• Nuage

    Emmanuel Jouanne

    Les I.A. du Bloc 17, de la Transamérique et de l'Eurocentre avaient pour consigne de ne pas mettre en péril la race humaine... Mais que peuvent bien signifier les termes de race et de péril pour des intelligences artificielles comme Guerre et Paix ou Petit Poucet ? C'est ce que va essayer de découvrir Jack Ebner, miraculé de la guerre ultime qui a ravagé la planète, en sillonnant une Terre mutante ou l'Homme n'a guère plus d'avenir qu'un souvenir. Jacques Barbéri affole les codes de la littérature et de la science-fiction : dans un paysage surréaliste digne d'un Jérôme Bosch, il tisse un roman poétique, déjanté et visionnaire.

  • Le docteur Fer est une femme dangereuse. Dans sa «Folie», le vaste hangar où elle réside, elle «bricole» une machine à modifier la réalité. Machine dont elle est la seule à comprendre le fonctionnement et qui se compose d'un invraisemblable bric-à-brac dont les cadavres humains ne sont pas exclus. Pour Néon, jeune Loup d'un Paris en miettes, l'univers du docteur Fer est incompréhensible et menaçant. Qu'elle l'enrobe de barbe à papa, qu'elle inverse localement la pesanteur jusqu'à faire s'écraser au plafond sa femme, Eau, ou qu'elle s'acharne à remettre en route un maire virtuel, passe encore... Mais le jour où son camarade Pixel se met à délaisser ses parties de bataille navale pour collaborer au sabotage du réel, rien ne va plus...

  • Se retrouver attaché en pleine rue à un panneau de signalisation, c'est dur... Quand les liens sont en sucre, lorsqu'une femme vous a enrobé de barbe à papa simplement parce que vous l'avez un tout petit peu bousculée, ça devient ridicule. Un loup de la ville n'a pas le droit d'être ridicule. Il ne craint personne, il n'a peur de rien. Mais quand les cadavres commencent à servir de logiciels, que les psys vous gavent d'amphétamines pour vous empêcher de dormir et que votre femme se met à planer vingt centimètres au-dessus du sol, tout de même... Les loups aussi peuvent se poser des questions.

  • Que faire quand on est un mister bien rangé, vivant en parfaite harmonie conjugale avec son monsieur, et qu'on gagne la dernière femme (congelée) à un concours auquel on n'a pas joué ? Sortir ses poignées rétractiles de sa colonne vertébrale en plastique et prendre le métro pour aller quérir son prix. Il faut dire qu'Avon, l'heureux gagnant, en a vu d'autres puisque, quand il était petit, ses pères menaçaient de le manger s'il ne trouvait pas acquéreur à l'âge de 10 ans. Comme le fut la petite Noëlle, fillette surdouée qui, malgré son intelligence et sa grande gueule, passa nonobstant à la casserole... À peine un hors-d'oeuvre pour un festin d'un genre particulier auquel vous convie ce roman, très noir, très tordu, très dérangeant.

  • Malgré tout, l'avenir est plein d'espoirs : mers, jardins, villes douces, mondes paisibles, déserts muets, tout semble prêt à accueillir des personnages en quête d'eux-mêmes, et de leurs compléments. Mais rien n'est simple : les paysages se dérobent, ou ne veulent rien dire. La femme aimée n'existe qu'en morceaux. On a tout pouvoir sur le monde, mais ce pouvoir ne peut provoquer que des catastrophes, pour celui qui le détient comme pour les autres. Les parents bienveillants éteignent les étoiles. Les enfants bien intentionnés transforment tout en pierre. Les suicidés fiers de l'être n'arrivent pas à mourir. L'espoir se retourne contre vous ; attention, il mord ! Dans ce recueil de nouvelles conçu comme un tout, la cruauté est partout, sous toutes ses formes, et ce n'est pas faute d'optimisme. Au contraire. C'est l'optimisme qui nourrit la cruauté.

  • Le parcours d'un SDF et les perspectives pour se sortir de sa condition...

  • Le stathouder Arec est chargé par la PSI (Protection Surveillance Intervention) du bunker d'éliminer Anjelina Séléné contaminée par les «autres». Il efface comme à chaque fois, en bon professionnel, sa cible, mais l'image de cette femme hante régulièrement ses pensées. Aurait-il exceptionnellement des remords? Une fois sa mission effectuée, il réintègre le bunker, bâtiment souterrain où travaillent et sont logés les membres de la PSI. Il emprunte des chemins détournés en évitant comme à son habitude les postes de contrôle, mais cette fois-ci un fonctionnaire zélé aperçoit son manège et le dénonce. Arec est convoqué par ses supérieurs, mais l'entrevue tourne plus autour de sa dernière «cible» - l'a-t-il réellement effacée - que des entorses au règlement. Qui est réellement cette jeune femme pour que les instances dirigeantes du bunker s'y intéressent à ce point? Kô, son ami et voisin, a qui il demande régulièrement conseil pense qu'il n'y a pas besoin de lire entre les lignes pour conclure que les dirigeants du bunker veulent sa peau d'une manière ou d'une autre. Mais qui sont réellement les gouvernants du bunker et, au delà, des différentes communautés qui peuplent la surface? La Tête, alias le président, alias le condottiere, qui ne montre jamais le même visage sur l'écran des Anes, et dont personne ne connaît la véritable apparence -humain, machine, extra-terrestre? Ou bien la Girouette chargée d'énoncer lois et règlements et qui n'hésite pas à faire intervenir les jeux de hasard pour attribuer certains fonctions ou certains titres?

empty