• La biodiversité, « objet » environnemental récent, et les ONG, acteurs désormais indispensables de la régulation environnementale, entretiennent des rapports étroits. La notion de biodiversité a largement pris forme et sens grâce aux ONG, dans les forums

  • Depuis la fin des années 1980, l´essor des biotechnologies et l´extension des brevets sur le vivant ont laissé entrevoir des possibilités d´utilisations lucratives des substances naturelles, notamment dans les secteurs de la pharmacie, de la cosmétique, de l´agroalimentaire... Pour concilier la conservation de la biodiversité et les revendications des populations autochtones gardiennes de ces ressources, la Convention sur la diversité biologique, signée lors du Sommet de Rio en 1992, a préconisé l´institution de marchés. Il s´agissait aussi d´en finir avec la bio-piraterie et d´assurer « le partage juste et équitable des avantages tirés de l´exploitation des ressources génétiques ». Ces « marchés de la biodiversité », soutenus par la vague du libéralisme économique, ont été l´objet de toutes les spéculations. Mais au-delà du slogan, qu´en est-il aujourd´hui de la marchandisation du vivant ? Comment se décline-t-elle du Nord au Sud ? Le cadre juridique et politique de la Convention n´est-il pas déjà dépassé par l´évolution des connaissances et des techniques, et peu adapté à la complexité des situations observées ? Pour répondre à ces questions, économistes, juristes, sociologues, anthropologues et biochimistes apportent ici un éclairage nouveau, documenté et critique, sur le modèle de conservation de la biodiversité fondé sur son exploitation commerciale.

  • The mobilisation centred on the 2015 Paris Climate Conference (COP 21) is an opportunity to highlight the vulnerability of environments and populations in the South in the face of climate warming. Some tropical regions are already suffering from its effects, with heat waves in the Sahel, disturbances to monsoon systems, the melting of the Andean glaciers, threats to biodiversity, a rise in sea level and other features. Research conducted by IRD and its partners provides key knowledge for better understanding of the complexity of these phenomena. This book is a synthesis in three parts: observing and understanding climate change, analysing its main impacts on environments and setting societies and national public policies at the heart of the climate challenge. Focused on the capacity for resilience of populations and ecosystems in the face of trends in the climate, the book explores solutions that reconcile mitigation and adaptation in response to climate change, conservation of the environment and a reduction of inequalities. The work is both well documented and explanatory, reviewing operations and the results of research that is firmly involved and interdisciplinary, closely associating partners in the North and the South.

empty