• Les projets publics et leurs gestionnaires n'ont pas toujours bon écho auprès des médias, des citoyens et des experts en gestion de projets. Cela est encore plus vrai en contexte de réformes administratives et de restrictions budgé­taires. Retards enregistrés dans la réception des ouvrages publics, dépassements de coûts ou lacunes en matière de qualité ; l'efficacité des ges­tionnaires de projets conçus et exécutés en contexte public est loin de faire l'unanimité. Quelles sont donc les véritables causes des piètres per­formances des gestionnaires de projets dans les organisations publiques ?

    Les études présentées dans cet ouvrage collectif démontrent que l'efficacité et l'efficience de la gestion de projets en contexte public sont tributaires de la capacité des gestionnaires à adapter les méthodologies, processus et outils aux spécificités organisationnelles et aux particularités sectorielles publiques. Chacun des chapitres est construit autour d'une conceptualisation d'une ou de plusieurs dimensions de la gestion de projets suivie d'illustrations empiriques et d'enseignements utiles à la pratique tirés des projets étudiés. L'approche andragogique met en évidence les spécificités organisationnelles publiques et les particularités sectorielles dont doivent tenir compte les gestionnaires de projets menés en contexte public.

    Cet ouvrage contribue donc à la démystification de la ges­tion de projets et à son institutionnalisation pour de meilleures performances de l'action publique.

  • La GESTION PAR RÉSULTATS (GPR) constitue aujourd'hui un cadre officiel de management public dans beaucoup de pays. Légitimée par des objectifs d'amélioration des services aux citoyens, d'optimisation des ressources disponibles et par une responsabilisation des gestionnaires publics, elle a été institutionnalisée dans le but de faire face à des impératifs budgétaires et financiers de la compétitivité des nations.

    Après avoir publié en 2008 La gestion intégrée par résultats - ouvrage qui répond aux questions de nombre de praticiens et de théoriciens du management public concernant la GPR -, Bachir Mazouz et ses collègues, par le présent ouvrage, se chargent de démystifier les pratiques et les outils de la GPR.

    Sur le plan conceptuel, les études présentées dans ce collectif démontrent qu'une institutionnalisation efficace de la GPR doit d'abord tenir compte de facteurs contextuels, notamment des structures politiques, des cadres institutionnels, des situations socio­démographiques et économiques distinctes et des valeurs et projets de société. Sur le plan de la mise en oeuvre, les auteurs démontrent ici que la GPR nécessite des agencements organisationnels caractérisés par l'exercice du pouvoir décisionnel, l'organisation du travail, l'allocation des ressources, la coordination des activités, les flux informationnels et les apprentissages réalisés par les agents de l'État. Contextes et agencements organisationnels contribuent donc à générer une grande variance empirique dans la manière dont la GPR est mise en oeuvre dans divers pays, divers secteurs de l'action publique et diverses entités formant le tissu organisationnel de l'État.

    Ce livre permettra aux enseignants-chercheurs, aux étu­diants et aux gestionnaires publics d'accéder à une connaissance plus élaborée des facteurs d'institutionnali­sation et de la mise en oeuvre de la GPR dans les organisa­tions de l'État.

  • Comment le gestionnaire public peut-il exercer adéquatement son rôle et assumer pleinement ses fonctions? En apprenant à se situer dans un monde de décision complexe, dans lequel il doit composer avec les dynamiques des valeurs, de l'éthique et des institutions, en adoptant les rôles à la fois d'entrepreneur, de leader et de stratège, et en étant apte à affronter les nouvelles problématiques managérielles.

  • La superposition et la juxtaposition de réformes adminis­tratives, économiques et politiques de visées et de contenus hétéro­clites - même si ces dernières sont toutes axées sur les résultats de l'action publique - complexifient les structures organisationnelles publiques. Par conséquent, gérer le changement au sein de ces organisations est main­tenant plus ardu que de le faire en entreprise privée, car, pour celle-ci, plusieurs modèles permettant d'y arriver existent. Chez les dirigeants publics et les gestionnaires intermédiaires, les expériences vécues démontrent qu'il serait primordial, lors d'un changement, de prendre davantage en compte les spécificités de l'organisation dans laquelle il est entrepris - notamment celles associées au mode de propriété étatique, à la mission et aux objectifs d'intérêt général, de bien commun ou de services publics, à l'appréciation de la performance et à la quête permanente de légitimité.

    Les auteurs du présent ouvrage circonscrivent la gestion du changement en milieux organisationnels publics à l'aide d'une grille d'analyse comportant trois spécificités touchant le contexte public, l'organisation publique et les enjeux légitimant le changement.

    Comprendre ces spécificités permet sans contredit aux chercheurs, aux experts et aux gestionnaires publics de poser un regard renouvelé sur les concepts et les méthodes pour réussir le changement organisationnel. Voilà le secret, pour les organisations de l'État, d'un cadre de gestion de changement approprié et efficace.

empty