'écouter toutes les nuits de dimanche à lundi, entre 0 heure et 4 heures 30 sur France Inter, Jean-Charles Aschero et son émission : « Les choses de la nuit ».

  • Voici le volume II des enquêtes du commissaire Joubert, avec tout un monde de paumés, de malins, de policiers pas nets, de malchanceux, traités toujours avec une « terrible humanité ». Action, bien sûr, mais angoisse, surtout, dans ces 9 nouvelles écrites dans le droit fil des bons vieux polars noirs classiques. À suivre... chez le même éditeur, pour le prochain volume III, et à France Inter, d'autres formidables enquêtes inédites, toutes les nuits de dimanche à lundi.

empty