• Méditation poétique sur le prologue de l'Evangile selon saint Jean, sur fond de dialogue entre deux personnages : Qurad, père de Antara, guerrier et poète arabe antéislamique, et Gaîa, personnification de la Terre dans la cosmogonie hésiodique.

  • L'Europe au début des années 70. Dans une ville universitaire, Seif, étudiant en médecine, rencontre Rosa, l'idéaliste qui rêve, avec ses camarades, d'actions directes. Leur jeunesse les rapproche, leur mode de vie, leurs engagements politiques les opposent. A travers eux s'affrontent et s'apprivoisent deux cultures ; autour d'eux gravitent, dans un climat de violence et d'intolérance, Judith la pasionaria, Najm et Gad, lucides et généreux, Baïame l'institutrice, défigurée au cours d'un raid aérien, des groupuscules militants, des combattants... Ibrahim Souss peint, avec pudeur et retenue, les amours tragiques de Rosa et de Seif et nous entraîne dans les activités de l'ombre. Il nous rappelle aussi avec force et passion que l'amour et la haine n'ont pas de patrie. Ibrahim Souss signe, ici, son deuxième roman.

  • Il y a deux manières d'établir un dialogue avec un adversaire. La manière faible, qui consiste à « passer » sur les torts de l'autre. Et à se lamenter sur ses propres erreurs ; cette manière repose sur des bases mouvantes, susceptibles de s énoncer. La manière forte, qui demande courage et détermination, est la plus sûre pour faire reconnaître et appliquer le droit. Ibrahim Souss, dans cet essai, a opté pour la seconde solution. Délégué général de Palestine en France, il est au coeur de l'action diplomatique ; dans un conflit où demeurent tant de zones d'ambre, alors que se profile à l'horizon une conférence de paix entre tous les antagonistes, l'auteur donne ici les clefs indispensables pour en comprendre l'enjeu.

  • À Jérusalem, deux enfants découvrent l'amour. Il est palestinien, elle est israélienne, et les événements dramatiques qu'ils vivent ne font que renforcer leur passion naissante. Le conflit entre leurs deux peuples va bientôt sceller la fin des jours heureux. Salomé reste à Jérusalem, Bahgat doit s'exiler, quitter la terre de ses ancêtres, sans savoir que la jeune femme porte leur enfant. Au fil des années, malgré la distance qui les sépare, malgré les exigences de leur nouvelle vie et leurs inconciliables idéaux, ils resteront hantés par le souvenir de leur amour. Mais leurs retrouvailles seront-elles placées sous le signe du bonheur et de la réconciliation, ou marquées du sceau de la plus effroyable des fatalités ? De la Palestine, en 1935, à la poignée de main entre Yasser Arafat et Yitzhak Rabin, une bouleversante histoire d'amour, à l'image d'une terre en proie à tous les déchirements.

empty