• Ce livre est une plaidoirie?: la «?radicalisation des esprits?» oxyde la société française, l'«?hyper?» - puritanisme, aseptisation, uniformisation, conformisme, hygiénisme, sécurité, transparence, contrôle - infecte les consciences, et le contexte technologique, communicationnel, médiatique, marchand bouleverse les comportements. Éric Dupond-Moretti nous prévient?: la société contemporaine et la civilisation en devenir se soumettent à des diktats et acceptent des compromis qui menacent les libertés. Ce dialogue avec Denis Lafay doit être lu comme un combat, un manifeste pour la Liberté qui interpelle le lecteur au plus loin dans son intimité, son humanité. Et ses responsabilités. Car il n'y a pas de droit d'être libre sans devoirs à l'égard de la liberté.

    Éric Dupond-Moretti est un avocat pénaliste français, réputé pour le nombre record d'acquittements qu'il a obtenus. Il a récemment publié Le Dictionnaire de ma vie (Kéro, 2018).

  • Acquittement Bataclan
    Cuisine Dédiabolisation
    École Nationale
    de la magistrature
    Alain Furbury
    Gifle pédagoqique Humanité
    Indignation Justice
    AbdelKader Merah Liberté
    Mère Notoriété
    Opinion publique Parole
    Quémander Réseaux sociaux
    Secret #Ton porc Urticaire
    Vérité Whisky témoin sous X
    HYgiénisme Zoom  Indigné, impertinent, insolent, Éric Dupond-Moretti est assurément  un des avocats les plus brillants du barreau français.  Célèbre pour ses cent quarante-quatre acquittements obtenus,  il nous raconte ses grands procès et dévoile sa vérité sur le système  judiciaire. Il dénonce les attaques contre la présomption  d'innocence, la pression de l'opinion publique ou des réseaux  sociaux, la magistrature paralysée par le corporatisme... On  découvre également un homme haut en couleur, d'une grande  générosité, qui voue un véritable culte à sa mère, qui aime la vie  et ses plaisirs et, en passant, nous livre sa recette de spaghettis.

  • Encensé par ses admirateurs, critiqué parbeaucoup
    de magistrats, la " Bête noire "des prétoires
    s'explique pour la première fois.
    Non, il n'est pas fasciné par le mal, mais il défend autant la présomption d'innocence que le droit - pour les criminels de tout bord - à une juste peine qui ne varie pas du simple au double d'une cour d'assises à l'autre.
    Non, il n'est pas l'ennemi des magistrats, mais il s'interroge sur l'absence de la notion d'humanité dans leur serment, alors qu'elle figure dans celui des avocats. Car ceux qui lui confient leur destin sont aussi des êtres humains, dont la ligne de vie a parfois de quoi inspirer aux jurés une certaine clémence.
    /> Non, il n'est pas contre l'État, mais il est souvent révolté par le fonctionnement de la Justice. Comme personne ne l'a fait auparavant, il raconte les petits arrangements, les influences et les pièges qui peuvent biaiser un verdict. À travers les anecdotes et les souvenirs édifiants des grands procès d'assises auxquels il a participé, il dresse le portrait d'un système judiciaire implacable, au sein duquel la défense n'est guère que tolérée, même quand elle tente désespérément d'éviter les erreurs judiciaires.
    " J'ai décidé de devenir avocat à quinze ans. C'était le 28 juillet 1976 et j'avais entendu à la radio que Christian Ranucci, l'homme du "pull-over rouge", avait été exécuté à l'aube. Ce n'est pas le récit d'une vocation que je fais ici, mais d'une sorte de fatalité. Je suis condamné à plaider. "

  • Il y a les procès historiques, les affaires médiatiques, il y a les acquittements parfois et les polémiques souvent.
    Et puis il y a l'homme derrière la robe d'avocat.
    Libre. En colère. Révolté.
    Éric Dupond-Moretti, à la barre, livre ses vérités.

  • Son amour pour la grande chanson française, et notamment pour Serge Reggiani, inoubliable interprète du célèbre texte de Georges Moustaki, n'est pas fortuite : l'avocat pénaliste Éric Dupond-Moretti, auteur de plus de 150 acquittements, se livre ici comme jamais, au travers d'une sélection de confessions, de révélations, d'analyses, qui exposent un combattant de la liberté. De toutes les libertés, la sienne bien sûr, mais aussi celle des autres, de chaque autre et de tous les autres, cette liberté que les diktats de l'hygiénisme de l'uniformité, de la transparence, de la sécurité, de la moralisation mettent aujourd'hui en péril. À 58 ans, il est parvenu à une liberté d'homme, qui sert d'exemple à celle que la société est appelée à sanctuariser.
    />
    Éric Dupond-Moretti est un avocat pénaliste français, réputé pour le nombre record d'acquittements qu'il a obtenus. Il a déjà publié, chez le même auteur, Le droit d'être libre (2018).

  • Quatre ans après Bête noire, le plus célèbre des avocats pénalistes reprend la plume. Avocats placés sur écoutes ou perquisitionnés au risque de voir dévoilés les dossiers de tous leurs clients, irruption de la morale dans la procédure, pression de certains médias qui jouent les procureurs, Éric Dupond-Moretti dénonce une dérive dangereuse : quand les droits de la défense sont rognés de toute part, la démocratie est en danger.
    À travers le récit de plusieurs affaires dans lesquelles il est intervenu, pour la plupart inconnues du grand public, il pointe les absurdités et les tricheries de l'institution judiciaire. Est-il normal, au xxie siècle, qu'un juge d'instruction, pour confondre deux innocents, demande à un expert de sonder l'opinion d'un chien ? Qu'un président d'assises, pour obtenir une condamnation plus lourde, tente de manipuler les jurés pendant le délibéré ? Qu'un homme soit condamné pour tentative d'assassinat alors qu'il peut prouver qu'il ne se trouvait pas en France le jour du crime ?
    Un livre coup de poing, qui concerne tous les citoyens désireux de savoir comment, aujourd'hui, fonctionne vraiment la justice dans " la patrie des droits de l'homme ".
    Ce livre a été écrit avec Stéphane Durand-Souffland, le chroniqueur judiciaire du Figaro.

  • Novembre 2000. Une jeune fille de 14 ans se déclare victime d'un viol dont l'auteur serait son voisin, Loïc Sécher. Une enquête expéditive et deux jugements sans preuves, sans ADN et sans aveux - en première instance et en appel - envoient néanmoins Loïc, alors âgé de quarante ans, en prison pour 7 ans. Il faudra attendre 2008 pour que Maître Dupond-Moretti obtienne que s'ouvre un procès en révision à la suite des rétractations de l'accusatrice.
    Dans ce livre à deux voix, Loïc Sécher décrit le drame qu'il a vécu. L'horreur d'être accusé d'un pareil crime, ses vaines protestations d'innocence, les traitements que ses codétenus lui réservent, les proches qui s'éloignent, la solitude désespérée.
    Éric Dupond-Moretti, lui, se livre de manière implacable au décryptage d'une affaire où les rouages de l'appareil judiciaire s'emballent jusqu'à briser la vie d'un homme.
    Loïc Sécher est le septième condamné officiellement innocenté depuis 1945. Il a pardonné à la jeune fille repentante qui l'a précipité dans une déchéance insoutenable. Pour la justice, ça lui sera plus difficile : il ne sait plus très bien ce que veut dire ce mot.

empty