• Martin Luther King a fait le choix de la non-violence dans son combat pour l´égalité des droits. Il l´a payé de sa vie. Mais quelle était la source de son engagement ?
    Dans cette biographie qui va à l´essentiel, l´auteur remet en perspective deux aspects inséparables dans le cheminement de Martin Luther King : sa foi chrétienne et sa compréhension de la non-violence.
    Martin Luther King fut, de son vivant, l´homme à la fois le plus admiré et le plus haï des États-Unis, mais il sut remettre debout des femmes et des hommes assoiffés de justice et de paix.

  • Inconnu de son vivant, Dietrich Bonhoeffer est devenu une icône pour nombre de chrétiens du monde entier : un modèle de foi incarnée et de cohérence entre les convictions et la vie, une sorte de saint martyr protestant, « le pasteur qui voulait tuer Hitler », un chrétien courageux qui a sauvé l´honneur de l´Église voire même de l´Allemagne, l´artisan d´un discours théologique enfin audible dans notre monde sécularisé... Mais au-delà de ces stéréotypes, que savons-nous vraiment de l´homme et de sa pensée ?
    Ce petit ouvrage retrace sa vie, analyse ses écrits et montre la fécondité et l´actualité de sa pensée.

  • Au début du XXe siècle, le maire de Nouméa prédisait l'extinction de la « race canaque » dans un délai de dix ans. Aujourd'hui les Kanak sont plus de cent mille et ambitionnent de diriger leur territoire de manière autonome. Le missionnaire protestant Maurice Leenhardt qui a oeuvré en Nouvelle Calédonie dans le premier quart du 20e siècle est l'un des artisans de cette renaissance. Animé d'un profond amour pour le peuple kanak et d'une grande admiration pour sa culture, il a su écouter, comprendre, pour mieux rendre à cette population l'envie de vivre, la fierté de son identité, la volonté de construire son avenir. Après vingt-cinq ans d'immersion complète dans la culture kanak, Maurice Leenhardt est devenu ethnologue et universitaire. Il a contribué à donner à cette culture ses lettres de noblesse. Son espérance, liée à ses convictions évangéliques, tablait sur un dépassement des clivages ethniques. L'héritage de Maurice Leenhardt pourrait aujourd'hui nourrir le débat en vue d'une solution consensuelle, à l'heure où tout le monde en Kanaky-Nouvelle-Calédonie rêve, comme lui, d'un « Destin commun » sur cette terre du Pacifique.

  • Deuxième édition revue et augmentée.
    Comme tout groupe humain, l´Eglise est traversée par des conflits. Mieux vaut le reconnaître que de le nier, car ... attention au retour du refoulé ! Pour gérer ces tensions relationnelles , la bonne volonté ne suffit pas. Deux conditions sont requises : un savoir-faire technique et une espérance à toute épreuve. Or, bien souvent, l´une des deux conditions fait défaut. D´où les crises, les ruptures, les blessures et l´amertume qui minent la vie des Eglises locales.
    Pour mieux vivre ensemble en Eglise, et témoigner du Royaume qui vient, l´auteur propose ici d´ébaucher une éthique du conflit, nourrie à la fois d´une relecture de certains textes bibliques, et d´une prise en compte des acquis les plus récents des sciences humaines. Dans une seconde partie, il évoque plusieurs situations de conflit dans l'Eglise en proposant des solutions concrètes pour en sortir sans préjudice.
    Frédéric ROGNON est pasteur de l´Eglise réformée de France, et maître de conférences en philosophie, éthique et anthropologie de la religion à la Faculté de théologie protestante de Strasbourg (Université Marc Bloch). Il est à titre bénévole président de la Commission justice et aumônerie des prisons de la Fédération protestante de France.

  • Le sociologue Max Weber a montré combien les valeurs protestantes étaient en phase avec le libéralisme économique. Il ne faudrait pas en déduire pour autant que la compréhension protestante de la foi chrétienne n'a produit que le capitalisme. Charles Gide, économiste protestant français (1847-1932), est à l'origine d'un courant que l'on a appelé le solidarisme, plus connu aujourd'hui sous l'appellation « économie sociale et solidaire ». Ce père du mouvement coopératif a été inspiré par sa compréhension de l'Evangile et s'est toujours distingué par son approche théologique de l'économie. Cela se traduit chez lui par une insurrection contre toute injustice, et un appel à la solidarité entre tous les hommes, pour construire un monde meilleur, plus juste, pacifié, plus harmonieux. Un avant-goût du Royaume de Dieu.

  • Qui sont ces « primitifs » ? Ils se voient affublés de cent visages différents selon les besoins de chaque théorie. Où les rencontrer ? Seulement aux antipodes ou existent-ils également parmi nous ? C'est à cette réflexion que nous invite un ethnologue, nous proposant une réelle ouverture à l'Altérité.

  • En 2012, de nombreux hommes et femmes politiques, scientifiques, philosophes, écologistes, journalistes ou théologiens s'inscrivent ouvertement dans la filiation intellectuelle du philosophe protestant français Jacques Ellul, ce que décrit cette anthologie alphabétique de soixante figures essentiellement françaises, mais également coréennes, suisses, américaines et anglaises. De José Bové à Jean-Claude Guillebaud en passant par Noël Mamère, Denis Tillinac, Olivier Abel, Dominique Bourg ou Jean Baubérot, ces soixante héritiers de Jacques Ellul se sont confiés à Frédéric Rognon pour expliquer leurs dettes à son égard au moment où l'on célèbre le centième anniversaire de sa naissance en 2012.
    Leurs témoignages permettent d'entrer de façon percutante dans sa pensée qui éclaire les grands défis contemporains en matière d'écologie, de développement, de communication ou de théologie.

  • Cet ouvrage retrace l'évolution des grandes Églises historiques sur la question de l'écologie. C'est au cours des années 1960 que les premiers penseurs protestants identifient un lien possible entre croyances et crise environnementale. Une importante réflexion a été menée au sein du Conseil oecuménique des Églises, qui débouche sur le programme «  Justice, paix et sauvegarde de la création  ». Malheureusement, ce travail est demeuré celui d'une élite. Pourquoi cet échec  ? C'est l'une des premières questions à laquelle cet ouvrage répond. Ensuite, l'encyclique du pape François Laudato si' a mis l'Église catholique au centre de l'agenda du verdissement des Églises. Après avoir montré que déjà au XIXe siècle plusieurs scientifiques catholiques essayaient de concilier leur foi et leurs connaissances environnementales, nous verrons que c'est surtout à partir du sud du monde avec notamment la théologie de la libération et par l'engagement de la Compagnie de Jésus que cette prise de conscience a pu avoir lieu, tardivement, dans le catholicisme. Mais là encore, sans réel impact en ce qui concerne l'engagement local des paroisses en Europe. Si les discours théologiques des Églises intègrent de plus en plus la dimension environnementale, le temps des paroisses prophétiques ou exemplaires dans ce domaine en Europe semble encore bien loin

  • Cet ouvrage est une pierre dans le débat actuel sur le sens de la peine dans notre société. Il aborde des questions fondamentales : comment faire respecter la loi et garantir la sécurité de tous, sans penser nécessairement que la prison soit la seule issue à la délinquance ? Comment faire pour éviter que la peine ne soit qu'une abstraction qui tienne plus compte de son inscription dans le Code pénal que de la souffrance des victimes et par extension de la société ?

empty