• Dans un contexte de médicalisation et de contrôle de la fin de vie, les évolutions législatives engagent à une réflexion nécessaire sur certaines pratiques d'euthanasie ou assimilées. Reconnaître à la personne le droit de refuser un traitement qu'elle estimerait incompatible avec ses valeurs et de décider des conditions de sa mort peut être considéré comme le strict respect de son autonomie.
    Une telle position suscite néanmoins nombre de dilemmes éthiques, notamment lorsqu'il s'agit d'une personne en situation de vulnérabilité. Dans ce contexte, comment s'exerce l'arbitrage d'une décision qui peut aboutir à sa mort anticipée ? Lorsque certaines législations évoquent le « droit à la mort dans la dignité » pour des personnes atteintes de lourds handicaps, de la maladie d'Alzheimer ou de souffrances psychiques, ne renonçons-nous pas à des devoirs de sollicitude et de solidarité à leur égard ?
    Cet ouvrage réunit les meilleures compétences afin d'aborder en profondeur cette délicate question de la demande d'euthanasie. Elle suscite dans bien des circonstances des réponses hâtives ou des procédures révélatrices d'une insuffisance de réflexions à la fois argumentées, prudentes et responsables.

  • Que signifie pour un vivant de donner la mort ? Pourquoi ces actes se multiplient-ils en France et en Europe ? Bible, philosophie, économie : ce sont tous les savoirs qui sont convoqués dans cet ouvrage pluriel rassemblant entre autres André Comte-Sponville et Fabrice Hadjadj.
    Alors que le suicide est dépénalisé depuis plus de deux siècles dans nos pays, inciter une personne à se supprimer ou y contribuer activement est d'ordinaire puni par la loi et réprouvé par l'éthique. Démêler ce paradoxe et rendre plus intelligible un acte qui ne le sera peut-être jamais est le but de cet ouvrage.
    Qu'en ont dit les grands penseurs, des stoïciens jusqu'à saint Augustin, Thomas d'Aquin, Hume, Kant ou Émile Durkheim ? Et aujourd'hui, que peuvent nous apprendre le psychiatre et le travailleur social, le théologien et le médecin en soins palliatifs, ou encore l'économiste, qui lève ici le voile sur un tabou occidental ? Car le suicide d'une personne questionne les valeurs sur lesquelles reposent nos démocraties, comme la dignité humaine, la liberté ou la solidarité. Un livre indispensable à toute discussion raisonnable sur l'euthanasie, l'aide au suicide et la prévention d'actes suicidaires.

  • " Les homélies sont souvent ennuyeuses ", entend-on régulièrement dire sur un ton résigné. Et si la rhétorique pouvait contribuer à ce que celles-ci soient plus vivifiantes ? Certains ont tendance à se méfier de la rhétorique, au prétexte qu'elle voilerait la Parole, jusqu'à accorder trop d'importance à l'intelligence pratique du prédicateur. D'autres pensent, au contraire, que le travail rhétorique est central dans l'annonce de la Parole, et en appellent volontiers au célèbre discours de saint Paul sur l'aréopage. Si la rhétorique est une aide précieuse pour discerner la justesse de nos actions, n'est-elle pas un outil dans la prédication afin que ses auditeurs soient mieux à même de discerner comment vivre une vie plus authentiquement christique ? Comment concevoir la place des émotions (pathos), de l'authenticité (ethos) et de la parole structurée (logos) dans l'annonce de la Parole qui doit enivrer spirituellement ? Qu'en est-il de la signification de la parole et de son rapport au silence et au réel ? Cet ouvrage aborde de manière interdisciplinaire et originale ces questions et espère contribuer à des homélies plus vivifiantes.

empty