• Hugo a neuf ans. Il s'applique. Il veut faire une belle photo. Il cadre Éliane, Catherine (deux bibliothécaires) et Charlotte (neuf ans, elle aussi). Au moment où Hugo appuie sur le bouton, un éclair aveuglant éclate dans sa main. En une seconde cette lumière les enferme tous les quatre dans un cylindre blanc. Une autre seconde et tout a disparu : le cylindre mais aussi Éliane, Catherine, Hugo et Charlotte. Où sont ces deux enfants et les deux bibliothécaires ? Qui est Zin, le signataire de la note trouvée à l'endroit de la disparition ?

  • Son goût du risque, dont la passion des voyages est un aspect, a entraîné Serge Groussard dans les guêpiers les plus divers, et lorsqu'il s'est rendu aux États-Unis, il ne pouvait manquer de visiter ce fameux quartier chinois de San Francisco qui demeure, en plein vingtième siècle, un des hauts lieux. de l'aventure. Chinatown est la plus importante colonie chinoise en dehors de Singapour. Plus de vingt mille Chinois vivent là. Le vieux Chinatown a brûlé dans l'incendie de 1906, mais il en subsiste des vestiges et l'agglomération nouvelle offre les plus saisissants contrastes des toits en pagodes auprès des modernes gratte-ciel. Ce quartier, où règne le jour une animation commerçante et bon enfant, se peuple la nuit d'ombres inquiétantes. Et c'est une haletante, une cruelle aventure dans la nuit de Chinatown, que Groussard fait revivre pour nous. Il nous fait pénétrer dans un monde mystérieux, sur les pas de Billy King, reporter du "California Chronicle", - et le plus célèbre chasseur de scandales de la côte ouest. Et nous suivons en une nuit l'épilogue d'une ténébreuse affaire de trafics et de vengeances, dont les ramifications s'étendent jusqu'à New-York et jusqu'en un paisible village de ce Hou-Pei qui fut le berceau de la famille Feng. Une nuit, c'est assez pour ne plus jamais oublier les deux frères Feng et le visage aux lignes pures de Lan-wen, l'épouse tranquille et passionnée du cadet des Feng.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Jour après jour, Serge Groussard a vécu l'agonie de l'« Algérie française ». Il connaissait bien ce pays, il y avait combattu sous l'uniforme, il avait essayé d'en exprimer les réalités, puis les drames, avec sa plume de « grand reporter ». Il l'aimait. Sans restriction ni partage. Les êtres qui le peuplaient, qu'ils fussent d'origine française ou musulmane, lui étaient également chers. Ces journées du printemps et de l'été 1962, où dans le sang, l'exode et le désespoir fut dépecé le rêve envoûtant et ancien, Serge Groussard les ressuscite aujourd'hui. Dix ans après l'effacement de la France en Algérie, on a beaucoup écrit sur les origines et le déroulement de la guerre. Mais sur la saignée des Pieds-Noirs, très peu. Comme si l'on avait peur de ranimer une braise avant qu'elle ne soit tout à fait morte, une braise douloureuse et gênante. Avec tout son coeur et son talent, Serge Groussard a soufflé sur la braise, pour dire, aujourd'hui, ce qui devait être dit, ce qui doit être su. Il était là. Son témoignage arrive en son temps.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Janvier 1943. Un homme emprisonné à Fresnes. Les interrogatoires par la Gestapo. Les tortures, chaque jour plus insoutenables. Le silence du prisonnier. Et, comme irréelles, les deux visites d'une femme. Quand viendra la comparution du détenu de la cellule 113 devant le tribunal nazi, puis sa marche vers le peloton d'exécution, tout se noiera, pour lui, dans le crépuscule des vivants. Mais, derrière le corps du supplicié, c'est toujours l'aube qui se lève. Ce roman, d'une densité déchirante, et que ne pouvait avoir écrit qu'un homme qui s'était tu et avait saigné dans les geôles, puis résisté à la mort dans les camps, ce roman révéla Serge Groussard comme l'un des écrivains les plus intenses de sa génération. Aujourd'hui, Crépuscule des vivants est devenu un classique.

  • La guerre pour rien. La guerre gagnée sur le terrain, et perdue sur les tapis verts des tables de négociations. La guerre, laissant dans la mémoire de ceux qui la firent un goût amer, différent de celui du sang. Le goût de l'inutile. La colère passée, que reste-t-il de la guerre d'Algérie au coeur de ses soldats trouvés et parfois perdus ? Peut-être cette sorte de tendresse écorchée qu'on porte au souvenir d'un enfant mort. Serge Groussard, qui se battit volontairement en Algérie comme officier de parachutistes, se souvient de ses camarades et de ses adversaires.

  • Demain est là a deux objets, intimement soudés. L'auteur a voulu montrer quelles étaient, dans tous les domaines de la science, les préfigurations de ce qui nous attend au cours du prochain quart de siècle. Il a voulu en outre présenter un choix des plus célèbres artisans actuels du progrès matériel. Les hommes et les choses... Voici des Prix Nobel comme Waksman ou Rabi, des self-made men comme le général Sarnoff, de grands syndicalistes comme Reuther, ou de grands patrons comme Sikorsky, des entreprises géantes comme Du Pont, des laboratoires minuscules comme celui de M. Trombe... Énergie solaire, énergie atomique, énergie chlorophylienne, électronique, cybernétique, médecine, aviation, astronomie, derniers-nés des métaux, matières plastiques : voici, parmi bien d'autres, les principaux sujets d'études de l'auteur. Ce fut une longue enquête, pour laquelle l'auteur a sillonné les États-Unis, le Canada, l'Europe occidentale, une partie de l'Afrique. Enquête impartiale menée par un homme seul. Il a tenté de bout en bout d'être pareil à l'Usbek de Montesquieu qui, sans idée préconçue, tâchait à écouter, à voir et à comprendre tout et le contraire de tout - puis jugeait. Le propos est ambitieux. Mais le Dr. Robert J. Oppenheimer, le savant le plus pathétique qu'ait rencontré l'auteur, ne lui disait-il pas : « L'homme est un aveugle qui marche sans relâche dans la nuit... ».

  • La situation de crise qui affecte la société contemporaine résulte d'une profonde mutation qui n'épargne aucun secteur de la pensée et de l'activité humaine. L'humanité est en train de passer de l'ère de la mécanique et de la matière à l'ère de la biologie et du vivant. La prise de conscience de cette évolution de la pensée est la clé de la démarche des auteurs. Le modeste fragment du Vivant (le grain de blé) a maintenant plus de prix que la somptueuse parcelle de la matière (la pépite d'or). Analyser les faits dans cette logique nouvelle bouleverse bien des certitudes.

  • Julie vivait heureuse auprès du roi son père. Mais, un jour, un mauvais sort transforma tous les habitants du château en animaux. Ainsi, Julie devint, elle, un petit cochon ! Aidée par ses amis magiciens, Julie réussira à s'embarquer sur la Santa Maria, la caravelle de Christophe Colomb, en partance pour les Indes. Mais Julie n'est pas au bout de ses peines, Christophe Colomb non plus...

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty