• « Il ne fallut pas longtemps au Maigret de la cité pour trouver le coupable. L'inspecteur au béret frappa à la porte de notre appartement et narra à ma mère les faits regrettables de l'incident de la veille. Ma mère fit celle qui tombait des nues, mais en réalité, elle était bien habituée à entendre raconter les bêtises de son garnement de fils. Je m'étais, pour ma part, bien gardé de lui raconter quoi que ce soit. Ma mère me prit par la main pour aller chez Coco-bel-oeil, afin de connaître la vérité qui, d'après mes dires, accusait le Coco de m'avoir incité à brûler le courrier. Il n'y eut aucune suite judiciaire, car personne ne porta plainte, mais je crois que mes parents versèrent un dédommagement financier aux victimes, qui d'ailleurs ne changèrent jamais les boîtes. Je ne me souviens que des raclées que me donna ma mère et de celles de mon père, qui finissaient toujours par : "Jean arrête, tu vas finir par le tuer !" » Empreint d'amertume et de sensibilité, le récit de souvenirs de Gilles Duluc nous plonge dans une jeunesse tourmentée, marquée par le désamour et les quatre cents coups. À travers ses blessures et son regard d'enfant d'alors, l'auteur livre, de Bondy au Sud de la France, une chronique authentique et attachante des années 50 et 60.

  • « Pauline gardait ses pensées et regardait défiler des hommes si fragiles, si diminués et si faibles. Elle radiographiait mécaniquement avec l'angoisse de voir surgir sur un brancard un Joseph estropié ou inconscient. Le médecin-chef de l'hôpital de campagne où elle exerçait avait bien vu que le visage de Pauline avait changé, la maigreur apparaissait sur ses traits, la nourriture quelle absorbait journellement était bien insuffisante. » La Première Guerre mondiale rend possible la vibrante histoire d'amour unissant Joseph et Pauline. D'un côté comme de l'autre des tranchées, le soldat et l'infirmière survivent séparément, mais nourrissent le vif espoir de se retrouver. Emprisonné par l'ennemi, le courageux poilu est loin de se douter que sa prétendante va être contrainte de se marier à un autre que lui... Gilles Duluc, richement documenté, redonne vie à tout une époque qu'il connaît jusque dans ses moindres détails. Sa fiction basée sur des faits historiques restitue avec véracité un éprouvant quotidien rythmé par l'horreur des combats. Les descriptions plus vraies que nature laisseront sans doute un souvenir impérissable aux lecteurs.

empty