• Des villes se sont érigées sur des absences de ville. Des champs ont recouvert des absences de champ. Des déserts, des campagnes, tirés de leur sommeil par des rêves de vitesse récurrents et anciens. Tous les lieux qui habitent l'écriture de ces poèmes sont autant d'oiseaux sortis du cadre de leur vol, qui disparaissent chaque nuit par les alvéoles de l'air et reviennent à chaque aube sur un nouveau rameau.
    Ce sont, nimbés d'une lueur crépusculaire, Phoenix, San Diego, Scottsdale, Flagstaff, Niagara, la baie Georgienne, Midland, Sainte-Marie-aux-Hurons, New York, Montréal, La Havane, Cayo Largo, Huatulco (Oxaca), la Bahía Santa Cruz, la Bahía Cacaluta, La Crucecita, Myrtle Beach, Charleston, Concord (Mass.), Walden Pond, Lowell, Plymouth, Portland, Cambridge, Boston, Québec, Cincinnati (pour l'escale), Monument Valley, Winslow, Painted Desert, Four Corners, Kingman, Mesa, Salem, Portsmouth, Tortilla Flat, Apache Trail, la réserve Nationale Mojave, la forêt Tonto, le Grand Canyon, la réserve Hopi, San Bernardino, le désert Anza-Borrego. Qu'ils soient resalués, ici, de ce qu'ils existent et remerciés d'avoir été là. F.C.

  • Tout récit est fait de temps. N'y échappent pas ce missionnaire tourmenté faisant voile vers la colonie naissante ni cet amateur d'art en admiration devant un Greco, encore moins ce jeune homme qui sera marqué par l'éruption spectaculaire du mont Royal. Le temps se révèle à la fois sujet, personnage et narrateur des sept nouvelles qui composent cet assemblage de textes ludiques. Chacune de ces histoires devient un prétexte au déploiement de quelque chose de plus grand et de complètement affranchi. Chacune nous ouvre la porte d'un monde nouveau de possibilités.

  • Dans ce roman d'apprentissage où un poète découvre l'art du roman, le lecteur se laisse transporter par une écriture d'une luminosité singulière dans la Rome et l'Italie des années 1980. Catapulté dans ce pays de rêve et de poésie, le narrateur explore le monde qui l'entoure, dont fait surtout partie Carolina F., l'objet incontournable de son désir. Après l'Enfer de l'adaptation en terre étrangère, il espère trouver le Paradis sur l'île d'Ischia, où les romans, parfois, s'achèvent. Flottant entre réalisme et onirisme, le texte de Francis Catalano n'est pas sans rappeler les atmosphères felliniennes.

    Extrait
    (...) je désire Carolina F. mais ne peux la désirer nulle part sauf en cet espace lointain, tendu entre elle et moi, et qui rapetisse et s'allonge à l'image de l'univers vu par la physique quantique, au fil des minutes, des secondes, des nanosecondes, jusqu'au baiser sur sa bouche; l'ultime conquête; le dernier arc; jusqu'à l'éclatement des notions de course et de temps.

empty