Littérature générale

  • La récup'

    Jean-Bernard Pouy

    • Fayard
    • 24 Septembre 2008

    Antoine, dit Loulou, artisan serrurier, spécialiste des clefs et mécanismes anciens, s´est rangé des voitures de Vitry entre lesquelles il a coulé une jeunesse difficile en devenant restaurateur pour les musées. Rangé, vraiment ?  Presque. Pour se payer le tour de façonnage ultramoderne dont il rêve et dont, maintenant, il a urgemment besoin, Loulou accepte une petite « mission ». Seulement, on ne lui paye pas le montant promis. En plus, comme il la ramène, on lui défonce le portrait. Déçu, choqué, il met un long moment à s´en remettre. Jusqu´au jour où il en a marre d´être pris pour un moins que rien doublé d'un lâche. Alors il reprend la piste là où il l´a laissée : aux portes du château cambriolé. Malfrat naïf et innocent, Loulou remonte les rouages d´une machinerie internationale impliquant la mafia russe, l´enraye sans vraiment le vouloir et, bientôt, la fait se désintégrer. Voilà tout à coup de quoi lui donner des idées de nouveau départ... Auteur incontournable du roman noir français, inventif et prolifique, Jean-Bernard Pouy a reçu, en 2008, le Grand Prix de l´Humour Noir pour l´ensemble de son oeuvre. Après plus d´une cinquantaine de romans, dont Nus (Fayard Noir, 2007), il signe, avec La Récup´, un conte philosophique un brin amoral, sorte de Candide parano.

  • Le merle

    Jean-Bernard Pouy

    Un sombre soir, à Paris, dans l'un de ces nombreux débats où des « spécialistes » ergotaient sur les différences entre le roman noir et le roman « blanc », un type mystérieux dans le public s'est levé, outré, offusqué, déclarant : « N'importe comment, il n'y a qu'une littérature, c'est la littérature allemande ! » Et, digne, impérial, il a disparu. J'étais saisi, coincé, aplati par la sentence. Ce soir-là j'ai décidé de prendre place, un jour, sur un rayonnage de librairie spécialisé dans cette fameuse et fumeuse « littérature allemande »... Ainsi est né Arthur Keelt (Klagenfurt, Autriche, 1902 - Paris, 1982) et son unique et bref récit, Le Merle (Die Amsel), écrit en 1954 dans les montagnes de Styrie... Selon Jean-Bernard Pouy, il se voulait un bouddhiste atypique. Peut-être doit-il à cette disposition d'esprit une écriture toute de simplicité et qui parfois atteint la grâce, ainsi qu'une rare hauteur de vue (2277 m).

  • SLancé sur ses lignes intérieures, Jean-Bernard Pouy se livre à tous les aiguillages.

  • Casanova, des forces d'intervention spéciale, traque Nourredine Khatabi, l'ennemi public n° 1, pour une série d'attentats. Mais le scénario dérape : ils ont le coup de foudre et décident de s'échapper pour filer le parfait amour...

empty