• Le propos central du livre est de montrer comment la Walt Disney Company, depuis sa création en 1987, et plus particulièrement depuis l'arrivée de Robert Iger comme PDG en 2005, invite la jeunesse à retrouver le sens de l'histoire et la foi dans le progrès pour sortir du piège de la postmodernité, qui l'enferme dans un éternel présent déceptif. Elle le fait en valorisant, à travers les productions de l'ensemble de ses filiales, les dynamiques qui portent l'opinion publique au féminisme, à l'inclusivité, au multiculturalisme, à la tolérance envers toutes les identités, au respect des différences.

    Le nouvel univers Disney - le Disneyverse - n'occulte pas la réalité de notre monde. Résolument optimiste, il fait confiance aux femmes, aux princesses, pour renouveler un patriarcat défaillant.

    Christian Chelebourg est Professeur de littérature à l'Université de Lorraine, où il dirige le laboratoire LIS (Littératures, Imaginaire, Sociétés). Après avoir consacré une thèse à Jules Verne, il s'intéresse désormais aux productions contemporaines grand public, dans une perspective d'études culturelles. Il est entre autres l'auteur de Le Surnaturel : poétique et écriture (Armand Colin, 2006), Les Écofictions (Les Impressions Nouvelles, 2012) et Les Fictions de jeunesse (PUF, 2013).

  • Notre époque, supposée prosaïque et désenchantée, reste fascinée par le surnaturel et manifeste envers lui un regain d'intérêt. Il importe d'autant plus, si l'on veut jouir de ses fantasmagories en poète et non en dupe, de connaître les voies que l'irrationnel emprunte pour séduire nos imaginations. Le surnaturel est cosmogonique : il engendre des mondes dont il trouve le modèle dans la pensée magique et qui s'alimentent à toutes les sources de l'irréel. L'exploration de ces mondes et l'analyse de leurs arcanes intellectuels constituent une invite à en goûter la poésie, et à relever les défis qu'ils tendent à la raison. On n'a cessé, au fil des siècles, de cliver et de hiérarchiser ces mondes. L'auteur de ce livre récuse ces distinctions traditionnelles entre foi et fantaisie, fantastique et merveilleux, genres nobles et genres populaires. Il adopte une perspective panoramique et étudie la dynamique créatrice de l'ensemble des littératures du surnaturel, des grands textes sacrés aux comics américains, des contes de fées aux nouvelles fantastiques, des apocalypses spirites à la fantasy, des chansons de geste aux dessins animés et jusqu'aux traités de parapsychologie. Ce livre s'adresse aux étudiants de lettres, d'arts et de sciences humaines.

  • Parce que les jeunes aiment les histoires et qu'ils en ont besoin pour se construire, les productions qui leur sont destinées ont progressivement servi de refuge aux récits d'aventures. Tous les médias y ont contribué, jusqu'à insérer le livre dans un flux de supports de plus en plus immersifs : BD, cinéma, séries télévisées, jeux vidéo, spectacles musicaux.
    Étudiant plus de huit cents de ces fictions, Christian Chelebourg en dégage les principales caractéristiques narratives et esthé-tiques. Loin de la naïveté qu'on leur suppose, il montre comment elles modifient en profondeur le statut du créateur autant qu'elles constituent un champ privilégié de réflexion sur l'invention et la feintise. Il nous invite à y observer la représentation que les jeunes se font du monde dans lequel ils vivent et les valeurs qu'ils en dégagent. À travers les fictions de jeunesse, c'est aussi une nouvelle conception de la culture qui se fait jour, affranchie de l'académisme, mais non moins exigeante que résolument mondialisée et intermédiatique.
    Véritable leçon de respect à l'égard d'un corpus souvent déprécié, son travail, au fil des pages, donne les clés d'une meilleure compréhension de la jeunesse.

empty