Vie politique dans le monde

  • Les effets de la crise accélèrent le déplacement du centre de l'économie mondiale vers l'Asie, qui, en 2030, comptera trois des quatre premières puissances au monde : Chine, Japon et Inde.
    Pékin et Tokyo s'y disputent le leadership dans une compétition apparemment inégale. Irrésistible ascension d'une Chine dynamique et conquérante, déclin inéluctable d'un Japon anémié et vieillissant ?

    Face à cette vision d'un avenir tout tracé, l'auteur analyse avec précision leur légitimité respective à revendiquer la suprématie économique et stratégique dans une Asie en voie d'intégration, puis esquisse pour les vingt prochaines années le scénario qui lui paraît le plus probable.

    Un essai rigoureux et stimulant pour un débat qui ne devrait pas laisser les Européens indifférents. Le destin de l'Europe, de ses industries et de ses universités se joue aussi à Pékin et à Tokyo, où s'ébauchent les contours d'une future Communauté asiatique.

    Claude Meyer enseigne l'économie internationale à Sciences Po et à l'étranger. Chercheur au GEM-Sciences Po et ancien directeur général adjoint d'une banque japonaise, il est docteur en économie, diplômé en philosophie, en sociologie et en japonais.

    ERRATUM / Les accords du Plaza, cités page 47 et page 81 (note 29) datent, non pas de 2005, mais de septembre 1985 .

  • En étudiant l'impact des élus républicains sur la politique budgétaire et les réformes, adoptées ou avortées, de l'état-Providence américain, on observe un écart spectaculaire entre les paroles et les actes. Comment expliquer cet échec relatif de la révolution conservatrice ? Quels obstacles électoraux et institutionnels se sont dressés sur la route des conservateurs américains pour les empêcher de mettre en mouvement leurs ambitions de transformation radicale ?

  • Après 60 ans, la légitimité de la Déclaration universelle des droits de l'homme est loin d'avoir déployé tous ses effets. Seule l'universalité de tous les droits humains - civils, culturels, économiques, politiques et sociaux - permet d'assurer à la fois la légitimité des relations entre les nations et le respect de la diversité. Cette universalité doit pénétrer et légitimer l'ordre politique international aussi bien que national, en définissant de façon plus exigeante les responsabilités de tous les acteurs - étatiques ou non. La souveraineté démocratique ne peut être cloisonnée, elle se partage.

  • Les axes historiques de la diplomatie commerciale brésilienne sont pour l'auteur l'occasion de souligner le bilan extérieur de la décennie du Président Fernando Henrique Cardoso puis surtout de saisir avec acuité l'action innovante développée depuis 2003 par le Président syndicaliste Luis Inacio Lula da Silva, dit Lula. Ce travail se classe parmi les travaux de référence pour qui veut comprendre les enjeux du Brésil de 2006 et la nouvelle géographie du commerce international qui se recompose sous nos yeux.

  • A une époque où les pays sous-développés tentent d'instaurer une planification véritable, où ils sont contraints de recourir toujours davantage aux organismes internationaux d'aide et de crédit, la comptabilité nationale est devenue pour eux un instrument indispensable. Sans elle, l'élaboration des plans, la justification des demandes d'aide et de crédit et de leurs utilisations serait chose impossible. Aussi le Système de comptabilité nationale des Nations-Unies (version 1969) est adopté, ou en voie de l'être, dans la quasi-totalité des pays africains, tandis que les pays développés conservent des systèmes qui, s'ils peuvent différer dans une plus ou moins large mesure du Système des Nations-Unies, en fournissent au moins les agrégats et tendent à s'en rapprocher de plus en plus. Le Système de comptabilité nationale des Nations-Unies a donc une vocation internationale. Or, si un manuel d'application a été rédigé par les services de la Coopération française, l'ouvrage présent est le premier à en assurer une présentation tout à la fois théorique et pratique. Des exercices visent à familiariser le lecteur et l'étudiant avec le maniement des comptes et des règles de comptabilisation. Une analyse critique des conditions d'introduction dans les pays africains tente d'en dégager les limites, et débouche ainsi sur la question de savoir si un tel système peut être étendu à des structures économico-sociales différentes de celles pour lesquelles il a été conçu.

empty