• Ce guide présent depuis de longues années dans les librairies spécialisées, a pour objet de présenter les principaux éléments de pharmacologie pratique, utiles à la compréhension des médicaments de l'anesthésie.

    Il s'adresse prioritairement aux jeunes internes en anesthésie réanimation et aux élèves des écoles d'infirmiers anesthésistes.

    Conçues sur le même schéma, ces fiches sont faciles à consulter et vont directement à l'essentiel. Chaque molécule est présentée selon le même plan. Sont successivement abordées, la présentation galénique, les indications, les posologies, les contre-indications, les interactions médicamenteuses, les principales données de pharmacocinétique, de pharmacodynamie...

    Différents tableaux comparatifs permettent de mieux visualiser les caractéristiques des différentes molécules : anesthésiques intraveineux, analgésiques morphiniques, curares, anesthésiques locaux, solutés de remplissage... Cette 6e édition introduit un nouveau chapitre répertoriant sous forme de tableaux la posologie des principaux hypnotiques, morphiniques et curares.

    Rédigé par des praticiens de terrain, cet ouvrage se veut simple, précis et concis. Et son ambition est de continuer à participer à l'amélioration de la sécurité en anesthésie, en situation réglée comme en situation d'urgence.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Pascal Quignard écrit depuis plus de trente-cinq ans. Il a publié plus d'une quarantaine de livres. Déjà des romans comme Le salon du Wurtemberg (1986) ou Tous les matins du monde (1991) avaient connu un succès public et critique, mais la part la plus riche de l'oeuvre, à notre sens, celle qui est moins directement romanesque et par là moins accessible, demeurait méconnue. Depuis 2000, les prix littéraires successifs ont attiré l'attention sur l'ensemble quignardien ; c'est le cas en particulier du Goncourt de 2002, attribué pour un livre, Les ombres errantes, qui n'est pas un roman, pas un essai, qui n'est rien de familier et qui défie la catégorisation générique convenue.

    De plus, les quelques années qui viennent de s'écouler témoignent de l'attention que l'université porte désormais à Pascal Quignard, avec plusieurs colloques et plusieurs livres. L'étude de Bruno Blanckeman, Les récits indécidables (2000), dont une partie portait sur Quignard, les autres traitant de Jean Echenoz et Hervé Guibert, ouvrait la série des publications consacrées à l'écrivain. Elle fut suivie aussitôt de l'ouvrage dirigé par Adriano Marchetti, Pascal Quignard, la mise au silence (2000), qui présente les actes du colloque tenu à Bologne en 1998, et d'un numéro spécial de la Revue des sciences humaines (octobre-décembre 2000). En mars 2001 paraissait le livre de Philippe Bonnefis, Pascal Quignard en son nom seul, puis la remarquable étude de Chantal Lapeyre-Desmaison, Mémoires de l'origine (mai 2001), accompagnée du riche volume d'entretiens avec l'auteur, Pascal Quignard le solitaire. Un certain nombre de mémoires de maîtrise et de thèses sont actuellement en cours de rédaction, indiquant que l'écrivain bénéficie d'un intérêt critique de plus en plus soutenu.

empty