• Washington

    François Guizot

    La biographie critique du premier des américains par le principal homme politique libéral français. Mieux encore que Charlemagne, Cromwell ou Napoléon, George Washington (1732-1799) a incarné le grand homme par excellence aux yeux du plus illustre historien français du premier XIXe siècle, François Guizot. Aussi ce dernier, qui fut également homme d'État, lui a-t-il consacré un essai biographique paru en 1840 avec un succès immédiat. Ce portrait informé et attachant du général en chef puis premier président des États-Unis durant deux mandats est l'occasion d'une réflexion toujours actuelle sur les fondements de la jeune république, sur l'esprit de liberté dont elle est issue, sur l'imprégnation religieuse de la société, aussi sur les causes du succès de la révolution américaine comparé au mauvais sort de la révolution française. Présentation et notes de Laurent Theis

  • « Les vrais moyens du gouvernement ne sont pas dans ces instruments directs et visibles du pouvoir [ministres, préfets, maires, percepteurs, soldats]. Ils résident au sein de la société elle-même et ne peuvent en être séparés. C'est là qu'il faut les chercher pour les trouver, là où il faut les laisser pour s'en servir ».
    Guizot

  • BnF collection ebooks - "Pendant plus de vingt ans, l'histoire de la France a été l'histoire de l'Europe ; pendant plus de quinze ans, l'histoire de Napoléon a été l'histoire de la France : histoire cruellement sanglante et agitée, parée souvent de tant de gloire et d'éclat, que le pays a pu se bercer et s'est bercé en effet des longues et fatales illusions qui l'ont entraîné à d'amères souffrances..."

  • BnF collection ebooks - "Je dis de la civilisation européenne : il est évident qu'il y a une civilisation européenne ; qu'une certaine unité éclate dans la civilisation des divers États de l'Europe , que, malgré de grandes diversités de temps, de lieux, de circonstances, partout cette civilisation découle de faits à peu près semblables, se rattache aux mêmes principes et tend à amener à peu près partout des résultats analogues..."

  • BnF collection ebooks - "L'histoire de la Révolution française reste encore un champ de bataille, et ce n'est pas sans émotion qu'on y met le pied. Depuis plus de quatre-vingts ans, avec des intervalles de calme ou le torpeur, notre patrie est agitée par une même tempête. Jamais peuple, en moins de temps, n'a fait de si grandes expériences politiques ; jamais nation ne s'est ainsi précipitée d'aventure en aventure, cherchant toujours, sans jamais trouver, le repos..."

  • Extrait :
    "Pendant plus de vingt ans, l'histoire de la France a été l'histoire de l'Europe ; pendant plus de quinze ans, l'histoire de Napoléon a été l'histoire de la France : histoire cruellement sanglante et agitée, parée souvent de tant de gloire et d'éclat, que le pays a pu se bercer et s'est bercé en effet des longues et fatales illusions qui l'ont entraîné à d'amères souffrances..."

  • Extrait :
    "Je dis de la civilisation européenne : il est évident qu'il y a une civilisation européenne ; qu'une certaine unité éclate dans la civilisation des divers États de l'Europe , que, malgré de grandes diversités de temps, de lieux, de circonstances, partout cette civilisation découle de faits à peu près semblables, se rattache aux mêmes principes et tend à amener à peu près partout des résultats analogues..."

  • Extrait :
    "L'histoire de la Révolution française reste encore un champ de bataille, et ce n'est pas sans émotion qu'on y met le pied. Depuis plus de quatre-vingts ans, avec des intervalles de calme ou le torpeur, notre patrie est agitée par une même tempête. Jamais peuple, en moins de temps, n'a fait de si grandes expériences politiques ; jamais nation ne s'est ainsi précipitée d'aventure en aventure, cherchant toujours, sans jamais trouver, le repos..."

  • BnF collection ebooks - "PREMIERE SORCIERE. - Quand nous réunirons-nous maintenant toutes trois ? Sera-ce par le tonnerre, les éclairs ou la pluie ? DEUXIEME SORCIERE. - Quand le bacchanal aura cessé, quand la bataille sera gagnée et perdue. TROISIEME SORCIERE. - Ce sera avant le coucher du soleil. PREMIERE SORCIERE. - En quel lieu ? DEUXIEME SORCIERE. - Sur la bruyère. TROISIEME SORCIERE. - Pour y rencontrer Macbeth."BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

  • LE CHRISTIANISME ET LA LIBERTÉ.Que la liberté et l'égalité, tantôt ensemble, tantôt l'une sans l'autre, soient, de nos jours, la passion, tantôt intelligente et honnête, tantôt aveugle et déréglée, des esprits et des peuples, c'est le fait évident et souverain de la civilisation moderne. Tantôt ce fait éclate par des révolutions où il déploie sa puissance ; tantôt il s'obscurcit et s'affaisse dans les réactions que suscitent les excès et les malheurs des révolutions ; tantôt on se vante que le problème est résolu ; tantôt on s'en décourage et on le tient pour insoluble.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Je n'avais nul dessein d'écrire ce que je publie aujourd'hui. Deux incidents personnels m'en ont imposé le devoir.Le 20 avril dernier, en présidant la séance publique de la Société pour l'encouragement de l'instruction primaire parmi les protestants de France, j'ai dit : « Une perturbation déplorable atteint et afflige une portion considérable de la grande et générale Église chrétienne. Je dis une perturbation déplorable, et c'est mon propre sentiment que j'exprime et que j'ai à coeur d'exprimer.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • La chute de l'Empire romain en Occident offre un phénomène singulier. Non seulement la nation ne soutient pas le gouvernement dans sa lutte contre les Barbares, mais la nation, abandonnée à elle-même, ne tente, pour son propre compte, aucune résistance. Il y a plus : rien, dans ce long débat, ne révèle qu'une nation existe ; à peine est-il question de ce qu'elle souffre ; elle subit tous les fléaux de la guerre, du pillage, de la famine, un changement complet de destinée et d'état, sans agir, sans parler, sans paraître.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Un fait étrange et pourtant naturel est le caractère dominant de notre situation politique. Au milieu d'une profonde tranquillité matérielle, une inquiétude obstinée possède les esprits et suspend les affaires. Aurons-nous la paix ou la guerre ? Les imaginations et les conversations tournent sans relâche autour de cette question. Les intérêts et les travaux languissent et souffrent, attendant avec impatience qu'elle soit résolue.Ce n'est pas la faute du langage des gouvernements, du nôtre autant au moins que des gouvernements étrangers, si elle reste ainsi posée.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • L'ÉTAT donne l'éducation et l'instruction ceux qui n'en recevraient point sans lui, et se charge de les procurer à ceux qui voudront les recevoir de lui. Tel est l'objet de tous les établissemens d'instruction publique.Il n'est aucune situation, aucune profession qui n'exigent certaines connaissances sans lesquelles l'homme ne saurait travailler avec fruit ni pour la société, ni pour lui-même.Il y a donc un certain genre d'éducation et un certain degré d'instruction dont tous les sujets de l'État ont besoin.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Deux révolutions, deux coups d'État, un consulat, deux empires, deux monarchies, deux républiques et une commune, ce n'est pas sans raison qu'on surnomme le 19e le "Siècle des révolutions". Les dix ouvrages proposés ici, dont aucun n'est un classique de l'histoire politique, ne prétendent nullement faire le tour d'un siècle aussi riche en événements. Ils nous présentent différents moments ou morceaux du 19e siècle. Biographie ou essais biographiques sur Napoléon et Saint-Just (Chaptal, Sainte-Beuve), histoire de France de la Révolution de 1789 jusqu'à celle de 1848 (Guizot), histoire anecdotique de 1830 à la naissance de la IIIe République (Du Camp), essai politique sur le phalanstère et la pensée sociétaire (Cantagrel), sur 1848 (Proudhon), sur le "trop d'État" (Laboulaye), nouvelles littéraires sur la guerre de 1870 (Céard, Huysmans), souvenirs d'un boulangiste antidreyfusard (Meyer), ces dix regards croisés nous font sans cesse changer d'optiques et d'échelles de temps.
    Ce coffret contient dix oeuvres de la littérature française, avec une préface et une présentation de Jean Demerliac : Mes souvenirs sur Napoléon de Jean-Antoine Chaptal, L'Histoire de France depuis 1789 jusqu'en 1848 racontée à mes petits-enfants de François Guizot, Galerie de portraits historiques de Charles-Augustin Sainte-Beuve, Les Confessions d'un révolutionnaire de Pierre-Joseph Proudhon, Le Fou du Palais Royal de François Cantagrel, L'État et ses limites d'Édouard Laboulaye, Souvenirs d'un demi-siècle de Maxime Du Camp, La Saignée de Henry Céard, Sac au dos de Joris Karl Huysmans, Ce que mes yeux ont vu d'Arthur Meyer.
    Retrouvez dans la même collection : Le Siècle positif, Le siècle de fer, Argent, bonheur et richesse, Esprit es-tu là ?, Le Tour du monde, L'Invention de Paris : des bas-fonds au Gai Paris, Des Parisiens et des Parisiennes, L'Amour dans tous ses états, Miscellanées.

  • « En outre la libéralité, la munificence, les largesses, si agréables à Dieu et aux hommes, étaient entièrement oubliées ; et la peste de l'avarice, source de tous les maux, s'était emparée de presque tous les hommes et les infectait du poison de la cupidité ; si bien que le pire de tous les crimes, l'usure était exercée de tous côtés, et comme une chose permise, par d'avides usuriers, en sorte que, par les oeuvres de cette sangsue insatiable, les chevaliers perdaient leurs patrimoines et les plus vastes héritages, les pauvres étaient dépouillés, les églises appauvries. »
    Jacques de Vitry (né entre 1160 et 1170, mort en 1240) fut nommé cardinal-évêque de Tusculum en 1228. Avant cela il avait prêché la croisade contre les albigeois dans le diocèse de Liège puis avait recruté pour la cinquième croisade dirigée par le roi André II de Hongrie. Nommé évêque de Saint-Jean-d'Acre en Terre Sainte en 1216, il va accompagner les croisés dans la campagne d'Égypte et la capture de Damiette.
    Cette Histoire des croisades est présentée et annotée par François Guizot.

empty