• Svetlana était la fille unique et chérie de Joseph Staline. En fuyant l'URSS en pleine guerre froide, la « petite princesse du Kremlin » devient une héroïne, mais ne parviendra jamais à échapper au fantôme du tyran rouge.
    Adorée par son père et tenue à l'écart de ses massacres, Svetlana mène une enfance insouciante, jusqu'à la mort de sa mère dans des circonstances mystérieuses. À 17 ans, elle tombe amoureuse d'un cinéaste juif mais Staline le fait envoyer au goulag. Suivent deux mariages, deux enfants, deux divorces.
    Éprise de liberté, la fille du tyran fuit seule l'URSS et pose le pied sur le sol américain en avril 1967. En publiant ses Mémoires, elle dénonce le régime soviétique et parle de son « monstre de père ». Désormais à la une de la presse du monde entier, elle déclenche la fureur du KGB. Mais la célébrité n'adoucit pas la nostalgie d'un pays qui lui est si cher...
    Fille meurtrie, femme mal-aimée, éternelle errante, Svetlana (1926-2011) nous touche par son destin tourmenté marqué du sceau de l'histoire russe du xxe siècle.

  • Jamais une First Lady n'a été aussi populaire qu'Eleanor Roosevelt. Née en 1884 dans une famille de l'aristocratie américaine protestante, elle épouse à vingt-deux ans, un cousin éloigné, Franklin Delano Roosevelt, futur président des États-Unis, l'homme du New Deal et de Yalta. À ses côtés, elle fait campagne pour défendre ses réformes, en le poussant parfois à aller plus loin. Pour la première fois, elle donne une dimension politique au rôle d'hôtesse de la Maison Blanche en défendant sans relâche les plus démunis, les femmes, les pauvres et les Noirs. Mère de six enfants, partenaire fidèle de son mari, elle mène en parallèle une vie indépendante, parfois choquante, souvent surprenante.

    Grâce à des témoignages inédits, Claude-Catherine Kiejman nous brosse le portrait d'une femme altière, engagée, passionnée, critiquée, mais toujours étroitement associée à la destinée de son pays. Au fil de cette biographie, on suit pas à pas le destin singulier d'une femme de tête dont la vie se confond avec l'histoire des États-Unis.

  • Golda Meir

    Claude-Catherine Kiejman

    « Le jour où on écrira l'Histoire, on dira que c'est une femme qui a permis à l'État juif de voir le jour. »
    David Ben Gourion.
    Qui aurait pu imaginer un tel destin ? Née à Kiev en 1898, Golda Meir fuit avec sa famille la terreur des pogroms et trouve refuge aux États-Unis en 1906. À 23 ans, elle émigre en Palestine avec son mari et s'installe dans un kibboutz. Militante infatigable de la cause sioniste, elle signe la déclaration d'indépendance d'Israël le 14 mai 1948.
    Ministre du Travail, ministre des Affaires étrangères, secrétaire générale du Parti travailliste, elle est nommée Premier ministre en 1969, à l'âge de 71 ans.
    Femme de caractère, Golda Meir a toute sa vie répugné à se livrer. Près de quarante ans après sa mort, Claude-Catherine Kiejman enquête avec finesse sur les ressorts de cette personnalité hors du commun. On découvre alors une grande figure de l'histoire du XXe siècle.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty