• Le sport n'est plus ce qu'il était. Que ce soit sur un court de tennis, un terrain de football ou une piste d'athlétisme, exit la beauté du geste et le panache sportif, place à la tyrannie du biceps, du résultat et de l'argent. Les scandales de toutes sortes se multiplient autour du sport. Le dopage sévit toujours dans le cyclisme, l'athlétisme et la natation. Le rugby est gangrené par la violence. Les incidents se succèdent dans le monde du football, où les joueurs touchent des salaires indécents. La FIFA est devant les tribunaux et la Coupe Davis est dans les choux. Aux ravages du « sport-business » s'ajoute la distorsion technologique : les voiliers ne naviguent plus, ils volent. La liste est sans fin... Gilbert Grellet et sa plume caustique, sans concessions, dénoncent les dérives du monde sportif tel qu'on le connait aujourd'hui. L'occasion également, face à ce constat, de proposer des solutions : comment ramener un peu de décence et d'élégance dans le sport de haut niveau, retrouver la beauté du jeu 

  • À l'été 1936, les troupes nationalistes du général Franco, avec l'appui d'avions allemands et italiens, remontent du sud de l'Espagne vers Madrid. C'est une véritable « colonne de la mort », formée de légionnaires et de mercenaires marocains. En chemin, ils multiplient les massacres de civils et assassinent les responsables politiques d'une République espagnole fragile, qui avait appelé au secours le gouvernement français du Front populaire.Indifférentes à ces crimes de masse, la France de Léon Blum, l'Angleterre de Churchill et l'Amérique de Roosevelt ont refusé d'intervenir pour aider les démocrates espagnols, alors que les régimes fascistes prenaient fait et cause pour Franco et les militaires putschistes.Le livre de Gilbert Grellet est le récit de cette faute impardonnable, qui allait meurtrir le peuple espagnol et accroître l'appétit de conquête d'Hitler et de Mussolini, préfigurant Munich et la Seconde Guerre mondiale. A l'heure où se repose la question des interventions extérieures, cette leçon d'histoire sonne comme un avertissement. L'attentisme et la démission sont inexcusables dans les situations extrêmes.

empty