• Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • "Il faut laisser grande ouverte la porte de l'immigration en répandant la nouvelle que la colonie regorge d'or... Quelques-uns risquent de se faire dévorer ? La belle affaire ! On ne colonise pas avec des enfants de choeur." Ainsi s'exprimait prophétiquement le capitaine Maximilien Las Cazas en 1855 dans son rapport au ministre de la Marine et des Colonies. La colonisation du "Caillou" ne se fit pas seulement avec des colons-paysans, mais aussi avec des aventuriers, des missionnaires, des santaliers, des chercheurs d'or, des bagnards, des sucriers, des Chinois, des Malabars, des Polynésiens, des communards... une population hétérogène se constitua, entre les éléments de laquelle une coexistence précaire s'instaura, apparemment solide tant que parvenaient à la cimenter des intérêts communs, mais dangereusement menacée chaque fois que se trouvait remise en cause, comme en 1878 et en 1917, l'appartenance des terres aux colons. Le boom minier des années 1960 sapa cet équilibre fragile en introduisant dans le territoire des formes de consommation dont furent exclus les indigènes. Parallèlement, une élite canaque, formée à l'école des blancs, prenait conscience d'une inégalité croissante. Tout était prêt pour qu'une explosion politique et morale vienne bouleverser cette France du bout du monde...

  • L'aventure naît au temps du Front Populaire. Paulo, un gamin de la banlieue parisienne, rencontre au cours de ses vacances Jeannette, petit rejeton d'une de ces "bonnes familles" richement installées en province dès les années 30. Nous sommes en pleine fracture sociale. Une bourgeoisie droitière s'effraie de la montée des "Rouges" et d'un rassemblement populaire qui la menace ouvertement. Des militants marchent le poing levé contre les ligues réactionnaires. Les enfants ne pourront-ils grandir qu'à l'ombre des silos de blé, au rythme lent d'un village caché ?

empty