Poésie

  • Sentir, saisir la vie qui passe. Traduire l'indicible, jeter le voile des mots sur l'insaisissable pour le faire apparaître ! Dire en septante poèmes le Temps, la Beauté et l'Amour qui passent et nous dépassent... « Sentir sur soi le poids de l'étoffe des ans comme un manteau trop lourd à la fin de l'hiver. La sentir s'incruster lentement dans la chair. Y creuser des sillons comme on laboure un champ... Sentir en soi la vie sous l'étoffe des ans palpiter et vibrer en dépit des années. Se donner tout entier à cette vénusté et sous cape se rire des outrages du temps... » « IntempOralité », une belle brassée de poèmes sur les thèmes de toujours
    « Parler en séquences rythmées, brèves et intenses, du temps qui passe, de l'âge, des choses de la vie, de l'amour, n'est-ce pas l'une des vocations de la poésie ? L'écrivaine et poétesse Catherine Gaillard-Sarron s'est lancée dans ces sujets avec "IntempOralité", son tout dernier recueil de poésies. La musique de ces poèmes est belle et sereine comme un soleil couchant.
    Ce sont des arbres, et l'on voudrait être comme eux (« Je voudrais être un arbre... »), des lieux connus comme Faugères (France) ou Chamblon (Suisse) où souffle le joran. Il y a aussi les pierres, les odeurs de sous-bois, les fraises des bois même (« Dame Fraise »). Autant de choses fragiles auxquelles la poésie de l'auteure donne un supplément d'âme, par son simple et beau regard humain.          Extrait billet Daniel Fattore 16.2.18

empty