Presses Universitaires de France

  • En ce début du XXIe siècle, les migrations se sont mondialisées. L´urbanisation, la scolarisation, l´information, la facilitation des transports et l´ouverture des frontières de pays hier fermés ont produit une intense mobilité. Ce phénomène, qui a triplé d´importance en quarante ans, constitue la seconde épopée migratoire de l´âge moderne, après la grande période des années 1880-1930. Il interroge l´État-nation dans sa capacité à contrôler ses frontières et à définir son identité, faisant de l´individu migrant mais aussi des réseaux transnationaux économiques, culturels, politiques ou familiaux, de nouveaux acteurs sur la scène du monde. Il s´appuie sur des sociétés toujours plus urbanisées, où les villes métropoles sont des pôles d´intense mobilité et d´exclusions multiples. Il pose ainsi comme autant de nouveaux défis les questions du vivre ensemble, du développement, des risques environnementaux, de la gouvernance mondiale, et, in fine, de la reconnaissance d´un droit à la mobilité comme droit fondamental de l´homme.

empty