• Faites donc connaissance avec Jésus, Cassandre ou la Dame aux crottes. Éther, la Grenouillette ou les Killer Rabbits. Mistress Sandra, Jean-Yves ou Espero. Dieu merci, ils occupent peu d'espace. Quatre ou cinq pages. Une galerie de personnages, une suite d'incidents grossis à la loupe et un fil conducteur: les éclaboussures provoquées par les blessures de l'enfance. Quarante nouvelles, dix cercles.

    La première vision : des tout-petits, parfois humains, parfois objets, mais toujours victimes de cruauté. La seconde, lumineuse, appartient à ces adultes meurtris qui tentent de s'en sortir avec créativité. La troisième, plus sombre, convient aux personnages en perte de repères, confortablement installés dans leurs comportements régressifs ou violents. La quatrième vision, rigide et immuable, plaît aux adultes qui, masochistes et aveugles, se mettent sans cesse les pieds dans les plats.

  • Anna a vingt-sept ans et n'a pas rencontré le grand amour. Elle saute quelques étapes dans son existence de jeune lesbienne et décide d'entrer dans la course à la maternité.

    Michaëlle, une globetrotteuse volage, vient bouleverser ses plans. C'est le coup de foudre. Anna tombe de haut et se voit confrontée à une décision douloureuse : nourrir son affection pour Michaëlle ou poursuivre son rêve parental.

    Dans le doute, Anna préfère une troisième option : elle abandonne les inséminations, opte pour l'adoption, puis s'acharne à transformer son amante en épouse fidèle.

    Les rêves d'Anna volent en éclats. De crise en crise, Anna tente de sortir de son marasme, mais s'enfonce dans la dépression.

    Anna troque une salle d'attente pour une autre.

  • On les adule, on les exècre : les chats règnent en maître dans le numéro d'automne d'XYZ. La revue de la nouvelle. Piloté par Camille Deslauriers, en collaboration avec Christiane Lahaie, ce numéro donne tantôt la parole au félin (Raphaël Bédard-Chartrand, Suzanne Myre), tantôt lui accorde le statut de subtil passeur (Emmanuelle Cornu, Valérie Provost, Joanie Lemieux, Odile Tremblay). Le chat est proie (Jean Pierre Girard), prédateur (Marie-Pier Poulin) ou encore l'objet de touchantes biographies (Claude La Charité, Lynda Dion). Cette édition est aussi l'occasion d'introduire une nouvelle rubrique, «Revenance» visant à réinvestir, par une nouvelle traduction ou une réécriture, une nouvelle canonique. Hélène Rioux propose ainsi une nouvelle traduction de «Black Cat» d'Edgar Allan Poe. Enfin, lisez la nouvelle de la lauréate du 29e concours de nouvelles : Marie-Pier Lafontaine. «Quarante-huit heures» vous plonge dans le trouble enchâssement de deux possibilités inconciliables et s'inspire, beau hasard, du «chat de Schrdinger», une expérience de pensée en physique quantique.

empty