• L'origine du café est légendaire. C'est en éthiopie que semblent être nés les premiers plants de café, transportés plus tard en Arabie et au Yémen. Au XVIIIe siècle, quelques plants finissent par quitter l'Arabie pour l'Inde, et le Yémen pour la Hollande. Les premières cultures parviennent aux Antilles vers 1723 et quelques années plus tard dans les îles Caraïbes d'où le café se répand au Brésil puis à Saint-Domingue. L'engouement des pays occidentaux pour cette boisson provoque un développement rapide des plantations caféières dans la région de Rio et l'organisation d'une économie originale où des « fazendas » assurent la culture, la cueillette, la torréfaction et l'expédition vers les ports du Havre, de Bordeaux... Simultanément, de l'autre côté du globe, les Indes néerlandaises développent leur production pour satisfaire les consommateurs de l'Europe du Nord. L'abolition de l'esclavage modifie l'exploitation caféière au Brésil et la fin du XIXe siècle voit la Colombie, Haiti et Saint-Domingue fonder leur prospérité sur le café. A la même époque, l'Afrique centrale s'impose comme un producteur important, faisant notamment de la Côte d'Ivoire le troisième exportateur mondial. Cette histoire du café se devait d'évoquer la guerre féroce livrée pour la conquête du marché du café soluble entre les fabricants nord-américains et leurs concurrents brésiliens. Cette boisson devenue aussi mythique que le thé, son rival, est non seulement une matière première c'est aussi une boisson conviviale dont l'usage et les rites diffèrent suivant les pays et les civilisations. Frédéric Mauro explore l'ensemble des curiosités que cette boisson suscite et les éclaire d'un appareil documentaire riche et récent.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Avec ce volume paraissent les résultats des travaux que l'unité Histoire du Laboratoire Associé no 111 du CNRS a consacrés au troisième volet de son programme sur le Bassin de la Plata. La première tranche, rappelons-le, a donné le no 16 des "Cahiers des Amériques Latines" traitant de la présence française au Rio de la Plata. La seconde tranche, réalisée par les géographes toulousains, a permis la publication dans le No 28 de "Caravelle" de plusieurs articles concernant la mise en valeur du Parana moyen. Ici, notre équipe parisienne, composée surtout d'historiens, s'est efforcée de mettre en évidence quelques aspects du développement industriel, avec ses innovations et ses hésitations, ses élans et ses piétinements, dans trois pays de la Plata - l'Argentine, l'Uruguay et le Sud du Brésil - de la fin du siècle dernier à l'époque actuelle.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • 2016 was a year in which the European Union authorities took many measures in favour of defense: global strategy, implementation plan, action plan, preparatory action for defense research and roadmap to increase cooperation with NATO.
    The question that everyone is asking is whether these measures are just a flash of fire or whether they mark a genuine renewal. In other words, will they be followed by institutional prolongations and if so which ones?
    In order to put these initiatives in a sustainable and structural framework, the simplest idea is to apply the Lisbon Treaty. But of all the Treaty's provisions relating to defense, the one relating to « permanent structured cooperation »
    is the last one that was not implemented.
    /> That is why the institutions of Brussels are calling for it to be set up, and the High Representative has been instructed to make proposals to that effect.
    The problem is that no one remembers the intention of the drafters of the treaties, nor what «permanent structured cooperation» really means.
    Its understanding requires considerable analytical work and a great effort of synthesis.
    Moreover, let us not delude ourselves, ticking the box to eliminate the last obstacles to the establishment of a true European defense will not be enough. Indeed, as permanent structured cooperation was inspired by the Euro-zone idea, it is affected by the same design flaws as the Maastricht criteria.
    But if structured cooperation is not the miracle solution and its implementation is too complicated, what else?

  • L'année 2016 a été marquée par de multiples initiatives des autorités de l'Union européenne en faveur de la défense : stratégie globale, plan de mise en oeuvre, plan d'action, action préparatoire de recherche de défense et feuille de route pour accroître la coopération avec l'OTAN. La question que tout le monde se pose est de savoir si ces initiatives ne constituent qu'un feu de paille ou si elles marquent un authentique renouveau. En d'autres termes, seront-elles suivies de prolongements institutionnels et si oui lesquels ? Afin d'inscrire ces initiatives dans un cadre durable et générateur d'effets de structures, l'idée la plus simple est d'appliquer le traité de Lisbonne. Or de toutes les dispositions du traité relatives à la défense, celle ayant trait à la « coopération structurée permanente » est la dernière à ne pas avoir été mise en oeuvre. C'est pourquoi les institutions de Bruxelles en réclament l'établissement à cor et à cri et que la Haute Représentante a été chargée de faire des propositions en ce sens. Le problème est que personne ne se souvient de l'intention des rédacteurs des traités, ni de ce qu'est vraiment la « coopération structurée permanente ». Sa compréhension nécessite un important travail d'analyse et un gros effort de synthèse. En outre, ne nous faisons pas d'illusions, il ne suffira pas de cocher la case la concernant pour voir s'évanouir les derniers obstacles à la mise en place d'une véritable défense européenne. En effet, dérivée de l'idée d'Euro-zone, la coopération structurée permanente est affectée des mêmes vices de conception que les critères de Maastricht. Mais si la coopération structurée n'est pas la solution miracle et que sa mise en oeuvre s'avère trop compliquée, que faire d'autre ?

  • Strategic autonomy is the latest fashionable concept, in Paris and Brussels alike. It appears no fewer than 24 times in the most recent French strategic review and there is not a single European strategic document, however insignifi cant, that makes no mention of it.

  • Autonomie stratégique

    Frederic Mauro

    • Grip
    • 23 Mars 2018

    L'autonomie stratégique est le dernier concept à la mode, aussi bien à Paris qu'à Bruxelles. Elle est citée pas moins de vingt-quatre fois dans la dernière revue stratégique française et il n'est pas un document stratégique européen, un tant soit peu important, qui n'en fasse mention.
    Au-delà des déclarations politiques, l'autonomie stratégique est entrée dans le champ juridique, puisqu'elle figure désormais au rang des objectifs assignés au programme européen de développement de l'industrie de défense.
    Elle constituera donc l'un des critères à l'aune desquels seront évalués les projets de R&D de défense susceptibles de bénéficier de fonds européens.
    Mais qu'est-ce que l'autonomie stratégique ?
    Le présent rapport retrace, pour la première fois, et avec précision, la brève histoire de ce jeune concept apparu à la fin du XXe siècle et qui a fait l'objet d'un chassé-croisé permanent entre les planificateurs de défense français et les leaders européens.
    Au-delà des recensions politiques et doctrinales, l'auteur s'efforce de proposer une définition opératoire du concept, telles que les affectionnent les juristes.
    Il en ressort que l'autonomie stratégique est avant tout un standard juridique, à l'instar du « bon père de famille » du code civil, et qu'elle ne peut prendre son sens qu'à condition d'être déclinée de façon contingente et relative . En d'autres termes, dites-moi quelle guerre vous voulez mener et je vous dirai de quelle autonomie vous devez disposer.
    Enfin, l'auteur insiste sur la composante « politique » de l'autonomie stratégique. Évidente et donc inutile à prendre en compte au niveau national, cette « capacité politique » est au contraire, la première pièce de l'équipement nécessaire à tous ceux qui ambitionnent de se lancer à la quête de ce Graal de la défense européenne.
    Frédéric Mauro est avocat au barreau de Paris et au barreau de Bruxelles, spécialisé dans les questions de stratégie et de défense européenne, ainsi que celles relatives à l'équipement des forces armées.

  • Départ du Havre. - La Bourgogne. - La baie de New-York. - La statue de la Liberté.Le 19 juin 1886, nous nous embarquions, mon ami G... et moi, à bord de la Bourgogne. C'était le premier voyage de ce magnifique bateau. Il inaugurait en ce moment, avec la Champagne, le nouveau service des paquebots transatlantiques qui, depuis, ont si brillamment tenu leurs promesses. A midi, nous laissions derrière nous les dernières bouées du Havre, et le 26, après une heureuse et rapide traversée, nous mouillions à dix heures du soir en vue de Sandy-Hook.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Une histoire synthétique du Brésil, depuis sa découverte en 1500 par les Portugais jusqu'aux années 90.

empty