• Face aux enjeux de notre temps, nous semblons à bout de souffle : nous ne savons plus définir ce qui nous est commun et permettrait de relever les défis qui se présentent à nous. Désemparés, nous oublions la fraternité, notion évangélique et républicaine, qui nous permet de vivre ensemble. Pour raviver cette fraternité qui se dérobe à nos yeux, la seule solution est de refonder une foi commune, non pas confessionnelle, mais un élan de vie partagé qui nous porte et nous rassemble.
    Dans cet essai inattendu et vivifi ant, Guillaume de Tanoüarn ausculte en philosophe la crise de notre société. Convoquant Mandeville et Adam Smith, Diderot et Rousseau, Augustin et Kant, il relit la modernité sans la condamner et s'interroge sur les moyens de renouer avec une fraternité vivante. Car il est urgent et salutaire d'en redécouvrir le sens pour retrouver ce qui nous unit.

  • Les philosophies de la liberté ont voulu exalter la grandeur de l'homme, elles ont accablé sa misère. La liberté ne se prouve pas. La liberté se découvre. Elle s'éprouve dans la transcendance de l'élan et dans l'intimité des attachements. Elle se défend qu'on veuille la défendre. Brisant les clôtures traditionnelles, s'emparant d'aujourd'hui, Guillaume de Tanouarn affronte les problèmes que la liberté nous pose. Et les problèmes que nous lui opposons. Il questionne l'athéisme et le fondamentalisme. Il interroge la foi et la distingue de la croyance. Il dénonce le rationalisme et rend sa place à la raison. Ce parcours saisissant dit comment on peut approcher Dieu, sans tricher. Il médite sur la liberté du Crucifié du Golgotha au regard des prisons volontaires dans lesquelles s'enferme l'homme. Il montre qu'il n'est de religion vraie que libre. Un livre d'une intégrale liberté, contre tous les intégrismes.

  • Voici un dialogue, entre un croyant et un incroyant. Tous les deux écrivains engagés, leurs interrogations révèlent une préoccupation commune concernant la décroissance des valeurs qui fait l'étoffe de notre quotidien. Quand les sociétés se morcellent, quand les individus deviennent des agents de l'argent, un tel dialogue contribue à fournir des armes autant conceptuelles que pratiques.

empty