CNRS Editions

  • Jamais le débat autour du génocide des Arméniens de 1915 n'a été aussi acerbe que ces dernières années entre défenseurs et opposants aux lois dites " mémorielles ". Pourquoi cette question suscite-t-elle tant de passions ? Analyse approfondie de l'histoire et de la mémoire arméniennes, cet ouvrage explore les spécificités d'un peuple dont l'identité nationale ne peut pas se construire à partir du seul génocide. L'histoire a commencé avant et s'est poursuivie après. L'auteur appelle ainsi les Arméniens à désacraliser 1915 afin de libérer la pensée et désinhiber les comportements collectifs. Par le passé, les empires successifs ont, en effet, empêché l'Arménie de développer une tradition de souveraineté au sein d'un territoire dont les frontières étaient trop mouvantes pour constituer un État aux fondations durables. Et la religion s'est souvent substituée à celui-ci pour organiser la société et nourrir une vision mythifiée d'une nation multiséculaire. Comment sortir de ces logiques de domination ? S'affranchir de la mémoire, se délivrer du poids du passé et devenir le sujet de son propre destin : tels sont les enjeux actuels du peuple arménien.

  • Pour le peuple arménien dont l'histoire remonte à plus de trois mille ans, il n'existe curieusement que peu d'études sur son historiographie. La majeure partie des travaux se concentrent sur son passé antique ou médiévale, prennent la forme de synthèses, ou pèchent par leur caractère idéologique.
    Souvent dominés et écartelés en plusieurs États, les Arméniens ont très tôt acquis une expérience transnationale du récit historique incarnée par un personnage clé, Moïse de Khorène. Auteur du Ve siècle pour les uns, du VIIIe siècle pour les autres, mais « père de l'histoire arménienne » pour tous, Moïse et Khorène a imposé son modèle historiographique jusqu'au XVIIe siècle en combinant documents d'archives et sources orales. Au XVIIIe siècle, la rencontre avec la modernité a bouleversé cet héritage Khorénatsien sans pour autant favoriser l'émergence d'une histoire critique. Le temps n'est-il pas venu, à l'heure du centenaire du génocide de 1915, d'ouvrir la réflexion à des approches nouvelles, d'énoncer les ambivalences de l'écriture historique arménienne et de s'interroger sur l'existence de ce qui ressemble à un roman national ?
    Cet ouvrage a pour but de mesurer, des origines à nos jours, l'impact des récits historiques et des représentations sur les consciences arméniennes, sur la notion d'héritage collectif et sur la construction d'une identité mutilée par l'histoire mais préservée par la mémoire.

empty