• Le livre

    1940-1945 : un homme, sous plusieurs indentités, parcourt l'Europe. En toute impunité, il collabore avec l'ennemi et tue. Des années plus tard, un commissaire, hanté par les années noires de l'Occupation, et un officier, condamné à Nuremberg, essaient de retrouver sa trace. De trouver un coupable.
    Juste pour le plaisir est un roman qui a le rythme du thriller. Mercedes Deambrosis brosse une galerie de portraits impressionnante : petites gens, salauds, trouillards, naïfs, crapules, femmes violentes, femmes écrasées. Tous sont pris dans la tourmente de l'Histoire. Tous se croisent et se perdent. Tous nous posent la question à laquelle nous ne connaissons pas de réponse : à leur place, qu'aurais-tu fait ?

    /> L'auteur

    Mercedes Deambrosis vit à Paris. L'essentiel de ses romans est publié chez Buchet/Chastel.

  • Dans cette petite ville espagnole, les mentalités n'ont guère changé. Les vieilles rancoeurs politiques et familiales ont souvent été le seul héritage de ces familles modestes. Ainsi lorsque Tecla Osorio, fille d'un ancien "rouge", a soudain disparu, les policiers n'ont pas vraiment cherché à élucider ce mystère. Et, lorsque onze ans plus tard, par une soirée froide d'avril, elle apparaît à l'arrêt du car où on l'avait vue pour la dernière fois, le malaise grandit tant dans sa famille qu'au commissariat. D'où vient cette fille étrange après une aussi longue absence? Et comment peut-elle retrouver une place dans une maison et une ville qui se sont refermées sur son absence? L'étrange apparition de Tecla Osorio a la violence sourde, la tension des romans brefs de Gabriel Garcia Marquez. Dans une écriture au scalpel, Mercedes Deambrosis y trace le portrait cruel, souvent drôle, d'une société qui cultive plus volontiers la haine que la mémoire.

empty