• Pour célébrer le "Centenaire de la Gaffe", Jean Nohain a déjà publié un premier livre, GAFFES ET GAFFEURS, couronné par le "Prix des Humoristes 1972". Ce n'est en effet qu'en 1872 que le mot GAFFE est apparu officiellement dans la langue française avec le sens qu'il a aujourd'hui - et pour longtemps ! Comme monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir, les Français ont commis, de génération en génération, bourdes, bévues, impairs et pataquès - sans se douter que c'étaient des gaffes ! Dans GAFFES ET GAFFEURS, "manuel de première année élémentaire", Jean Nohain avait déjà rassemblé plus de cinq cents gaffes : gaffes d'hier et d'aujourd'hui, gaffes à la radio et à la télévision, gaffes d'écrivains, gaffes mondaines, gaffes historiques... Cette SUITE DE GAFFES constitue en quelque sorte le "livre de deuxième année", un "cours complémentaire" plein de leçons nouvelles et d'exemples inédits. Comme il s'agit aussi d'un enseignement permanent, le lecteur avide de s'instruire - et surtout de s'amuser sans malice aux dépens des gaffeurs - peut aussi bien commencer dès aujourd'hui de souriantes études avec cette SUITE DE GAFFES, avant d'avoir lu le volume précédent. Car la gaffe serait justement de vouloir prendre cette étude au sérieux !...

  • En 1952, Jean Nohain donnait aux Éditions Julliard un livre alerte, savoureux, dans lequel il évoquait ses souvenirs et traçait le portrait de nombreux amis. C'était J'ai cinquante ans. Avec la Main chaude voici pour nous, ses lecteurs (et ses compagnons), d'heureuses retrouvailles. ILS sont là, ceux que l'auteur a croisés (et aimés), de Camille Flammarion à Claude Dauphin : Courteline, Marguerite Moreno, Francis Poulenc, Lucien et Sacha Guitry, Tristan Bernard, Françoise Rosay, Gabriel Fauré, Pauline Carton, Marcel Achard, Maurice Donnay, Marcel Pagnol, Joseph Kessel, Pierre Fresnay, Maurice Chevalier, Fernand Raynaud - et bien d'autres. Tous vivants, grâce à la mémoire d'un exceptionnel témoin, dont l'ironie est toujours indulgente, et l'oeil clair. Louis Jouvet disait, dans Entrée des Artistes à ses élèves comédiens du Conservatoire : « Vous avez vingt ans et je ne les ai plus, puisque c'est vous qui les avez, et que tout le monde ne peut avoir vingt ans en même temps. » Jean Nohain a quatre fois vingt ans. Et il a la sagesse, le sourire, la sérénité à peine mélancolique d'un homme qui a traversé le siècle en journaliste et en comédien, en conférencier, en écrivain. Il donne aujourd'hui avec la Main chaude un album où vivent quelques hommes et quelques femmes hors du commun, peints avec beaucoup d'humour et d'amitié. Gilbert Sigaux

  • Pour célébrer le "Centenaire de la Gaffe", Jean Nohain a déjà publié un premier livre, GAFFES ET GAFFEURS, couronné par le "Prix des Humoristes 1972". Ce n'est en effet qu'en 1872 que le mot GAFFE est apparu officiellement dans la langue française avec le sens qu'il a aujourd'hui - et pour longtemps ! Comme monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir, les Français ont commis, de génération en génération, bourdes, bévues, impairs et pataquès - sans se douter que c'étaient des gaffes ! Dans GAFFES ET GAFFEURS, "manuel de première année élémentaire", Jean Nohain avait déjà rassemblé plus de cinq cents gaffes : gaffes d'hier et d'aujourd'hui, gaffes à la radio et à la télévision, gaffes d'écrivains, gaffes mondaines, gaffes historiques... Cette SUITE DE GAFFES constitue en quelque sorte le "livre de deuxième année", un "cours complémentaire" plein de leçons nouvelles et d'exemples inédits. Comme il s'agit aussi d'un enseignement permanent, le lecteur avide de s'instruire - et surtout de s'amuser sans malice aux dépens des gaffeurs - peut aussi bien commencer dès aujourd'hui de souriantes études avec cette SUITE DE GAFFES, avant d'avoir lu le volume précédent. Car la gaffe serait justement de vouloir prendre cette étude au sérieux !...

  • En 1952, Jean Nohain donnait aux Éditions Julliard un livre alerte, savoureux, dans lequel il évoquait ses souvenirs et traçait le portrait de nombreux amis. C'était J'ai cinquante ans. Avec la Main chaude voici pour nous, ses lecteurs (et ses compagnons), d'heureuses retrouvailles. ILS sont là, ceux que l'auteur a croisés (et aimés), de Camille Flammarion à Claude Dauphin : Courteline, Marguerite Moreno, Francis Poulenc, Lucien et Sacha Guitry, Tristan Bernard, Françoise Rosay, Gabriel Fauré, Pauline Carton, Marcel Achard, Maurice Donnay, Marcel Pagnol, Joseph Kessel, Pierre Fresnay, Maurice Chevalier, Fernand Raynaud - et bien d'autres. Tous vivants, grâce à la mémoire d'un exceptionnel témoin, dont l'ironie est toujours indulgente, et l'oeil clair. Louis Jouvet disait, dans Entrée des Artistes à ses élèves comédiens du Conservatoire : « Vous avez vingt ans et je ne les ai plus, puisque c'est vous qui les avez, et que tout le monde ne peut avoir vingt ans en même temps. » Jean Nohain a quatre fois vingt ans. Et il a la sagesse, le sourire, la sérénité à peine mélancolique d'un homme qui a traversé le siècle en journaliste et en comédien, en conférencier, en écrivain. Il donne aujourd'hui avec la Main chaude un album où vivent quelques hommes et quelques femmes hors du commun, peints avec beaucoup d'humour et d'amitié. Gilbert Sigaux

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Tout ce qui fait le bonheur de nos vacances : du ciel... de l'amour... et des jeux ! Sur cette réflexion souriante de son ami Tristan Bernard, Jean Nohain est parti à la recherche de ses propres souvenirs de vacances, des vacances d'hier et d'avant-hier, à Deauville. Du ciel, au XIXe siècle, gris perle, bleu et blanc, avec le peintre Eugène Boudin ; de l'amour, au XVIIIe siècle, avec Sophie Arnould et le comte de Lauraguais, qui baptisèrent leur fils « Dioville » ; des jeux toujours, avec Jean Nohain lui-même devant le tapis vert et sur la pelouse du champ de courses. Avec sa verve et sa malice, Jean Nohain nous conte l'Histoire et les histoires des Châteaux de sable de Deauville.

empty