• « Jean-Baptiste de Froment dévoile, à travers une uchronie burlesque, une anatomie grinçante de la France » - Livres Hebdo, Sean James Rose
    « Le résultat, très prenant, oscille entre la satire du pouvoir et le jeu d'imagination comme une hybridation du Rivage des Syrtes et de la série Les Hommes de l'ombre.(...) C'est enlevé, habile, fin et fort prometteur » - Le nouveau Magazine Littéraire, Bernard Quiriny
    Qui n'a jamais rêvé d'être reconnu à sa juste valeur ? Claude est un homme qui a longtemps été discret. Il fait bien son travail, mais manque d'éclat. Quand la retraite de sa supérieure approche. Il se décide à briguer son poste.
    Mais une jeune femme dont la valeur est plus grande que le nombre de ses années, va se placer sur son chemin. C'est une histoire mille fois entendue : l'ambition contrariée.
    Sauf que Claude n'est pas n'importe qui. C'est un des plus hauts personnages de l'État. Sa supérieure, c'est la présidente de la République. Et son ennemie, c'est une jeune préfète, séduisante et charismatique - son contraire en tous points.
    Commence alors un duel politique et médiatique pour le contrôle d'un pays, d'un peuple, d'un Ètat.
    « État de nature raconte comment Claude, qui oeuvre dans l'ombre d'une présidente vieillissante, se lance dans la course à l'Élysée, alors qu'une révolte de sans-culottes agite le shaker d'une galerie de personnages fortement dessinés. Un récit brillant et visionnaire promis au succès » - Le Parisien
    « Un roman romanesque, une qualité assez rare ces temps-ci. Il est précis. Il est drôle. Il est méchant. » - France culture, Christophe Ono-dit-Biot

empty