Langue française

  • De la race en Amérique a été publié en 2008 aux éditions Grasset, avant même l'investiture de Barack Obama comme candidat du Parti démocrate à l'élection présidentielle, et alors qu'il était donné perdant face à Hillary Clinton. Il a été un grand succès. Au mois de mars 2008, Barack Obama est attaqué par ses adversaires pour sa proximité avec un pasteur proche du mouvement des Black Panthers. Le 18 mars, à Philadelphie, il leur répond de façon spectaculaire en prononçant un discours immédiatement reconnu, à droite autant qu'à gauche, comme l'égal du « J'ai fait un rêve » de Martin Luther King, du discours d'investiture de John Kennedy ou de l'adresse de Gettysburg de Lincoln. D'un art rhétorique parfait, brillant, implacable et humain à la fois, l'orateur aborde la façon de réaliser «  une meilleure union  » entre les Américains, en analysant avec franchise le problème des races dans son pays. Tout le contraire d'un discours politicien, De la race en Amérique est une réflexion qui dépasse les catégories américaines et peut s'appliquer à bien des sociétés modernes. Une leçon d'humanisme à l'heure où la vindicte, la division et l'agressivité systématique sont au pouvoir en Amérique et dans bien d'autres pays, Cette version, bilingue, est la seule édition mondiale autorisée par le Parti démocrate, qui a révisé le texte.

  • « Une magnifique déclaration d'amour à l'Europe, une exaltation de nos valeurs démocratiques, celles des Lumières. » Nicole Bacharan Pourquoi un président américain se décide-t-il à défendre la vision d'une Europe forte et unie ? En quoi cela constitue-t-il une nécessité absolue pour les États-Unis et le reste du monde ? Leader du monde libre, Barack Obama rappelle aujourd'hui aux Européens que leurs décisions dépassent les frontières de l'Union et qu'il y a urgence à faire bloc pour lutter contre les extrémismes, les populismes et le terrorisme. Ce plaidoyer, prononcé à Hanovre en avril 2016, s'inscrit dans la lignée des discours historiques d'Obama, comme « De la race en Amérique » ou « Yes we can ». Préface de Nicole Bacharan

  • Le 10 janvier 2017, dix jours avant de transmettre le pouvoir à son successeur, Donald Trump, Barack Obama prononce son discours d'adieu aux Américains. D'abord, le président y dresse un bilan de son mandat : relance de l'économie, création d'emplois, Obamacare... Ensuite, le président insiste sur la défense de la démocratie américaine. Trois menaces pèsent sur le pays : les inégalités, la fragilité des institutions et celle de l'Etat de droit, des droits de l'homme ou encore des libertés. A Chicago, Barack Obama livre son testament politique.

empty