• C'est avec des mots que j'ai tenté de dessiner ce sourire, puisqu'il est aussi le récit d'une passion amoureuse. Cet amour, sans doute trop dense, trop intense, où le plaisir a un versant de douleur, ne peut être que limité dans sa durée. Il est ce chant foudroyé du temps qui nous emporte. On ne peut pourtant que souhaiter à tous cette rencontre miraculeuse d'où jaillit son épiphanie pétrie d'esprit et de chair. Triste serait peut-être la vie de celle ou de celui qui n'aurait pas vécu l'intense bonheur de ce sourire, au risque qu'il devienne, avec le temps, cette riche cicatrice que l'on porte alors au secret de son coeur. Deux amants, un bouquet de bras liés.

  • Le balandran

    Dominique Bal

    Parmi les différentes définitions données au mot balandran, plutôt qu'un « lourdaud qui va les bras ballants », en ce qui concerne plus précisément notre personnage, nous dirons de façon plus aimable et plus juste aussi, qu'il est un vagabond de la vie qui, sur les chemins toujours incertains quand ils mènent nulle part, a du mal à trouver le bon pas, le pas qui compte, le pas à inventer chaque jour quand on est en quête de Sens : à la fois direction - voie à suivre - et signification profonde des choses, pour s'accorder au monde et à son cours. C'est aussi le parcours d'un homme de foi et, si tant est qu'il soit besoin de nommer une divinité, cet homme choisit celle qui était en lui et partout autour de lui : merveilleuse et redoutable : La Vie ! « Je sais maintenant que tant que je vivrai Malgré tous les désastres Me restera planté dans la peau et le coeur Je ne sais quel espoir auquel je ne crois pas Un chant comme une écharde Qui me blesse et me sauve à la fois »

empty