• Lire l'Évangile "à partir des plus pauvres": telle est la voie à laquelle s'est attaché le Père Joseph Wresinski (1917-1988), le fondateur du mouvement "ATD Quart Monde", et c'est sur cette voie d'accès au mystère du Christ qu'il nous entraîne. Le Père Wresinski a compris et mis en oeuvre une "christologie des pauvres" dont on voudrait montrer dans cet ouvrage combien elle peut être d'une décapante "richesse".
    La Bonne Nouvelle de l'Évangile doit être annoncée aux pauvres et, dans un même temps, les pauvres sont les premiers à l'annoncer! Or, cette identification entre l'annonceur et le bénéficitaire du message évangélique s'accomplit dans la personne même du Christ: c'est bien parce que Jésus s'est fait "misérable", parce qu'il s'est identifié aux pauvres et "abaissé" jusqu'à eux, qu'il a pu bénéficier du salut qu'il leur annonçait.
    La présence d'un tel volume dans la collection "Jésus et Jésus-Christ" pourra surprendre, Joseph Wresinski n'ayant jamais eu la prétention de faire oeuvre de théologie. Ce choix éditorial entend précisément démontrer que l'expérience humaine aux côtés des plus pauvres peut devenir la source authentique d'une pensée proprement christologique.

  • Comment expliquer le paradoxe fondamental de la matière vivante, qui allie stabilité et robustesse des formes à une dynamique interne constante ? Ce n'est pas seulement l'information génétique contenue dans les cellules, mais aussi les processus biochimiques et moléculaires observables in vivo qui sont à l'oeuvre dans la morphogenèse. S'y ajoute la contribution essentielle des forces mécaniques qui, de la molécule au tissu, modèlent l'organisme. La dynamique du vivant émerge ainsi du contrôle biologique et des contraintes physiques à toutes les échelles. Son étude réunit aujourd'hui une communauté interdisciplinaire en pleine expansion qui observe, analyse et modélise le vivant.

  • Si l'on peut parler d'un désir de Dieu inscrit dans le coeur de l'homme, qu'en est-il du côté de Dieu ? Dieu désire-t-il entrer en communion avec chacun de nous ? Y aurait-il du désir dans la Trinité sainte ? Après avoir élaboré une nouvelle conception du désir, Jean-Baptiste Lecuit s'interroge sur le désir de l'homme pour Dieu : en quoi consiste-t-il ? Quel exaucement lui est-il offert ? Par quelles voies ? Est-il naturel à tout être humain ? En un renversement de perspective, l'auteur s'interroge aussi sur la possibilité que Dieu désire l'être humain et son salut. Il met au jour un courant ininterrompu de Pères de l'Église, de mystiques et de théologiens qui, malgré l'avis contraire d'Augustin et de Thomas d'Aquin, n'a cessé de reconnaître et d'annoncer un tel désir, de façon toujours plus insistante. Ce parcours passionnant dans la Tradition de l'Église débouche sur une réflexion justifiant l'attribution à Dieu d'un désir pour l'homme et montrant sa portée théologique et spirituelle.

  • Les frontières de l'humain se révèlent poreuses et de plus en plus floues. Il y a une invitation, une urgence : repenser l'humain. Parmi les différentes frontières à explorer, celle entre l'homme et la chose s'avère être l'une des plus intéressantes. Le déplacement de cette frontière se donne à voir, de manière saillante, dans le post humanisme. De ces analyses, il ressort que la question anthropologique décisive ne serait pas "qu'est-ce que l'homme ?" mais "que peut-on faire à l'homme et avec lui ?".

  • Comment bien s'interroger sur l'intériorité aujourd'hui sans prendre appui sur l'expérience d'une des traditions spirituelles les plus vivantes du christianisme, le Carmel ? C'est tout le projet de cet ouvrage issu d'un colloque organisé par la province de France des carmes déchaux à l'Institut catholique de Paris les 13 et 14 octobre 2011. La première partie - historique - est consacrée à l'arrivée des carmes déchaux dans le milieu religieux et culturel du XVIIe siècle français, et à son influence. Cet événement participe d'un profond mouvement de renouveau humain et spirituel. Dans la seconde partie, les ressources de la théologie, de la philosophie et de la psychanalyse sont mobilisées pour répondre à une question plus large : comment comprendre aujourd'hui la relation personnelle à Dieu, qui est au coeur de la voie carmélitaine ? Cette relation personnelle n'est pas, à l'évidence, simple affaire d'intériorité. Mais c'est sur l'intériorité que l'accent se porte ici, pour mieux en situer les enjeux.

  • How can we explain the fundamental paradox of living matter, which combines stability and robustness of form with constant internal dynamics? It is not only the genetic information contained in every cell, but also numerous stochastic biomolecular processes that are at work in morphogenesis. In addition, the shaping of an organism is driven by mechanical forces that operate within and between cells, across tissues and organs. The dynamics of morphogenesis is a self-organized process that emerges from biological control and physical constraints at all scales. Its study is currently bringing together a fast-growing interdisciplinary community that observes, analyses and models living organisms.

  • Où l'humain commence-t-il et où finit-il ? Auparavant, la chose était claire : l'homme était le seul être parlant, doué de raison. Aujourd'hui ce privilège est relativisé : on insiste sur la ressemblance et les continuités entre l'homme et certains animaux. Notre passion égalitaire aurait-elle cédé à l'emballement, en s'étendant aux animaux ? Des interrogations éthiques et juridiques inédites naissent : quels droits pour les animaux ? Peut-on autoriser le clonage, ou la fabrication d'hybrides homme-machine ? Les auteurs ont pensé que ces questions méritaient réflexion.

empty