• Ariane, compagne délaissée par Thésée, devient l'épouse triomphale de Dionysos qui l'élève au rang des immortels. Ce mythe de la passion partagée et de l'immortalité par l'amour conjugal a inspiré les poètes et les artistes tout au long de douze siècles de culture grecque et gréco-romaine, jusqu'aux marches lointaines de l'Asie centrale. Vases, terres cuites, fresques, mosaïques, fibules, miroirs ou sarcophages témoignent de sa puissance et de sa pérennité.
    Face à l'institution juridique du mariage où l'épouse serait une perpétuelle mineure, le mythe oppose l'image d'un lien conjugal tout aussi légitime, conclusion d'une passion spirituelle et charnelle également partagée par les deux amants. On ne saurait comprendre la société antique si l'on ignore l'une des deux faces de ce diptyque. Mythe de l'amour, mais aussi de l'éternité par l'amour, Ariane est donc une figure de félicité par-delà la mort. Dans la quête d'immortalité d'une société qui se métamorphose, elle est devenue un symbole de la survie dans l'amour divin.

  • Le domaine de l'iconographie est avant tout celui de la représentation de ce qu'il faut nommer de façon réductrice, des images. L'Égypte possède en la manière un inestimable capital. Elle est une des sociétés dont les empreintes laissées dans la pierre, sur le papier, la pellicule, constituent un des fonds les plus riches et diversifiés qui soient. Il suffit de par-courir les temples ornés de fresques il y a six mille ans et d'en observer les traces aujourd'hui encore. De tourner les pages des grands illustrateurs d'Occident venus exercer leurs talents entre Alexandrie et Assouan, le Sinaï et le désert libyen. Sans oublier d'autres genres : les beaux-arts, en faisant un grand saut entre l'époque des portraits funéraires du Fayoum et l'entre-deux-guerres, avec les peintres et sculpteurs nationaux les traditions populaires, de la caricature, des peintures de pèlerinage ; la publicité... C'est à pareille découverte que le livre invite.

  • L'ouvrage évoque la figure de Morcos Fahmy, à travers la biographie que sa propre fille a rédigée. Le récit, reconstitution d'une carrière mêlée de souvenirs personnels et d'hommages, retrace la vie d'un avocat, de confession copte, membre du barreau durant l'entre-deux-guerres. Il reprend les principaux moments d'une existence, avec ses hauteurs et ses dépressions. Il met en relief le côté professionnel, les nombreuses affaires dont l'avocat s'est occupé, les causes qu'il a défendues. Il présente aussi l'engagement politique au lendemain de la première guerre mondiale, sans que cela débouche sur une affiliation partisane. Il dégage enfin le réformisme social d'un homme préoccupé du statut de la femme en Orient, comme de la pénalité de l'adultère. À travers l'étude d'un cas, se reconstituent moins une époque ou une société que des jeux d'influence entre individus, groupes. forces ; les interconnexions entre le juridique (civil et pénal), le politique, le social et le religieux ; les effets de miroirs entre passé et présent, personnage et portrait ou sujet et récitant. Ainsi une histoire individuelle s'inscrit-elle dans une histoire nationale...

  • Le domaine oriental est devenu peu à peu spécifique depuis le début du XIXe siècle. Ses misères lui appartiennent comme ses splendeurs, ses façons d'être hostile à l'étranger et violent vis-à-vis de l'ennemi comme d'accueillir le visiteur ou de recevoir l'hôte sont uniques. On n'y connaît point l'art de peindre mais celui de bâtir et d'enjoliver. Le roman y est moins pratiqué que le conte. Les hommes s'y montrent ombrageux et les femmes se cachent... Ainsi se sont élaborées les multiples catégories de la double différenciation : essentielle et fonctionnelle, avec son système du sérail, sa structure sultanale et son organisation hiérarchisée et communautaire... Dans ce contexte, il n'est pas extraordinaire que le voyage en Orient ait participé des mêmes visions. D'autant qu'à l'extériorité s'est ajouté l'exotisme. Avec des effets pervers, notamment de faire passer l'Orient du statut d'objectif à celui d'objet. Explorateurs, découvreurs, "traverseurs" ont d'abord ramené plans, notes, relations et récits, destinés à éclaircir ou amuser ceux qui n'avaient pu se déplacer. Aux transports, en vue de descriptions et d'études, ont ensuite succédé les déplacements, les croisières, les traversées, les visites de lieux où l'éloignement, le dépaysement, le délassement, tenaient une part grandissante. Le voyageur s'est plus préoccupé de satisfaire son plaisir et de préparer son trajet que des pays visités, des gens rencontrés. Carnets et souvenirs se sont fait plus légers. L'auteur du voyage préoccupé de lui-même plus que de ce qu'il trouvait sur son chemin, est devenu transitaire, passager, avant de s'imposer comme touriste. Voyager en Orient, à notre époque, n'est plus explorer pour découvrir, mais passer pour voir, avoir vu en réalité. Et passer vite : plus question de remonter le Nil à la voile, en dahabiyah ou en felouque, jusqu'à Assouan ; de là, Abu Simbel se visite entre deux avions, en une heure de temps. L'Orient, on s'y rend moins qu'on en revient.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • L'Algérie n'est pas née à la vie politique en 1962. L'indépendance représente moins une éclosion qu'une consécration, une renaissance. L'auteur s'est attaché à le démontrer en retraçant les transformations d'une société effacée en 1830, condamnée à l'oubli, à la figuration, jusqu'à la première guerre mondiale puis progressivement reconstituée au point de contester et secouer une domination, pour se libérer enfin. Grâce à une analyse critique des versions officielles et des obscurcissements auxquels s'est pêtée une certaine histoire, grâce à une relecture d'auteurs classiques et marginaux, surgissent des images moins conformes aux archétypes imposés par le colonisateur. La seconde édition, revue et corrigée, s'est accrue d'une centaine de pages. Elle comporte une préface et des conclusions nouvelles, ainsi qu'une présentation critique des principaux ouvrages parus et thèses soutenues de 1974 à 1982. Une bibliographie sélective des travaux publiés durant cette même période figure en annexe.

empty