• Céleste a 38 ans, mais elle n'est pas une femme comme les autres. Elle a gardé sa naïveté d'enfant et se laisse bercer par la beauté des arbres, des oiseaux et des chats. Elle déborde d'imagination et d'humour et s'invente des histoires fabuleuses. Elle rêve aussi de se marier avec son amoureux, une armoire à glace comme dans les romans policiers. Mais l'amour est une chose bien compliquée, pleine d'embûches. Y a-t-elle même droit ?

    Ce roman nous plonge dans l'univers et le langage animistes d'une déficiente légère. C'est la voix de Céleste que nous entendons. Son grand coeur et sa franchise nous émeuvent. Céleste nous apprend des choses étonnantes sur la vie, la solidarité et l'amitié.

  • Voici un livre étonnant. On y découvre une Nicole Houde rieuse et moqueuse, tendre et grave, avec un brin de fantaisie impertinente. Des fées et des mages s'amusent au milieu d'une foule de personnages croisés au hasard de promenades dans le quartier Rosemont de Montréal. Marx et Darwin sont de la partie...

    L'idée de ce livre lui est venue de son rapport avec son petit-fils. De son désir de lui raconter le monde à travers des contes et des récits. D'une redécouverte de l'éblouissement face à la vie, en quelque sorte. Le dernier texte est d'ailleurs une magnifique lettre d'une mamie à un petit-fils.

  • Ce polar, au ton ludique, est porté par la truculence de Bérénice Fontaine, soupçonnée d'être l'instigatrice d'un complot au lac Brôme, où un cadavre a été découvert. Roman policier ? Thriller psychologique ? Un récit plein de rebondissements et de surprises. Un humour décapant. Une intrigue solide et bien ficelée.

    Vous n'êtes qu'un gnouf, sergent-détective Lévesque ! Vous regardez mes victimes et vous êtes assailli par le remords dès que vous soupçonnez l'une d'elles. Ah ! vous me décevez beaucoup : votre bonté et votre générosité ne sont qu'un fatras de bêtises, vous souffrez d'une overdose d'humanité et cela finira par vous jouer de mauvais tours ! Vous n'avez pas idée des plaisirs exquis que m'ont valus mille tromperies, mille cruautés tramées avec une habileté prodigieuse ! Allons, pas de pitié pour les doux et les bienveillants ! Du nerf, du cran ! Vous vous démenez tant que même Bérénice en prend ombrage. Mon chien le plus loyal, vous le bousculez, attention, chien méchant, il mord dans l'adversité ! Et toi, Bérénice, ma tant fidèle, qu'as-tu à cultiver l'amitié d'Irène, de Lola, de Léanne et de mon satané neveu ? (extrait)

  • Félicitations à Nicole Houde qui a reçu le 21 mars 2013 le Prix Hervé-Foulon du livre oublié pour son roman, La Maison du remous, paru originellement en 1986. Il est des oeuvres qui traversent le temps, et celle de Nicole Houde en est une. Lauréate de plusieurs prix littéraires, elle poursuit depuis la parution de son premier livre en 1983, une oeuvre d'une impeccable exigence et d'une remarquable unité de ton. Tous ses livres sont parus aux Éditions de la Pleine Lune.

    La présente réédition est accompagnée d'une préface de Robert Lalonde, qui écrit : « Ainsi entre-t-on dans la maison du remous où, comme dans la casa des Buendia de Cent ans de solitude, de Garcia Marquez, le temps tourne sur lui-même, où tout recommence sans cesse, puisqu'à mesure on a tout oublié. [...] Le cri de Laetitia, entendu pour la première fois il y a plus de vingt-cinq ans, résonne toujours, déchire l'oreille, serre le coeur. »
    Laetitia vit dans une famille où règnent ignorance, pauvreté et violence. Enfant gavée de silence, elle cherche sa langue propre, celle qui pourrait nommer ses désirs.

  • PORTRAITS D'ANCIENNES JEUNES FILLES, c'est l'histoire de la rencontre fortuite de trois inconnus esseulés dans les rues de Montréal. Rebelle, la jeune Josée a quitté sa famille et son village pour venir s'installer en ville avec sa guitare et ses pinceaux; Julien ne se console pas de la mort accidentelle de sa fille unique, et la vieille Rose, sage et digne, ne compte plus les disparus de son « passé périmé ». Peu à peu, leur amitié naissante va les transformer. Ensemble, timidement, ils apprennent à faire le deuil de leurs pertes. Le bonheur, parfois, se tient au fond du regard d'un ami, dans une main tendue ou dans un sourire.

    Sur ses toiles, pour déjouer le destin, Josée s'applique maintenant à redonner vie à d'anciennes jeunes filles disparues. Le bonheur, parfois, c'est aussi ne plus réclamer sa part de malheurs et se laisser emporter sur les ailes du désir...

  • Dans ce roman, son onzième livre, Nicole Houde fait évoluer ses personnages à l'époque de la Crise des années trente, dans les villages de l'Anse-Saint-Jean et de Saint-Fulgence, près de Chicoutimi, des usines de l'Alcan et des chantiers de la Price Brothers.

    Je pense à toi est une vaste saga où la romancière, tout en demeurant fidèle à l'histoire qui guide ses pas dans l'approche de ses personnages, de leurs mentalités et de leur environnement, imagine un monde qui transcende le temps et l'espace : l'être humain ne cherche-t-il pas toujours et partout l'assouvissement d'un même désir de bonheur, peu importe les embûches du destin ?

    Victor, dans les camps de bûcherons où il est cuisinier, reçoit les confidences des hommes qui lui demandent d'écrire des lettres à leurs épouses. Il redevient ainsi le petit curé qu'il était autrefois, lui, l'orphelin si démuni devant les démons qui peuplent ses souvenirs et que l'amour n'arrive pas à apaiser.

  • Dans le premier récit de ce recueil, Céline affronte courageusement la mort. Atteinte d'un cancer foudroyant, elle refuse tout traitement palliatif et retourne à l'Anse-St-Jean, son village natal, pour renouer, une dernière fois, avec la beauté du monde. Puis, elle se surprend à rêver d'un miracle du frère André... car l'espoir, aussi dérisoire soit-il, est peut-être la dernière chose qui refuse de s'éteindre en elle.

    Le second récit cède la parole à Lise, une amie de Céline, qui tiendra sa promesse, car l'amitié sait durer au-delà de la mort.

    Deux lettres adressées à Charlotte, une amie disparue, terminent le recueil, montrant combien la mémoire des êtres chéris est inaltérable.

    Une folie sans lendemain est le huitième ouvrage de Nicole Houde. C'est une troublante mélopée, un livre à l'écriture dense, un hymne à la vie, à l'amour et à la liberté.

  • Martine, volontaire de la Compagnie des jeunes Canadiens, débarque dans un village paisible de la baie des Chaleurs pour travailler à l'implantation d'une coopérative. Toute la vie des villageois est bientôt bouleversée par sa présence. Quand la Crise d'octobre éclate quelques mois plus tard, le village entier est « sur le bord de chavirer ». Certains se liguent alors contre l'étrangère, à la conduite scandaleuse, qui parle de changement social. Leur vengeance sera terrible, mais God Comeau, l'idiot du village, veille sur sa fiancée.

    Ce midi, j'ai reçu une lettre anonyme m'intimant de déguerpir. Au bureau de poste, sont affichées des photographies de Charles Gagnon et de Pierre Vallières, découpées dans un journal. Peu après, Suzy est venue me raconter l'incident survenu au début de l'après-midi chez Paul : des policiers ont fouillé son automobile pendant qu'il pêchait en mer. Madeleine a dû subir cette humiliation devant le voisinage. « Voisinage », ce mot se charge de contrariétés. Quand je sors, des femmes écartent leurs rideaux pour m'épier. Cette impression m'étouffe : des dizaines d'yeux s'agglutinent à ma peau, oui, c'est cela, leur angoisse s'agrippe à moi, je les menace. Tous les insoumis du Québec semblent s'être concentrés en moi.

empty