• « Le sabotage des gradins et l'incendie du chapiteau résultaient d'un règlement de comptes entre gens du cirque, et ces forfaits n'étaient que la partie visible d'un iceberg d'emmerdements à venir, c'est moi qui vous le dis. » La rage serrait les mâchoires de Carlos. Quel ennemi s'acharne sur le cirque ? Un rival jaloux ? Un membre de la famille ? Solutions trop simples pour le monde mystérieux du cirque !

  • « Le sabotage des gradins et l'incendie du chapiteau résultaient d'un règlement de comptes entre gens du cirque, et ces forfaits n'étaient que la partie visible d'un iceberg d'emmerdements à venir, c'est moi qui vous le dis. » La rage serrait les mâchoires de Carlos. Quel ennemi s'acharne sur le cirque ? Un rival jaloux ? Un membre de la famille ? Solutions trop simples pour le monde mystérieux du cirque !

  • "Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais lorsque je suis propulsée au centre d'une affaire criminelle particulièrement carambouillée, j'en arrive parfois à me demander si tout ce cirque qu'on appelle la vie a un sens. Je vous dis ça parce que, ces derniers temps, j'ai eu tout le loisir d'évaluer la folie des hommes ! Pour l'heure, verte de peur, assise au milieu d'un hangar, j'essaye de ne pas paniquer et surtout d'avoir l'idée géniale qui me sortira d'ici..." Une nouvelle aventure de Philippine Lomar, détective privée à ses heures, par Dominique Zay.

  • "Depuis plusieurs jours, il y a trois types à l'allure pas commode qui rôdent autour de la maison : trois silhouettes inquiétantes qui disparaissent aussi subitement qu'elles apparaissent. Voleurs, cambrioleurs, meurtriers ou tueurs... Quelle panique ! Je me demande bien ce que ces hommes nous veulent, et surtout ce qu'ils veulent à mon père... J'ai bien surpris une discussion mais... Si je pouvais comme papa, utiliser mes talents de magicien pour les faire disparaître d'un grand coup de baguette magique, ce tour-là je l'appellerais Magic mic mac !" Un roman policier de Dominique Zay.

  • "Je m'appelle Philippine Lomar et je suis détective privé ! Pourquoi ? Tout d'abord parce que les détectives sont rarement des femmes. Ensuite parce que les détectives privés ne sont jamais des enfants. Et surtout, je l'avoue, parce que tout le monde me l'a vivement déconseillé. Comme je suis plus têtue qu'un tétard tentant de tenir tête à une tortue tenace, j'ai finalement décidé de le faire. Je besogne après 16 heures 30, parfois le mercredi, souvent les week-ends et toujours pendant les vacances. Généralement, on me charge de petites missions mais, quand Tête de Piaf est venu me demander d'aider sa soeur Géraldine, j'ai compris soudainement que le métier de détective, ce n'était pas de la rigolade." Un roman policier de Dominique Zay.

empty