• D ans cet ouvrage, Dominique Bucheton démontre que transmettre les « savoirs fondamentaux » n'est possible qu'en éveillant la liberté de
    penser, en suscitant le goût d'apprendre ensemble et la volonté de prendre soin du monde. Pour elle, tout enseignant, à travers ses postures et ses gestes, exprime des préoccupations et des valeurs qui confèrent à son enseignement son crédit, son sens et sa portée. C'est pourquoi les gestes professionnels sont porteurs, simultanément, de technique et d'éthique.
    S'appuyant sur de nombreuses recherches au plus près des pratiques, forte d'une grande compétence de l'enseignement de la langue, Dominique Bucheton montre comment enseignants et élèves peuvent s'enfermer dans un jeu de postures réciproques délétères ou, au contraire, travailler de concert pour faire de la classe un espace de curiosité et d'exigence.
    C'est là, tout à la fois, affaire de pilotage ferme et d'ajustements
    permanents, d'étayages rigoureux pour construire des situations d'apprentissage efficaces et de tissage systématique pour relier ces apprentissages au développement individuel et social de chaque enfant.
    Un livre essentiel riche d'exemples, de témoignages et d'outils, porté
    par une ambition pédagogique forte et aux résonances profondément
    politiques.
    Philippe Meirieu
    Cette nouvelle édition est augmentée d'une partie consacrée aux écueils, mais aussi aux nombreuses possibilités pédagogiques offertes par le numérique.

  • Écrire relève d'un processus de résolution de problèmes complexes : celui qui écrit doit gérer à la fois l'ordre des idées, leur développement, leur pertinence, mais aussi le choix des mots, de la syntaxe, le genre du texte, l'orthographe, la graphie, la mise en page, etc. Or il existe un double paradoxe étonnant au sein du système éducatif : bien qu'elle soit l'instrument premier du travail intellectuel et scolaire, l'écriture n'a souvent qu'un statut de simple compétence transversale.
    Et alors qu'elle contribue largement à la sélection scolaire, elle est rarement objet d'étude à part entière.
    S'appuyant sur de nombreuses études d'écrits d'élèves, de l'école primaire au lycée, et témoignant de pratiques innovantes aux effets bénéfiques, cet ouvrage donne à voir plusieurs grands principes pour inventer, planifier et mettre en oeuvre cet enseignement dans les classes :
    - considérer l'élève comme une " personne à part entière " avec l'ensemble de ses capacités à penser, questionner, hiérarchiser, et avec sa sensibilité ;
    - ne pas croire qu'écrire est une simple affaire de règles et de normes linguistiques ;
    - s'intéresser davantage à la réécriture (qui renseigne sur le processus d'écriture) qu'au produit final ;
    - modifier ses postures en tant qu'enseignant pour créer des conditions et des situations favorables à l'écriture.
    C'est en ayant un autre regard sur les écrits des élèves, en réexaminant la place de l'écriture dans les disciplines, en donnant du temps et de l'espace que l'on révolutionnera cet enseignement et permettra aux élèves de développer leurs compétences.

  • L'objectif de ce travail est d'établir un bilan des recherches orientées vers l'analyse du lien entre l'activité des élèves des classes primaires et secondaires et leurs pratiques langagières écrites et orales. Le langage n'est pas seulement un moyen d'enregistrer et de communiquer les résultats du travail de la pensée mais l'une de ses fonctions essentielles est de rendre possible cette activité de la pensée, de la développer et de l'organiser. Certaines contributions éclairent l'importance des décisions de l'enseignant, sa manière de transmettre les consignes et d'étayer les activités d'apprentissage.

empty