• La terreur, l'horreur, l'informe du rêve, Lovecraft ne les éveille pas pour jouer. Il sait seulement que tout cela nous en disposons déjà, depuis l'enfance, ou dans l'inquiétude du quotidien. Il en est juste un formidable amplificateur.
    Et c'est ainsi qu'il est temps de le lire : parce que s'y joue définitivement une bascule majeure de la littérature.
    François Bon
    Né aux États-Unis en 1890 et mort en 1937, Howard Phillips Lovecraft est considéré aujourd'hui comme l'un des écrivains d'horreur et de science-fiction les plus importants du XXe siècle.
    " Howard Phillips Lovecraft constitue un exemple pour tous ceux qui souhaitent apprendre à rater leur vie, et éventuellement à réussir leur œuvre. "
    Michel Houellebecq

  • On sait que, 1908 à 1913, soit de ces dix-huit à ses vingt-trois ans, le jeune Lovecraft traversa une phase encore mal expliquée d'enfermement et claustration - sans laquelle probablement il n'y aurait jamais eu le grand inventeur de littérature que nous connaissaons.
    C'est exactement à ces mêmes dates qu'une étrange amnésie se saisit d'un très honorable professeur d'économie à l'université, qui certes ne s'était jamais intéressé au surnaturel ni au paranormal. Et quand il reprend conscience et possession de lui-même, il n'a de cesse de comprendre ce qui a pu ainsi lui arriver - sauf qu'il doit suivre deux pistes en même temps : celui qui agissait sous son nom, doté d'étranges propriétés, et l'être encore plus étrange qui était lui-même, mais captif d'un monde étonnant et terrible, dont l'horreur est insurmontable.
    Écrire de novembre 1934 à février 1935, alors qu'il reste à Lovecraft deux ans à vivre, d'abord une brève version de seize pages et puis le manuscrit que nous connaissons, c'est seulement en 1994 que nous disposerons du manuscrit original, et d'une édition non fautive, qui a servi de base à cette nouvelle traduction.
    Les temps inconnus de civilisations qui nous ont précédés, la coexistence et la possible communication mentale entre des espèces vivant à différents points et époques du cosmos, Lovecraft pratique ces thèmes depuis toujours (lire "Dagon" ou "Par-delà le mur du sommeil", ces deux textes dès 1919). Dans cette période où s'invente la science-fiction, le récit de Lovecraft devient livre-culte : jamais on n'a jonglé avec autant de fascination hallucinée avec les règles du temps.
    Mais si le coup de force, ici, était moins dans le thème que dans ce qui nous relie au monde du narrateur ? Jamais Lovecraft n'a affronté d'aussi près la possible continuité et porosité entre le monde dit normal et l'horreur toujours présente au fond de nous-mêmes.
    À quatre-vingts ans exactement de sa première rédaction et publication, toujours un livre du vertige.
    FB


  • Le narrateur, Robert Olmstead, amateur de civilisation ancienne et venant de fêter sa majorité, entreprend un voyage à travers la Nouvelle-Angleterre afin d'en apprendre un peu plus sur ses origines. Arrivé à la gare de Newburyport pour prendre le train vers Arkham, il découvre l'existence d'une ligne de bus passant par la mystérieuse et lugubre Innsmouth. Cette option lui semble bien plus avantageuse au vu de sa maigre bourse, mais étrangement les gens semblent avoir un dégoût profond pour ce village aux habitants peu commodes et physiquement très peu avantagés. Après une visite au musée de Newburyport où il découvre des bijoux forgés dans un métal inconnu et aux formes étranges, sa curiosité envers la ville est accrue et c'est ainsi que le lendemain il s'embarque dans le bus conduit par un autochtone, Joe Sargent.

  • Un Lovecraft grande période, un de ses romans les plus longs, et surtout dans une dimension tragique qui en ferait presque un roman réaliste. Presque.
    Un homme qui vit seul dans les montagnes isolées du Vermont, par temps de cataclysme et d'inondation charriant d'étranges cadavres. Empreintes découvertes au matin, bruits dans la nuit, tous les ingrédients de la peur sont là.
    Le narrateur lui vient de la ville, et c'est un feu d'artifice aussi pour mettre tous les moyens de communication moderne au service de la transgression fantastique, du surnaturel. Train, voiture, téléphone, télégramme, courrier postal. Les photographies qu'on fait, et qui sont volées, et même des enregistrements avec des outils radiophoniques, avant la révélation finale de ces cerveaux placés avec électrodes dans d'étranges bocaux, à partir de quelques révélations einsteiniennes et écho de la récente découverte de Pluton.
    Écrit du 24 février au 26 septembre 1930, période inhabituellement longue pour Lovecraft, basé sur la description d'inondations réelles, et d'un voyage de Lovecraft lui-même sur les lieux, un livre géant aussi par la majesté de ces paysages hostiles de l'Amérique originelle, intouchée et mystérieuse.
    Et si "The whisperer in the darkness", publié dans le fameux "Weird Tales" en août 1931, était aussi une magnifique et dérangeante porte d'entrée pour qui ne connaîtrait pas Lovecraft ou souhaiterait le redécouvrir?
    FB

  • Et si la planète, dans les zones que personne n'a explorées encore, préservait intacts des secrets d'avant l'âge humain?
    Et si l'évolution, l'art, les guerres mais aussi la décadence de ces races pré-humaines nous parlaient de notre propre cvilisation, ses peurs, ses dangers?
    Les années 20 sont un point culminant de l'exploration antarctique. On explore le continent inconnu en avion, et les expéditions communiquent par radio avec les journaux du monde civilisé. La photographie, la radio, les transports aériens sont des révolutions techniques à égalité de ce qu'on apprend sur l'univers, la dérive des continents, ou tout simplement le corps, ou le cerveau.
    C'est dans cette cette Amérique-là qu'à Providence, dans sa chambre du 10 Barnes Street, Lovecraft le solitaire va écrire ses plus grandes oeuvres.
    «Montagnes de la folie»: une première rédaction manuscrite de 80 pages, biffurée, raturée, surchargée, écrite du 24 février au 22 mars 1931, et qui va devenir, les deux mois suivants, un dactylogramme de 115 pages. Ce texte exceptionnel, qu'on ne peut lire sans frissonner, un des plus grands classiques de la littérature fantastique de tous les temps, et un des plus longs de Lovecraft, sera pourtant refusé par tous ses éditeurs, dont le principal, le magazine «Weird Tales», et ne sera publié que 5 ans plus tard, quelques mois avant sa mort (en 1937, à 46 ans), dans une version tronquée et charcutée.
    C'est depuis quelques années seulement qu'existe un texte fiable et complet des «Montagnes de la folie», en voici la première traduction française.
    En route pour le grand Sud de tous les mystères, tous les mirages, sa cité morte et ses montagnes interdites.
    FB

  • Howard Phillips Lovecraft est sans nul doute l'auteur fantastique le plus influent du XXe siècle.
    Son imaginaire unique et terrifiant n'a cessé d'inspirer des générations d'écrivains, de cinéastes, d'artistes ou de créateurs d'univers de jeux, de Neil Gaiman à Michel Houellebecq en passant par Metallica.
    Le mythe de Cthulhu est au coeur de cette oeuvre: un panthéon de dieux et d'êtres monstrueux venus du cosmos et de la nuit des temps ressurgissent pour reprendre possession de notre monde. Ceux qui en sont témoins sont voués à la folie et à la destruction.
    Découvrez ou replongez-vous avec un délice coupable dans les récits les plus emblématiques de ce mythe, qui vous sont proposés à l'unité au sein de la collection Brage...
    />
    Le mythe de Cthulhu n'a jamais été aussi réel...

  • À Providence, au début du XXème siècle, Charles Dexter Ward est un jeune homme brillant qui consacre son temps à des études d'architecture. Son intérêt pour les choses anciennes est multiplié quand il apprend qu'un de ses ancêtres est un dénomme Curwen, habitant de Salem. Il découvre, cachées derrière un tableau représentant l'aïeul, un rouleau de lettres d'époque, dans lesquelles il va se plonger...

  • "C'était le reflet vampirique de la pourriture, des temps disparus et de la désolation ; le phantasme, putride et gras d'égouttures, d'une révélation pernicieuse dont la terre pitoyable aurait dû pour toujours masquer l'apparence nue. Dieu sait que cette chose n'était plus de ce monde - et pourtant au sein de mon effroi, je pus reconnaître dans sa matière rongée, rognée, où transparaissaient des os, comme un grotesque et ricanant travesti de la forme humaine. Il y avait, dans cet appareil pourrissant et décomposé, une sorte de qualité innommable qui me glaça encore plus."

  • En 1931, alors qu'il s'engage pour les 6 années qui lui restent dans ses récits les plus sombres et les plus immenses, Lovecraft dit que "La couleur tombée du ciel" est l'histoire dont il est le plus fier.
    Vrai que, dans ce récit d'un seul bloc, il ne nous laisse pas vraiment respirer. Mais c'est autre chose : l'objectivité de ce narrateur, jeune ingénieur hydraulicien venu inspecter une vallée qu'un barrage va recouvrir. Puis, ailleurs, Lovecraft dit qu'un de ses plus grands souvenirs d'adolescence c'est cette nature sauvage, qui commençait juste après la colline de Providence, et qu'il explorait à bicyclette (d'où ce nez cassé, qui rend si étrange son profil). Et c'est cette nature-là, tout de suite indomptée, à quelques kilomètres de la ville (ici, la fictive et mystique Arkham) qui accueille le plus déroutant événement : la chute de ce météorite qui va se révéler une telle catastrophe.
    C'est aussi le côté scientifique qui vient mordre à même la mort ici décrite : expériences métallurgiques, et le grand mystère qu'est l'espace après Einstein. Et ce qui se joue du destin, quand c'est le hasard et l'arbitraire qui abattent sur vous le mal. Ou, corollaire : mais qu'est-ce donc de si mystérieux, qui a fait que les hommes ici ne se sont pas sauvés, sont restés comme tétanisés par le mal même?
    FB

  • Howard Phillips Lovecraft est sans nul doute l'auteur fantastique le plus influent du XXe siècle. Son imaginaire unique et terrifiant n'a cessé d'inspirer des générations d'écrivains, de cinéastes, d'artistes ou de créateurs d'univers de jeux, de Neil Gaiman à Michel Houellebecq en passant par Metallica.
    Le mythe de Cthulhu est au coeur de cette oeuvre : un panthéon de dieux et d'êtres monstrueux venus du cosmos et de la nuit des temps ressurgissent pour reprendre possession de notre monde. Ceux qui en sont témoins sont voués à la folie et à la destruction.
    Les neuf récits essentiels du mythe sont ici réunis dans une toute nouvelle traduction.
    À votre tour, vous allez pousser la porte de la vieille bâtisse hantée qu'est la Maison de la Sorcière, rejoindre un mystérieux festival où l'on célèbre un rite impie, découvrir une cité antique enfouie sous le sable, ou échouer dans une ville portuaire dépeuplée dont les derniers habitants sont atrocement déformés...
    Ce recueil inclut des illustrations originales ainsi que le portfolio « Les terres de Lovecraft en images » : 16 pages de photographies des paysages et des lieux dont s'est inspiré le maître de l'effroi.
    « Un vrai bel investissement pour un titre essentiel à la (re)découverte de l'univers lovecraftien. » Fnac.com

  • Les récits qui composent « Démons et merveilles » sont autant de voyages fantastiques, hallucinants et angoissés à travers l'inconnu ; Kadath, la grande cité, le nécronomicon et autres êtres venus des temps anciens vous plongeront dans un monde fait de rêves et de réalités mêlées...

  • « Le plus grand artisan du récit classique d'horreur du vingtième siècle » Stephen King
    Onze récits essentiels du mythe sont ici réunis dans une toute nouvelle traduction :
    Horreur à Red Hook
    Herbert West, réanimateur
    La Maison Maudite
    La Bête de la caverne
    Le Livre
    Le modèle de Pickman
    Les Rats dans les Murs
    Je suis d'ailleurs
    La Tombe
    L'indicible
    L'Affaire Charles Dexter Ward
    Le mythe de Cthulhu n'a jamais été aussi réel...
    Howard Phillips Lovecraft est sans nul doute l'auteur fantastique le plus influent du Xxe siècle. Son imaginaire unique et terrifiant n'a cessé d'inspirer des générations d'écrivains, de cinéastes, d'artistes ou de créateurs d'univers de jeux, de Neil Gaiman à Michel Houellebecq en passant par Metallica.

  • Howard Phillips Lovecraft est sans nul doute l'auteur fantastique le plus influent du XXe siècle. Son imaginaire unique et terrifiant n'a cessé d'inspirer des générations d'écrivains, de cinéastes, d'artistes ou de créateurs d'univers de jeux, de Neil Gaiman à Michel Houellebecq en passant par Metallica.Le mythe de Cthulhu est au coeur de cette oeuvre : un panthéon de dieux et d'êtres monstrueux venus du cosmos et de la nuit des temps ressurgissent pour reprendre possession de notre monde. Ceux qui en sont témoins sont voués à la folie et à la destruction.Treize récits du mythe sont ici réunis dans une toute nouvelle traduction.À vos risques et périls, marchez sur les traces des profanateurs de sépultures qui invoquent l'esprit d'un molosse démoniaque, parcourez les régions maudites des Catskills hantées par des entités supérieures millénaires, explorez les paysages aux couleurs impossibles de la lande du diable d'Arkham, et perdez-vous dans les montagnes de la démence en Antarctique, berceau infernal des Grands Anciens, descendants des étoiles...Ce recueil inclut un portfolio de 16 pages d'illustrations des créatures issues de l'univers cauchemardesque de H.P. Lovecraft.Le mythe de Cthulhu n'a jamais été aussi réel...

  • Ce nouveau recueil de nouvelles est basé sur la thématique du rêve dans l'oeuvre du grand maître incontesté de l'horreur.
    Il comprend les titres suivants :
    Polaris
    Le Bateau blanc
    La Malédiction de Sarnath
    L'Arbre
    Les Chats d'Ulthar
    Les Autres dieux
    Céléphaïs
    La Quête d'Iranon
    Hypnos
    Memory
    Le Témoignage de Randolph Carter
    La Clé d'argent
    À travers les portes de la clé d'argent
    À la recherche de Kadath
    L'Étrange maison haute dans la brume
    Ex Oblivion

    Une incursion envoûtante dans le monde des rêves, sur les traces de H.P. Lovecraft... qui risque fort de tourner au cauchemar !

  • "The Call of Cthulhu" is a short story by American writer H. P. Lovecraft. Written in the summer of 1926, it was first published in the pulp magazine Weird Tales, in February 1928.

  • William Dyer, un géologue de l'Université de Miskatonic, révéle des secrets fermement gardés jusqu'alors et inconnus du public, dans l'espoir que cela dissuadera l'organisation prochaine d'une expédition scientifique en Antarctique fortement médiatisée. Dyer raconte comment, lors d'une précédente expédition qu'il dirigeait lui-même, un groupe de scientifiques de l'université Miskatonic découvrit de fantastiques ruines horrifiantes et un dangereux secret au-delà d'une chaîne de montagnes bien plus hautes que celles de l'Himalaya.

  • A meteor falls from the heavens, infecting a small farm and its occupants with a strange malady. What strangeness comes from the deepest of space to destroy everything it touches?

  • Est-ce que jamais Lovecraft est allé si loin dans l'horreur ?
    Déjà parce qu'il s'agit d'un récit tardif, d'un écrivain qui sait son outil, avec parfaite maîtrise d'une technique implacable : pas un élément qui ne soit nécessaire à la trame générale et la résolution finale. Pas un élément qu'on pourrait déplacer sans que tout s'écroule - le plaisir qu'on a aux textes qui font peur, c'est aussi le plaisir du travail bien fait, la fascination à comment ça marche.
    Et rarement celui qu'on présente habillé en redingote comme un ancien maître, soi-disant cloîtré à Providence, alors qu'à cette époque il passe au moins 3 ou 4 mois par an à explorer de haut en bas la côte Est par trains, bateaux et autocars, se s'est autant appliqué à faire surgir le fantastique de la peau la plus contemporaine du monde : électricité, voiture (magnifiques évocations et rôle des voyages de nuit en voiture), téléphone.
    Et puis cet arrière-fond maudit, les livres interdits, l'hôpital psychiatrique. Sur un thème qui pourtant obsède l'ensemble des grands inventeurs du récit d'horreur: s'accaparer l'idée d'un autre, entrer dans son corps, avec ici d'étranges commutations de genre et de pulsions entre le narrateur, son ami le malheureux Derby, l'épouse de ce dernier et le père de l'épouse. Et tout cela bien sûr dans un territoire, entre Arkham, Innsmouth et Portsmouth entièrement inventé par l'auteur pour les besoins de ses fictions.
    C'est en 7 chapitres, merci de ne rien prévoir durant l'heure nécessaire à la lecture.
    FB

  • It is true that I have sent six bullets through the head of my best friend, and yet I hope to show by this statement that I am not his murderer. At first I shall be called a madman - madder than the man I shot in his cell at the Arkham Sanitarium. Later some of my readers will weigh each statement, correlate it with the known facts, and ask themselves how I could have believed otherwise than I did after facing the evidence of that horror - that thing on the doorstep...

  • Randolph Carter dreams three times of a majestic sunset city, but each time he is abruptly snatched away before he can see it up close. When he prays to the gods of dream to reveal the whereabouts of the phantasmal city, they do not answer, and his dreams of the city stop altogether. Undaunted, Carter resolves to go to Kadath, where the gods live, to beseech them in person. However, no one has ever been to Kadath and none even knows how to get there. In dream, Randolph Carter descends "seventy steps" and speaks of his plan to the priests Nasht and Kaman-Thah, whose temple - the Cavern of Flame - borders the Dreamlands. The priests warn Carter of the great danger of his quest and suggest that the gods withdrew his vision of the city on purpose.

  • Robert Blake - a young man with an interest in the occult - becomes fascinated by a large disused church set on a hill which he can see from his lodgings. His researches reveal that the church has a sinister history and is dreaded by the local inhabitants as being haunted by a primeval evil.

  • The descendant of the family de la Poer returns to Exham Priory and discovers the grisly secret of the family palate.

  • The narrator is a student on an antiquarian tour of New England. He sees a piece of exotic jewelry in a museum, and learns that its source is the nearby decrepit seaport of Innsmouth. He travels to Innsmouth and observes disturbing events and people. A local resident tells him a horrifying story of aquatic monsters who can interbreed with humans to produce amphibian hybrids. The student is then tricked into staying overnight in the town...

  • The story details the events of a disastrous expedition to the Antarctic continent in September of 1930 and what was found there by a group of explorers led by the narrator, Dr. William Dyer of Miskatonic University. Throughout the story, Dyer details a series of previously untold events in the hope of deterring another group of explorers who wish to return to the continent.

empty