• Monsieur Seguin s'ennuyait, depuis que Blanchette, sa bien-aimée chevrette, avait été dévorée par le Grand-Méchant-Loup, là-haut dans la montagne. Il avait bien essayé d'élever d'autres animaux. Des vaches : trop bêtes ! Des oies : trop emplumées ! Des chats : trop ronronnants ! Des poules : trop caquetantes ! Des éléphants : trop gros ! Des crocodiles : trop larmoyants ! Aucun animal ne pouvait remplacer Blanchette... Il devenait triste mais triste ! C'en était à pleurer ! Son vieux chien pleurait, sa vieille porte pleurait de tous ses gonds, son saule pleurait, et, quand il quittait ses lunettes, ses yeux pleuraient. Sans cesse, il pensait à Blanchette, digérée par ce monstre de loup inventé par cet autre monstre, ce Daudet Alphonse, dont personne n'a jamais osé montrer la responsabilité dans ce drame campagnard ! Alors que toutes ces larmes dégoulinaient de concert, le téléphone sonna. - Dring ! Dring ! Dring ! Et alors, papa, tu décroches ou je continue à sonner ? Ce n'était pas la première fois que le téléphone parlait, ainsi « papa » ne s'étonna-t-il pas. Il décrocha.

  • C'est le jour de la rentrée scolaire dans la petite ville de Port-Louis, près de Lorient, au bord de l'Océan Atlantique. Laura, Gaël et Loïc ont l'habitude de se retrouver après la classe dans un ancien bastion des remparts. Surprise ! ce jour-là un autre enfant s'y est réfugié, après un long voyage comme passager clandestin à bord d'un cargo. Khalifa, c'est son prénom, est à la recherche de ses parents. Les trois autres enfants décident de le cacher et de l'aider. Y parviendront-ils ? Khalifa, retrouvera-t-il ses parents ou sera-t-il renvoyé dans son pays le Mali ?

empty