• Comme un conte

    Graham Joyce

    « Le talent considérable de Joyce n'est plus à démontrer. » The Times« Joyce n'a pas son pareil pour envoûter le lecteur. Un roman hypnotique. » The Guardian« Un roman captivant que vous aurez du mal à reposer avant la dernière page. » BooklistTara n'avait pas seize ans lorsqu'elle a disparu sans laisser de trace. Son corps n'a jamais été retrouvé, mais dans sa famille, on a fini par se faire à l'idée qu'on ne la reverrait plus. Pourtant, vingt ans plus tard, le soir de Noël, on frappe trois coups à la porte de ses parents. Tara se tient sur le seuil. Une Tara fatiguée, sale, échevelée... mais qui n'a pas vieilli d'une ride. Elle explique sa longue absence par l'appel du voyage, mais les incohérences de son récit laissent son frère et son ancien compagnon sceptiques. La vérité qu'elle finit par leur avouer semble plus incroyable encore : elle aurait été enlevée par des fées... entre amnésie et aliénation, à quel point le fantasme se mêle-t-il à la réalité ?

  • Élevée en marge de la société par une femme un peu sorcière, Fern vit dans la campagne anglaise. De Maman Cullen, la jeune fille a tout appris : les vertus médicinales des plantes, la force de l'intuition, une connaissance intime de l'âme humaine, mais aussi et surtout le métier de sage-femme et, selon les circonstances, celui de faiseuses d'anges. Cependant, les temps changent et il n'y a plus de place pour les guérisseurs dans la société moderne. Au moindre faux pas, tous ceux auxquels Fern et sa mère sont venues en aide risquent de se retourner contre elles.
    À travers ce conte singulier, Graham Joyce livre une chronique sociale d'une grande sensibilité sur l'Angleterre des sixties en pleine mutation et fait le portrait inoubliable de deux femmes puissantes.

  • Au coeur du silence

    Graham Joyce

    • Milady
    • 9 Octobre 2013

    Souvenez-vous du goût de la vie...


    Zoe et Jake espéraient profiter en amoureux des joies des sports d'hiver, mais une avalanche les attend au détour d'une piste enneigée. Alors qu'ils parviennent miraculeusement à s'en sortir, de retour à l'hôtel, les rescapés découvrent que la ville a été désertée. Redoutant le pire, ils tentent de trouver refuge dans la station voisine. Peine perdue : quelque chose les pousse systématiquement à revenir sur leurs pas. Pris au piège dans ce lieu glacial, les voilà condamnés à un huis clos qui va révéler la force de leur amour.


    « Un roman sublime sur ceux dont l'amour défie la mort. » Publishers Weekly
    « Magnifique et déchirant. » Washington Post

  • Lignes de vie

    Graham Joyce

    « Une histoire merveilleusement bien écrite, dans laquelle Graham Joyce conjugue drame familial et réalisme magique. » - Booklist
    « Un roman émouvant, délicieusement nostalgique, avec une subtile touche de fantastique. » - Publishers Weekly
    À Coventry, après la Seconde Guerre mondiale, chacun essaie de retrouver une vie normale. C'est le cas de Martha Vine, matriarche aussi charismatique qu'elle est tendre avec ses sept filles. Cassie, la plus jeune, n'a pas le courage de confier à des parents adoptifs le fils de père inconnu auquel elle vient de donner naissance. Le petit Frank sera donc élevé à tour de rôle par chacune des soeurs de cette famille singulière. Ainsi l'enfant sera-t-il le témoin privilégié de ces vies qui empruntent des chemins si différents, dans les drames et les illusions de l'après-guerre. Mais Frank est un enfant unique en son genre, doué d'intuitions étonnantes; tout comme sa grand-mère, qui a un don de prémonition...
    Extrait :
    « Les soeurs rappellent à Cassie pourquoi elle ne peut pas le garder. Il y a eu la fois où elle a disparu toute une semaine et, aujourd'hui encore, on ne sait ni où ni pourquoi. Et la fois où un policier l'a raccompagnée chez elle à trois heures du matin après l'avoir découverte en train d'errer dans les décombres d'Owen & Owen détruit par les bombes. Puis l'incident des GI, et regardez où ça l'avait menée. Et la fois où les pompiers avaient dû la faire descendre du toit. Celle où elle avait bu de ce whisky que le mari d'Olive avait fauché dans la cave de chez Watson. Sans parler de la terrible nuit du bombardement. Oui, sans parler de ça. Et ainsi de suite.
    Quel genre de mère est-ce que tu ferais, Cassie ?
    - Elle peut pas le garder, déclare Aida. Aida est l'aînée, la trentaine déjà bien avancée, ce qui lui donne la priorité pour tenir tête à Martha.
    - Ce ne serait pas juste pour le gamin. Et tu sais bien qu'aucune d'entre nous ne peut se permettre de l'élever. Et toi, tu es trop vieille, avec ta canne et tout ça.
    - Je sais bien qu'aucune de vous ne veut le garder, reconnaît Martha. On en a déjà parlé. Et je ne vois pas pourquoi l'une de vous devrait hériter du fardeau. Elle a eu tout le plaisir, faudra bien qu'elle goûte aussi un peu de l'amertume. Mais écoutez-moi bien. Toutes autant que vous êtes, vous avez mauvaise conscience depuis qu'on a donné l'autre. Toutes autant que vous êtes. Et moi aussi. Y a pas un jour où ça ne me traverse pas l'esprit. Alors peut-être qu'on peut réparer la faute à moitié.
    - Et comment qu'on va faire ? demande Aida. Et puis moi, avec mon asthme...
    - On va se le partager, dit Martha. Faire un roulement.
    - Se le partager? glapit Olive. On ne peut pas faire ça !
    - Mais si, et c'est ce qu'on va faire, déclare Martha.»

  • La plage du Xénos

    Graham Joyce

    Il cherche à oublier son récent échec amoureux. Lorsqu'il arrive sur cette plage déserte d'une île grecque inhabitée, il s'y installe pour vivre seul, comme un naufragé. Mais est-il vraiment seul... ?

  • éclipse partielle

    Graham Joyce

    Je sais que Myra murmure chaque soir, au moment du coucher : Seigneur, je vous en prie, faites que les extra-terrestres reviennent.C'est le matin, et un soleil hivernal diffus s'écoule à travers les rideaux. Quand je me retourne dans mon lit pour caresser la courbe tiède et bronzée du ventre de ma femme, je sens bouger le foetus sous la pulpe calleuse de mes doigts. Une infime vibration qui n'est pas sans évoquer une corde de mi jouée à vide. Myra ouvre des yeux somnolents et me sourit. Tout ça est merveilleux. J'aimerais que ça le soit. Mais tous les futurs pères et mères, désormais, désirent que leur enfant naisse porteur d'un extra-terrestre.

empty