• Le Pr Julien Garel, éminent biologiste français de renommée internationale, émet, au cours d'une interview à la télévision, une théorie particulièrement hardie : l'espèce humaine est appelée à subir, au long des siècles à venir, une mutation propre à modifier profondément sa condition. Le lendemain même de cette émission, le professeur reçoit, à son service de l'Hôtel-Dieu, la visite d'un étrange personnage qui prétend s'identifier, sur tous les points, à ce mutant hypothétique. Le Pr Garel ne voit d'abord dans Ludovic Salvage - c'est le nom du visiteur - qu'un imposteur et un mystificateur. Mais les preuves fournies sont telles, que le biologiste est conduit à entreprendre une enquête sur la vie privée de Ludovic Salvage, sur le passé multiple et caché auquel le condamne sa fabuleuse singularité. Le cas Salvage apparaît tellement extraordinaire, au sens littéral du mot, que le Pr Garel le consigne dans un rapport écrit au jour le jour. Rapport déposé sous scellés à l'Académie des Sciences, et ne devant être porté à la connaissance du public, d'après les volontés de Salvage, qu'après sa mort. Si, transgressant ces volontés, ce livre le révèle dès à présent, c'est que la mutation capable de transformer l'homme de demain ne peut, pensons-nous, que passionner l'homme d'aujourd'hui.

  • La réflexologie est une méthode de santé en plein essor. Pour le réflexologue, le pied est la représentation miniaturisée du corps humain. Ainsi, en exerçant des pressions sur une zone précise de celui-ci, il va agir sur le fonctionnement des organes internes de son patient. Après avoir replacé l'approche dans champ des pratiques de bien-être, les auteurs la définissent et en décrivent les champs d'application et la pratique.

  • Apprendre de sa santé motrice nécessite, en première partie, d'analyser les gestes à partir des techniques du corps et des effets sur la perception du corps vécu. Apprendre du bien-être de son corps vivant, en deuxième partie, explore l'estime de soi et l'approfondissement par des gestes sensoriels. Apprendre par des gestes ludo-coopératifs ouvre, en troisième partie, à une socialisation heureuse et partagée dans une santé durable.

  • Le développement rapide de l'activité féminine à partir du début des années soixante, que ne perturbe pas la crise actuelle de l'emploi, constitue un des faits marquant l'évolution et la transformation des ressources en main-d'oeuvre disponibles durant cette deuxième moitié du XXe siècle. L'accroissement du niveau de l'activité féminine s'accompagne de profondes transformations, qui doivent être interprétées comme des propagateurs favorables à l'attraction des femmes sur le marché du travail : l'évolution démographique, les nouvelles conceptions du mariage et de la famille, l'évolution du niveau de vie et les modes de consommation sont autant de propagateurs d'une activité féminine plus intense et continue. En ce sens, ces transformations ont stimulé une disponibilité plus grande des ressources potentielles en main-d'oeuvre féminine ; les restructurations de l'appareil productif français se sont largement appuyées sur la mobilisation massive de ces nouvelles ressources et ont constitué de ce fait une puissante force d'attraction des femmes dans le salariat : le développement rapide des activités du tertiaire, la diffusion des femmes dans l'industrie, le développement de formes particulières d'emploi sont des facteurs révélateurs de changements dans les modalités d'usage de la main-d'oeuvre, changements pour lesquels les femmes ont joué un rôle privilégié. En ce sens, les femmes ont joué et jouent un rôle permissif dans les restructurations en cours du système productif en les facilitant voire les accélérant. C'est par le biais de cette double approche que l'on peut apprécier véritablement le sens des changements récents de l'activité des femmes, approche qui contribue à alimenter le débat ancien sur la fonction de réserves de main-d'oeuvre jouée par les femmes et le débat actuel sur l'irréversibilité des mouvements en cours.

  • L'approche de médiation continue de gagner de nouveaux champs de pratique et de nouvelles professions dans une mouvance, un développement et un intérêt marqué socialement dans la recherche d'alternatives aux spirales de conflits.

    L'auteur aborde quelques notions générales sur la médiation et ses modalités pour introduire à l'histoire et au développement de cette approche en protection de la jeunesse et en droit pénal juvénile au Québec. Des définitions, caractéristiques, exemples et modalités d'application du processus de négociation sur intérêts ou de médiation sont présentés pour les deux domaines de pratique psyco-socio-légale associés à la Loi sur la protection de la jeunesse (LPJ) de juridiction provinciale et à la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents (LSPJPA)de juridiction fédérale. Plusieurs recherches récentes et d'envergure sont résumées pour une meilleure appréciation du sujet.

    Aucun autre ouvrage ne traite à la fois et de façon intégrée de données spécifiques de cette aprproche pour la relation d'aide en contexte d'autorité et l'exercice de la justice pénale.

empty