• Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage a été pensé et écrit pour les élèves. Il s’adresse aux lycéens de Terminale STI2D de spécialité SIN (Systèmes d’Information et Numérique) et même de Première.Il présente et décrit tous les points fondamentaux du référentiel en s’appuyant sur des exemples et des schémas clairs. Des exercices corrigés concluent chaque chapitre afin de valider les notions abordées.L’objectif de cet ouvrage est d’amener les élèves à trouver, comprendre et justifier des solutions technologiques pour l’acquisition, le traitement et la transmission d’informations (voix, données, images) ainsi que pour l’interfaçage homme-machine.Il a été écrit au travers de l’expérience de classes à examens, en gardant à l’esprit la philosophie de projet et l’épreuve orale de communication du BAC. Ceci implique l’étude de la constitution des supports de transmission comme les réseaux informatiques, les différents types de mémoire et les produits multimédia. Cet ouvrage reprend les bases de l’électronique nécessaires à toute étude technologique.Vous trouverez aussi des conseils pour aborder en toute confiance et réussir une épreuve orale.C’est un support à la fois pour la partie cours, pour le projet de Terminale mais aussi un socle solide pour les études supérieures.

  • Le lean est un système de gestion d'entreprise et d'organisation, mis au point au Japon, qui cherche à éradiquer toute forme de gaspillage par des actions continues et progressives, impliquant l'ensemble du personnel. Comment se vit-il dans les entreprises où il est appliqué ? Quels sont les impacts sur les conditions de travail, sur la santé des salariés, sur la pénibilité physique et les risques psychosociaux ? Un ouvrage pour mieux comprendre l'histoire, les outils et les méthodes du lean.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Louis le berger vivait ici. Le chien était son plus fidèle compagnon. Avec son troupeau de moutons, il avait parcouru toutes les crêtes et les vallons. Il connaissait les plantes, les champignons, le chant des oiseaux, le passage du lièvre et du renard. Deux fois par semaine, le boulanger lui portait un gros pain. Dans sa grande cuisine, le feu de bois brûlait et la pendule comtoise rythmait le temps. Sur la table, se trouvaient quelques journaux qui lui apportaient des nouvelles du monde, des champignons séchés, et deux verres renversés sur un torchon témoignant que, dans cette modeste demeure, on savait offrir à boire à tout arrivant. Les années avaient passé, la maladie avait usé son corps. Il avait dû se résigner à vendre ses bêtes, une séparation difficile, puis entrer dans une maison de soins. C'est là que le berger est décédé, loin des montagnes qu'il aimait. Une autre maison qui se ferme, et c'est un peu le village qui meurt. Adieu le berger.

  • Peut-on contester son niveau d’imposition en arguant du caractère confiscatoire du prélèvement ? La réponse est aujourd’hui négative, du moins sous cette forme-là. L’impôt confiscatoire défini, hors du cadre de la sanction, comme un prélèvement dont la nature ou le niveau serait manifestement excessif, a pourtant connu une évolution récente florissante.
    Si le Conseil constitutionnel français a progressivement décidé de fonder l’exigence d’un impôt non-confiscatoire sur le principe d’égalité devant les charges publiques, il semble difficile de concevoir un impôt confiscatoire sans référence au droit de propriété, référence qui permettrait de donner toute sa vigueur à cette exigence. Quoi qu’il en soit, de notables évolutions sont à attendre en ce qui concerne l’exigence d’un impôt non-confiscatoire. Déjà ouvert aux praticiens par le biais de la question prioritaire de constitutionnalité, ce nouvel outil contentieux est incontestablement appelé à se développer.
    Cet ouvrage retrace la genèse de la notion d’impôt confiscatoire en droit français et la compare avec les évolutions de la jurisprudence internationale.
    Il tente de dégager un équilibre entre principe d’égalité devant l’impôt et droit de propriété. Il intéresse les cadres et dirigeants d’entreprise, les magistrats et fiscalistes.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty