• Claude Dulong nous dresse ici les destins de diverses femmes, connues telles que Ninon de Lenclos, ou restées dans l'ombre comme une sorcière de village, pour apprécier les progrès accomplis en matière de condition de la femme entre la mort d'Henri IV et celle du Roi-Soleil. Ce siècle qui fut surnommé "le Grand siècle", le fut-il vraiment pour les Françaises ?

  • Seul ouvrage fondé sur des enquêtes rigoureuses menées principalement au Québec et en Acadie, le Dictionnaire des canadianismescomprend quelque 9 000 mots et expressions propres à la langue parlée et écrite au Canada français d'hier à aujourd'hui;o signale les apports les plus importants des langues amérindiennes, du vieux fonds français et de la langue anglaise;o offre de nombreux exemples et synonymes pour chaque entrée;o relève les incorrections courantes;o indique, grâce à une carte placée en début d'ouvrage, les aires d'emploi des régionalismes.Ancien professeur titulaire au Département de linguistique de l'Universtité Laval, Gaston Duong est l'un des linguistes les plus réputés du monde francophone. Trente-cinq années de Technique et d'enseignement l'ont mené à la création du présent Dictionnaire des canadianismes.

  • Comment expliquer le renforcement du pouvoir exécutif sous la Ve République ? Plusieurs études ont déjà été consacrées à cette question. Mais une dimension restait cependant négligée: celle des processus socio-politiques qui ont légitimé ce basculement du centre du pouvoir dans l'Etat, du législatif vers l'exécutif. C'est à cette dimension du changement constitutionnel de 1958 qu'est consacré ce livre. L'avénement de la Ve République ne saurait se comprendre indépendamment de la mobilisation au sortir de la seconde guerre mondiale, des élites " modernisatrices " du syndicalisme, de la haute fonction publique et des sciences sociales qui ont progressivement changé les représentations du politique.

  • Quand la mondialisation devient « société de la connaissance », la propriété intellectuelle s'installe au coeur de toutes les activités, de l'agriculture à la production culturelle, en passant par la concurrence industrielle et la recherche universitaire et médicale. L'extension croissante de la propriété intellectuelle entraîne aussi des conséquences pour le domaine public, les communs de la connaissance et le partage des savoirs. Les changements techniques et les rapports de force mondiaux en font également un enjeu géopolitique. Cet ouvrage veut donner des repères pour comprendre ces évolutions.

  • Le code est parmi nous pour toujours, et le droit n'est pas prêt de nous quitter. En effet, il suffit de voir le code comme l'une des instances d'une architecture plus générale pour comprendre que le code a accompagné la loi depuis très longtemps déjà : que l'on pense seulement aux grands boulevards à Paris, construits afin de mieux protéger le pouvoir contre la Révolution. Il en est de même pour les luttes qui vont définir la prochaine étape des relations entre le code et le droit. C'est ce que montre la métaphore qui est au coeur de ce livre, écrit par l'une des théoriciennes les plus prometteuses de ce nouveau champ. Depuis le début de la science du droit, la loi, sous toutes ses formes, s'est inquiétée de l'application irréfléchie des règles. L'internet a-t-il appelé le Golem à la vie ? Est-il capable d'être plus juste, ou au moins d'apporter plus d'intelligence, que son seul mythe ? Avec ce livre, Mélanie Dulong fait évoluer la théorie et la pratique de cette relation vers sa prochaine étape. Y a-t-il un moyen pour que ces deux forces coexistent, et qu'elles respectent mieux leurs domaines respectifs légitimes ? Y a-t-il des moyens pour que le droit puisse infecter le code, en y (im)portant ses valeurs et aspirations, et en les laissant se développer de manière native ? Quelles sont les limites de cette stratégie ? Quelles en sont les promesses, au delà de la lutte insensée qui a défini tant d'interprétations (au moins de la part des hommes politiques) de cette inéluctable relation ?

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • L'histoire en images et en photos de cette ville normande.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Onze

    Dulong Annie

    Ils s'appelaient Leah, Peter, Eva, Ginny, Antonia, Andrew. Peut-être faudrait-il préciser davantage : la couleur de leur complet ou de leur tailleur. Le poids du porte-documents. La commande de café, dans le petit restaurant à la sortie du métro. Les conversations anodines, autour du déjeuner, ou le silence. Les gestes du quotidien, crème à raser, déodorant, chemise, bas. Le visage fermé du changeur dans le métro, son histoire. Ils n'avaient d'autre point commun que de se trouver au même endroit. Ou plutôt au même moment. Le 11 septembre 2001, à New York, quelque part dans le World Trade Center. Juste avant que tout bascule. Ce texte d'une intense gravité, mais d'une infinie délicatesse, met en scène quelques personnages placés au coeur d'un événement pour lequel ils n'ont d'autre certitude que la nécessité de leur survie. Ils ne savent pas que le 11 septembre 2001 deviendra, avec eux, un jour historique. Ils réagissent, seulement.

  • Autour d eux

    Dulong Annie

    Des hommes et des femmes hantent les treize nouvelles de ce recueil et proposent leur regard singulier sur le monde. Des enfants, prisonniers des désirs des adultes ou d'un monde qu'ils ne comprennent pas. Une femme, témoin de son effacement dans la maladie, et une autre qui tente au contraire de redevenir visible. Un homme observe une boutique où personne ne semble entrer, un autre se débat contre ses prémonitions. Dans ces vies minuscules où le silence est omniprésent, de petites catastrophes s'agitent, grondent. Dans un style concis et incisif, l'auteure explore l'étrangeté du monde, ce qui échappe à la raison ou au premier coup d'oeil, le secret étouffant, le malentendu dans un couple, le travail de distanciation à l'égard de sa propre mort, la création. Autour d'eux, autour de ces êtres de tout âge, on ne regarde plus la vie de la même manière.

  • Le mariage de Louis XIV, ce fut d'abord la paix rendue à l'Europe après des guerres atroces et interminables, et c'est ainsi que le ressentirent les contemporains. Mais la cérémonie du 9 juin 1660 à Saint-Jean-de-Luz marquait aussi le début du règne personnel du Roi-Soleil (le plus long de notre histoire) et elle préludait à une ère de prépondérance française à la fois politique et culturelle. Claude Dulong s'attache en historienne à dégager la signification profonde de l'événement, mais c'est avec une vivacité de romancière qu'elle nous en révèle les dessous et les péripéties. Elle n'oublie jamais que les acteurs et victimes de l'Histoire sont des êtres de chair et de sang, et que, dans le cas présent, le facteur humain fut capital. Sans la volonté de paix de la reine mère Anne d'Autriche, sans l'habileté de Mazarin, rien n'eût été possible. Car Louis XIV lui-même, à vingt et un ans, amoureux de la belle Marie Mancini, hésitait encore devant son destin et il s'en fallut de peu que son coeur ne l'emportât sur la raison. Ce n'est pas le moins émouvant du livre que ce portrait sensible, inattendu d'un monarque en formation, avant que la gloire et l'étiquette n'en fissent un symbole : celui de l'absolutisme.
    Claude Dulong, chartiste, s'est spécialisée dans l'histoire du XVIIe siècle. Elle a fait paraître quatre ouvrages sur cette période, dont deux ont été couronnés par le Grand Prix Gobert de l'Académie française (Anne d'Autriche et L'Amour au XVIIe siècle).

  • Décrit le processus d'enrichissement de ce Premier ministre puisant dans les deniers publics pour faire le métier d'armateur et de banquier, qui entassait dans son palais ce que les contemporains appelaient les merveilles du monde.

  • Que ce soit l'assassinat des étudiantes à la Polytechnique en 1989 ou les meurtres en série de femmes prostituées à Vancouver, que ce soit aux États-Unis, ou ailleurs, les meurtres en série et les meurtres de masse ont augmenté sensiblement, ces dernières décennies. Cette croissance ne peut s'expliquer uniquement par des facteurs individuels. Pour éclairer un phénomène à première vue inexplicable en dehors de la folie présumée du tueur, Richard Poulin et Yannick Dulong mettent en relation l'histoire personnelle du meurtrier, le contexte culturel, le construit social dans lesquels ses victimes et lui évoluent. Les victimes servent de révélateur non seulement des motivations profondes et des actions des tueurs, mais également de la dynamique sociale sexiste et raciste qui sous-tend de tels actes.

empty