• Lire l'entretien avec l'auteur (propos recueillis par Audrey Minart)

    Aujourd'hui, chacun sait qu'il vit dans un monde « complexe » composé de multiples « systèmes ». Mais ces mots de « complexité » et de « systèmes » servent le plus souvent davantage à opacifier les débats qu'à les clarifier. La complexité se confond alors avec le compliqué, réservé aux experts, ou bien elle devient un concept simpliste, un écran de fumée qui nourrit des sentiments d'irresponsabilité et d'impuissance.

    « Penser complexe » est à la portée de tous. Au prix de la remise en question de quelques habitudes paresseuses...

    En laissant ici de côté les débats théoriques des chercheurs en complexité, François Balta met à la portée de tout un chacun des éléments qui lui permettront de repérer si, face à un problème précis, la complexité de la situation est réellement prise en compte.

    L'enjeu est d'importance : nous ne devons pas nous laisser dépouiller de la part de responsabilité, et donc de pouvoir, qui nous appartient dans cette co-construction du monde. Y renoncer, ce serait nous soumettre à des hommes dits providentiels, ou à des mécanismes anonymes, et dans tous les cas, participer à une déshumanisation du monde.

  • Nous vivons dans un monde multiple dont nous cherchons souvent à comprendre les mécanismes. C'est ce qu'offre l'approche systémique : comprendre les relations et les interactions entre les individus pour réussir à décoder l'impact mutuel des autres sur moi et de moi sur les autres. Cette approche nous donne des clés pour interagir de façon pertinente dans un monde complexe en mouvement. Chaque aspect de notre vie (enfance, famille, couple, société, entreprise) est analysée sous l'angle de cette approche qui nous donne les clés pour devenir partenaire du monde, à chaque moment de notre existence.

empty