• " Celui qui l'a écrit était bien un maître "aristocrate et païen' pour donner autant de vraisemblance à cette assemblée londonienne qui jette avec ses habits sa vertu, se baignant dans le péché avec l'appétit et l'innocence de jeunes loups au plus fort du carnage. " Le Nouveau quotidien (Suisse)

    Dans le salon très mondain de Lady Helling, toute la gentry écoute le sulfureux colonel Boldman exposer avec complaisance ses théories et pratiques quant à l'usage de la fessée et du fouet appliqué à l'éducation des jeunes filles. À l'écart, l'hôtesse se prend à rêver de l'époque où le jeune et trop pauvre lieutenant Boldman ne pouvait prétendre l'épouser, elle, la richissime héritière des Robson.

    Quelque temps plus tard, le bel officier révélera à la très vertueuse lady sa véritable nature...

    En 1905, à la fin de sa vie, un dénommé Jean de Villiot, pseudonyme de Hughes Rebell, publie ce
    Fouet à Londres chez Charles Carrington, connu pour son catalogue sadomasochiste et ses publications d'Oscar Wilde parues sous le manteau. Sans conteste, le romancier écrivit ce livre – où l'hypocrisie et la perversité sont le lot de tous – dans la jubilation et avec une distance qui force le rire

  • Ce Journal d'une enfant vicieuse fut publié clandestinement en 1903 par Hugues Rebell, grand adepte de la flagellation. Rapidement censuré, très peu d'éditions sont parvenus jusqu'à nous, pourtant le lecteur y trouvera toutes les obsessions érotiques de l'auteur : flagellation, punition, coprophilie, jeunes filles en fleurs...
    Un Journal à l'image de son auteur, vicieux, très vicieux !
    Rose confie dans son Journal à la première personne ses tourments sensuels de jeune fille et la découverte des plaisirs interdits avec sa meilleure amie. Pleine de vices et dévergondée, Rose est bientôt envoyée par sa tante en pensionnat dans un couvent où elle découvre les corrections des bonnes soeurs et des explorations sexuelles pas très catholiques avec ses camarades du couvent !
    /> Son éducation vicieuse ne fait que commencer...

empty